Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FIREBALL MINISTRY - The Second Great Awakening (2003)
Par THE MARGINAL le 2 Mai 2005          Consultée 1942 fois

Lorsque sort en 2003 l'album "The second great awakening", Fireball Ministry n'en est pas à son premier coup d'essai discographique. En effet, le quartette americain avait sorti auparavant 2 opus: "Ou est la rock" en 1999 et "F.M.E.P" en 2001. Tout comme Nashville Pussy, Fireball Ministry est un quartette composé de 2 hommes et 2 femmes. Cependant, la ressemblance entre les 2 groupes s'arrête là car la musique de Fireball Ministry est plus heavy, plus lourde et lorgne volontiers vers le stoner.

A la sortie de "The second great awakening", beaucoup de Webzines et de revues specialisées ont vu en ce quartette le groupe le plus excitant, le plus prometteur en provenance des USA. Voilà de quoi attiser la curiosité de certains... Je me suis donc résolu à écouter cet album pour voir de quoi il retourne exactement.

Après l'avoir écouté attentivement, que peut-on en déduire ? Et bien, Fireball Ministry ne réinvente pas le rock, mais est tout de même capable de pondre quelques titres chouettes et de bons gros riffs heavy. Après une intro relevant davantage de l'anecdotique, on rentre dans le vif du sujet avec le mid-tempo groovy "King" qui permet de faire plus ample connaissance avec le chanteur Rev. James A. Rota II: celui-çi a un grain de voix proche de celui d'Ozzy Osbourne. Le titre en question, sans être mortel, reste quand même efficace juste comme il faut.

Dans l'ensemble, les compos de l'album sont influencées par Black Sabbath, Ozzy Osbourne et le tempo est relativement modéré, parfois lent. "The sinner", l'accrocheur "Daughter of the damned" très teinté 70's, le mélodique et catchy "Flatline" fort bien ficelé, "He who kills" qui voit le chanteur Rev. James A. Rota II prendre des intonations plus hargneuses, l'énergique et mordant "Rollin' on" qui voit le tempo plus incisif qu'à l'accoutumée, de même que le lent et bluesy "Maidens of Venus" sont les titres les plus convaincants de cet album.

Tout n'est cependant pas parfait. En effet, on trouve un peu de remplissage superflu(le très sec "Master of none" est l'exemple le plus édifiant) sur ce disque et Fireball Ministry ne peut parfois éviter de tomber dans certains clichès.

Malgré quelques erreurs ici et là, "The second great awakening" reste quand même un album solide, cohérent. Ce n'est toutefois pas la grosse claque à laquelle on aurait pu s'attendre. Parmi les jeunes groupes americains plus efficaces(selon moi, en tout cas), je citerai plutôt Dirty Power et Silvertide. Toutefois, Fireball Ministry a des capacités, on ne peut le nier, et s'il s'emploie à travailler dur sur sa musique et à gommer quelques defauts, il peut devenir redoutable. A suivre, donc...

A lire aussi en STONER par THE MARGINAL :


The AWESOME MACHINE
The Soul Of A Thousand Years (2003)
Du stoner viril, hargneux qui dépote




ORANGE GOBLIN
Time Travelling Blues (1998)
Stoner


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Rev. James A. Rota (chant, guitare)
- Emily J. Burton (guitare)
- Janis Tanaka (basse)
- John Oreshnick (batterie)


1. The Second Awakening (intro)
2. King
3. The Sinner
4. Master Of None
5. Daughter Of The Damned
6. Flatline
7. In The Mourning
8. He Who Kills
9. Rollin' On
10. Choker
11. Maidens Of Venus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod