Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (28)
Questions / Réponses (3 / 16)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TIMELESS MIRACLE - Into The Enchanted Chamber (2005)
Par BAST le 13 Juin 2005          Consultée 9224 fois

La première moitié de l’année 2005 n’est pas encore achevée que je suis certain de ne pas me tromper en affirmant dès à présent que TIMELESS MIRACLE constitue la grosse révélation de l’année 2005 en matière de speed mélodique.

Car pour son premier album, TIMELESS MIRACLE frappe très fort et confirme la tendance amorcée il y a deux ou trois ans par la Suède, à savoir celle de rattraper les pays pourvoyeurs des formations de speed mélodique les plus en vue. Certainement handicapée par l’écrasante domination d’HAMMERFALL et surplombée par les genres plus extrêmes, la Suède ne nous avait pas, en effet, procuré autant de bons albums que ces dernières années, à part évidemment le premier album d'HAMMERFALL ainsi que les second et troisième opus du génial NOCTURNAL RITES.

Après INSANIA, MORIFADE, DIONYSUS, DRAGONLAND, EVIL MASQUERADE, ZONATA ou encore SUPREME MAJESTY, tous auteurs d’excellents albums récemment, c’est donc au tour de TIMELESS MIRACLE de marquer les esprits.

Avec son « Into The Enchanted Chamber », le quatuor formé par Fredrik Nilsson (guitare, clavier), Jaime Salazar (batterie), Mikael Holst (chant, basse) et Sten Möller (guitare) propose un album de haute tenue, influencé – évidemment – par HELLOWEEN / GAMMA RAY (le chant qui se rapproche, probablement intentionnellement, de Kai Hansen, par moments) et surtout par FREEDOM CALL (l’esprit enjoué des mélodies, l’emploi de cuivres synthétiques, certains refrains à la fois fédérateurs et optimistes). On, citera aussi RAGE (les harmonies vocales qui font souvent penser à du Peavy Wagner) et RHAPSODY (les orchestrations).

Dit comme ça, il est difficile de déceler la particularité de cet énième groupe à voir le jour ces derniers temps. Celle-ci tient pourtant en trois mots : fraîcheur, originalité et entrain.

Le style a beau compter de nombreuses années derrière lui, TIMELESS MIRACLE parvient à le dépoussiérer - un peu comme l’ont fait FREEDOM CALL ou SUPREME MAJESTY - grâce notamment aux orchestrations recherchées, aux arrangements résolument modernes et aux lignes vocales recherchées. Voilà pour la fraîcheur. Ensuite, les Suédois sont parvenus à glisser quelques idées tout au long des morceaux, au point que l’inattendu, plutôt rare dans le genre, pointe régulièrement le bout de son nez (les soli, les orchestrations, simples mais superbement placées et ouvragées, les changements de rythme, les effets). Enfin, l’entrain est aisément palpable du long des douze titres de « Into The Enchanted Chamber », à la manière de FREEDOM CALL, je le répète.

Pas de titre faible sur cet opus, que du bon, rien que du bon, même s’il convient de rendre hommage aux titres les plus marquants. A commencer par le long (plus de sept minutes) « Curse Of The Werewolf », qui débute l’album par une intro orchestrale magnifique avant d’adopter un rythme dévastateur. Le chant de Mikael Holst s’impose rapidement, notamment sur l’excellent refrain. Enfin, le solo est une merveille du genre, à la RHAPSODY.

Je citerai ensuite « Into The Enchanted Chamber » qui commence par des cuivres à la FREEDOM CALL. Le titre défile ensuite, soutenu par un violon bienvenu faisant penser au travail de RHAPSODY sur « Legendary Tales », sur un rythme plus nuancé. Le refrain est fédérateur à souhait et les mélodies font rapidement mouche.

On continue avec « The Gates Of Hell », hymne par excellence où le chant de Mikael Holst se fait parfois hargneux. Les lignes vocales sont magnifiques, le thème récurrent entêtant, le pont symphonique de toute beauté et le refrain ponctue avec force ce titre haut en couleurs.

L’autre hymne de l’album, « Return Of The Werewolf » est peut-être le meilleur titre de l’album. Direct et bien ciselé, il est accrocheur à souhait et propose un refrain de toute beauté, fédérateur, épique, et recherché. Imparable !

Enfin, je terminerai par « The Voyage », pièce épique de plus de quatorze minutes découpée en huit chapitres et qui clôt l’album. La recette suivie par de nombreuses formations du genre est respectée à la lettre, mais TIMELESS MIRACLE réussit l’improbable en distillant quelques idées rafraîchissantes, comme l’intro au piano, le ton résolument optimiste du titre, et quelques passages surprenants. Une conclusion s’impose : « The Voyage » est un monument

Comble de bonheur, la production assurée par Anders Theander (Majestic, Pain of Salvation, Last Tribe) est excellente, mettant aussi bien en valeur les parties orchestrales que les riffs les plus tranchants.

Fans de speed mélodique ou de heavy symphonique, cet opus est magistral, impossible de passer à côté. TIMELESS MIRACLE parvient à rejoindre les rares formations susceptibles d’octroyer un second souffle au genre. « Into The Enchanted Chamber » fait à mon sens partie des indispensables de l’année. Pour un premier album, ça n’est pas un mince exploit. Après une telle chronique, j’ai bien peur de manquer de superlatifs pour l’album suivant.

Note : 4,5 / 5

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


NOSTRADAMEUS
The Third Prophecy (2003)
Power metal




CARDIANT
Midday Moon (2006)
Révélation Speed Mélodique de l'année !


Marquez et partagez





Par AKRON




 
   BAST

 
  N/A



- Fredrik Nilsson (guitare, clavier)
- Jaime Salazar (batterie)
- Mikael Holst (chant, basse)
- Sten Möller (guitare)


1. Curse Of The Werewolf
2. Witches Of Black Magic
3. Into The Enchanted Chamber
4. The Devil
5. The Red Rose
6. A Minor Intermezzo
7. Return Of The Werewolf
8. Memories
9. The Gates Of Hell
10. Down To The Gallows
11. The Dark Side Forest
12. The Voyage



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod