Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Rotting Christ

NECROMANTIA - Covering Evil - 12 Years Doing Devil's Work (2001)
Par JULIEN le 7 Mai 2006          Consultée 1933 fois

Qui parmi vous connaît NECROMANTIA ? Hum ? Ouais, c’est bien ce que je craignais… eh bien, chers hôtes de la tribu Nightfalienne, je vous invite solennellement à découvrir l’un des plus anciens groupes de Black Grec, injustement méconnu, et dont les productions atteignent pourtant des cimes appréciables dans l’art du Black. Et je ne parle pas de l’originalité sonore du groupe, bien connue des amateurs… et des lecteurs qui me font le plaisir de s’attarder sur mes chroniques du groupe : je veux bien sûr parler de l’absence de guitare rythmique, suppléée par une basse huit cordes monstrueuse et carnivore, associée aux assauts de la quatre cordes du vocaliste et producteur Magus Vampyr Daoloth (les premiers SEPTIC FLESH, c’est lui). Aujourd’hui, NECROMANTIA n’est plus. Et ce « Covering Evils » constitue l’excellent moyen de s’initier à l’oeuvre de l’un des meilleurs groupes européens non norvégien, à mon humble avis.

Double album paru en 2001, cet enregistrement ne se contente pas de ce statut de compilation. Le premier cd, intitulé « Covering Evil » et nanti de cinq titres, nous présente en effet (outre l’inédit "My World, Your Hell", totalement NECROMANTIA) pas moins de quatre reprises : le terrible "Death Rider" des méconnus OMEN, groupe américain culte de Metal épique des 80’s (et qui, à l’instar de WARLORD, n’a pas connu le même engouement que MANOWAR ou VIRGIN STEELE), l’inévitable "The Number Of The Beast" d'IRON MAIDEN, le fort à propos "Demon’s Whip" de MANOWAR (un groupe manifestement vénéré par NECROMANTIA, celui-ci ayant déjà repris "Each Dawn I Die" sur le Ep « Ancient Pride »), et enfin le "Mordor" de RUNNING WILD. Une sélection 100 % Metal traditionnel donc, et qui a le mérite d’esquisser l’univers de NECROMANTIA : Sombre, fantasmagorique et épique. Adaptées au son NECROMANTIA, les compositions conservent leur cheminement, mais se voient dotées d’un surplus agressif et mordant intéressant, à défaut d’être transcendant. En tout cas, voilà un groupe dont les goûts me correspondent massivement !

Ceci étant, venons-en à la moelle de cet enregistrement, c’est à dire aux compositions de NECROMANTIA. Et on peut dire que le groupe a habilement négocié les choses, en proposant avec « 12 Years Doing Devil’s Work » une sélection astucieuse et équilibrée de titres forts. Le groupe puise ainsi dans chacun de ses opus, depuis le Split-cd avec VARATHRON ("Lord Of The Abyss", qui sera convoqué à nouveau sur le premier album du groupe « Crossing The Fiery Path », ici représenté par les dix minutes saisissantes et théâtrales du titre "Les Litanies De Satan") et jusqu’à son dernier enregistrement studio en date, l’excellent « IV : Malice », dont l’auditeur néophyte découvrira l’impressionnant "Those Who Never Sleep" et un "Murder, Magic And Tears" souligné d’un clin d’œil au compositeur GRIEG. Le Ep « Ancient Pride » n’est pas négligé, puisque le groupe en retient ici le singulier morceau éponyme, dominé par une simple mais superbe mélodie de flûte et un chant belliqueux plus rugueux, ainsi que le réussi "For The Light Of My Darkness". Le monstrueux « Scarlet Evil Witching Black », album le mieux représenté dans cette sélection, se voit quant à lui honoré de trois extraits. Ce qui me ravie, cet album étant mon favori du groupe.

En soumettant au curieux une pertinente sélection de morceaux et en prenant le parti de dévoiler quelques unes de ses influences, NECROMANTIA ne se contente donc pas d’offrir au public un excellent moyen de se familiariser avec sa création sans en passer par le fastidieux d’une écoute approfondie de chaque oeuvre. Il fait preuve d’honnêteté et se fait plaisir en citant ses sources d’inspiration. Un comble que cette démarche, pour l’un des très rares groupes de Black à s’être réellement constitué une palette sonore inimitable et jouant sur les contrastes du feu (le grain brûlant de la basse) et de la cendre (les claviers majestueux et occultes), sur lequel passe un vent affamé (la voix Black typique de Magus Vampy Daoloth) mais néanmoins élaboré (les interventions de la guitare sur de superbes Solos d’inspiration néo-classiques vicieuses). A ce titre, il serait dommage de rater cette opportunité rare d’agrémenter son répertoire musical d’une nouvelle figure forte… d’autant que la richesse des trois albums du groupe réserve bien des trésors que n’épuise pas cette compilation. La pochette immonde et décalée qui la défigure n’en devient, du coup, que plus détestable !

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par JULIEN :


ANCIENT
Det Glemte Riket (1997)
Les 1ères oeuvres black cultes d'ancient




MYSTIC CIRCLE
Drachenblut (1998)
Black sympho / atmo


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Magus Vampyr Daoloth (chant,basse quatre cordes)
- Baron Blood (basse huit cordes,solos basse)
- Divad (solos guitare)
- Inferno (claviers)
- Yiannis (flûte,saxophone,percussions)
- George Panou (batterie)
- Iraklis Yalantzides (claviers,piano)
- John Fiorentis (solos guitare)


- covering Evil
1. My World, Your Hell
2. Death Rider (reprise Omen)
3. The Number Of The Beast (reprise Iron Maiden)
4. Demon's Whip (reprise Manowar)
5. Mordor (reprise Running Wild)

- 12 Years Doing Devil's Work
1. Those Who Never Sleep
2. Murder, Magic And Tears
3. Ancient Pride
4. For The Light Of My Darkness
5. The Black Mirror
6. Pretender To The Throne Pt.1 - The Usurpers Spawn
7. Scarlet Witching Dreams
8. Les Litanies De Satan
9. Lord Of The Abyss



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod