Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NARGAROTH - Black Metal Ist Krieg (a Dedication Monument) (2001)
Par POSSOPO le 5 Septembre 2005          Consultée 5702 fois

Quand le diable se mord la queue, certains de ses fidèles se figent et le regardent souffrir sans pouvoir esquisser l’ombre d’une réaction. Certains autres détournent le regard pour quitter peu après l’assemblée. Et de rares sujets sourient.
NARGAROTH fait partie de ces facétieux. Et leur analyse de la situation paraît des plus justes. L’idole a perdu le sens de l’orientation et son aura s’en voit, au moins momentanément, flétrie. Le black metal souffre de sa trop grande popularité et de la consécutive invasion du médiocre. Pour ces adeptes sincères, cet état des choses appelle l’action et, la conséquence de cette analyse et d’un tempérament malin et enjoué se nomme Black Metal Ist Krieg (A Dedication Monument). Etrange titre qui évoque beaucoup de choses. La langue de Goethe est assaillie de préjugés et sa structure rigide, sa prononciation souvent qualifiée de rugueuse, l’histoire récente et un certain régime autoritaire, donnent à cet idiome un caractère martial, militaire et discipliné. Les mots dits ne laissent plus aucune place au doute. Cet album serait également un monument, hommage à un passé récent particulièrement glorieux. Naturellement, tant de pompe peut également révéler ironie et plaisanterie.

Quand on ausculte les entrailles de cette rondelle au son incroyablement organique, la dimension ironique de l’œuvre devient évidente. Black Metal Ist Krieg se compose pour deux tiers de moitié de reprises de groupes incroyablement obscurs. Si les tchèques de ROOT jouissent d’une belle réputation grâce à leur statut de précurseurs, MOONBLOOD a sorti une flopée de demos sans jamais éveiller un instant l’intérêt des masses. Quant à LORD FOUL et AZHUBAAM HAANI (dont un membre connut une courte mais sympathique incarcération en Suède), leur popularité dans le microcosme black se confond avec ma moquette.

Une telle introduction peut sérieusement nous faire douter de la cohérence de l’ensemble, voire de son simple intérêt. Si le fan lambda de black metal, qui occupe une bonne partie de ces loisirs à creuser la terre la plus aride afin de collecter des pépites enfouies profondément dans le sol le moins fécond, n’a pas encore donné accès à l’air libre aux formations que je viens de citer, l’orpailleur aura de bonnes raison de douter de leur valeur.
S’il est malaisé de juger un artiste sur un seul morceau, qui plus est joué par un autre, conseillions cependant au chercheur de métal précieux d’examiner ces bouts de caillasse avec un minimum d’attention.

Car I Burn For You (reprise de LORD FOUL), avec ses relents heavy, comporte une certaine musicalité, et Far Beyond The Stars et The Gates Of Eternity (respectivement de AZHUBAAM HAANI et MOONBLOOD), à défaut de sentir le génie (sans frotter) se fondent parfaitement dans l’ensemble. Quand à la reprise de ROOT, Pisen Pro Satana, elle se montre à la hauteur du culte voué à son géniteur.
Mais la vraie surprise vient de ses compositions originales qui chacune avec son charme propre, raviront l’auditeur un tant soit peu porté sur le côté obscur de la force.
Le brutal Black Metal Ist Krieg, le très épique Seven Tears Are Flowing To The River, The Day Burzum Killed Mayhem et sa structure alambiquée, Amarok, Zorn Des Lammes III au chant étonnant…caressent, chacun à sa manière, l’auditeur qui trouvera ainsi, dans cet album, un maximum de diversité propre à satisfaire tous les curieux.

Ajoutons à tout cela des samples malicieux (infos norvégiennes, film de viking, Reservoir Dogs) et se présente alors devant les esgourdes un pot qui n’a absolument rien de pourri. Si la noirceur la plus crue ne vous effraie pas, ce disque pourrait bien vous réconcilier avec un black metal sincère, simple et aussi astucieux qu’intelligent.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


GRAVELAND
Thousand Swords (1995)
La bo idéale de conan




BURZUM
Burzum (1992)
La naissance d'un genre, le black drone dépressif


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Kanwulf (chant, guitare, basse)
- Honza Kapák (batterie)
- Occulta Mors (batterie)


1. Introduction
2. Black Metal Ist Krieg
3. Far Beyond The Stars
4. Seven Tears Are Flowing To The River
5. I Burn For You
6. The Day Burzum Killed Mayhem
7. Pisen Pro Satana
8. Amarok - Zorn Des Lammes Iii
9. Erik, May You Rape The Angels
10. The Gates Of Eternity
11. Possessed By Black Fucking Metal



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod