Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DEMO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Rotting Christ

NECROMANTIA - From The Dark Past We Summon Thee (1994)
Par JULIEN le 8 Janvier 2005          Consultée 2131 fois

Ah, le temps des démos... Une tranche de vie quasi bénie, qui accouche tantôt de petites merveilles... et d’autres fois de belles patates moisies. Je ne saurais vous dire si la culture frénétique de la cucurbitacée se positionne comme fer de lance de l’agriculture hellénique, mais « From The Dark Past We Summon Thee » pourrait bien s’en faire un ambassadeur distingué.

NECROMANTIA, l’un des tous premiers groupes grecs de Black (avec ROTTING CHRIST), n’est pas un groupe très prolifique. Aussi, après la sortie d’un premier album fort remarqué (et remarquable), dénommé « Crossing The Fiery Path », proposant un Black unique et fortement occulte, à base de claviers et de basses quatre et huit cordes (les guitares, d’obédience Néo-classique, n’intervenant que pour les solos), le duo Magus Vampyr Daoloth et Baron Blood se mit-il en demeure... de nous proposer une petite virée temporelle : tadadam, faite chauffer le moteur de le Delorean, saluez notre cher Doc Brown, et écrasez l’accélérateur : tatada tadadatatata ! Bienvenue au temps de leur première démo : « From The Dark Past We Summon Thee ».

Bien... Vous venez d’émerger... et autant vous le dire de suite, après l’écoute attentive des dix petites minutes au programme, vous aurez deux conclusions probables à formuler : 1/ Trouver de suite des pelures de bananes, cannettes vides et autres cochoncetés résiduelles à fourrer dans le réservoir de la caisse, histoire de rappliquer dare dare à l’époque « Crossing The Fiery Path » ; 2/ En profiter pour faire un crochet du côté de chez Osmose Productions pour féliciter l’inexplicable perspicacité de celui qui OSA signer NECROMANTIA sur la foi... d’une telle horreur !

Lorsque vous écoutez du Black (comme moi), vous savez combien ténue est la limite entre les ténèbres convaincantes et les décors de carton-pâte avec chauve souris en plastoc... Or, cette limite, NECROMANTIA n’avait alors pas encore su la dénicher, et encore moins fait en sorte de se situer du bon côté... car comment ne pas pouffer à l’écoute du ridicule "Lycanthropia (Lycaon's Metamorphosis)" avec ses hurlements de loup émis par un groupe très certainement aviné au moment de commettre cet attentat sonore ? Comment ne pas se gausser en découvrant le soi-disant occulte "La Mort" avec ses pauvres basses, ses vocaux prétendument déclamatoires, enregistrés dans une impasse investie par une bande de pochards pataugeant dans leur vomi, tandis que des rires de pseudo succubes essaient de nous effrayer ? Comment enfin ne pas pleurer devant le famélique "Faceless God" et ses vocaux récités de deuxième zone, mêlés de gargouillis Black comiques, sans oublier une basse toute timide et un vilain solo Slayerien ? Il est effarant de constater combien ce groupe, qui s’avèrerait par la suite véritablement brillant, pouvait se vautrer misérablement en nous déféquant cette guignolade honteuse...

Remarquez, ces dix minutes peuvent être également perçues comme encourageantes : elles prouvent que votre minable répétition du week end dernier, celle avec vos potes Satanicus Demon (le bassiste tout fou du haut de ses treize ans et quatre poils de barbe) et Demolition Anti-Christ (le marteleur de quinze printemps qui poursuit son rude apprentissage du Blast), pourrait bien à l’avenir déboucher sur quelque séduisante carrière... car à comparer votre maquette enregistrée pour le fun (et pour les filles) et cette démo de NECROMANTIA...

Un disque très drôle quand même... Mais les blagues les plus courtes étant les meilleures, passez directement à « Crossing The Fiery Path » et « Scarlet Evil Witching Black »... ça c’est du NECROMANTIA !

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


SIGH
Infidel Art (1995)
Black original




SATYRICON
Rebel Extravaganza (1999)
Le monde moderne vu à travers des yeux black

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Magus Vampyr Daoloth (chant, basse quatre cordes)
- Baron Blood (basse huit cordes, basse solo)


1. Faceless God
2. Lycanthropia (lycaon’s Metamorphosis)
3. La Mort



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod