Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Crimson Glory, Fates Warning, Ivanhoe
- Style + Membre : Operation: Mindcrime
 

 Site Officiel (1021)

QUEENSRΫCHE - The Art Of Live (2004)
Par POULARD le 11 Novembre 2004          Consultée 4183 fois

Sortie pour le moins surprenante que celle de cet « Art of live » ! Queensryche, en fonction depuis 1984 nous ayant déjà gratifié de 2 lives coup sur coup (l’excellent « Operation : Livecrime » réédité en 2001 et « Live Evolution » datant de la même année) suivi en 2003 d’un greatest hits, on peut sérieusement s’interroger sur les motivations qui ont poussé le groupe à sortir ce produit…

Enregistré sur la tournée 2003-2004 durant laquelle le quintet tenait l’affiche avec Dream Theater, le set fait forcément la part belle à l’époque récente, plus expérimentale et progressive du groupe, pour délaisser les titres heavy qui ont fait leur succès. A savoir d’emblée, « Rage for order » n’est pas du tout représenté.

Ca commence assez mal avec les 7 premiers morceaux dédiés à la promotion de « Tribe » , dernier opus du groupe, loin de faire l’unanimité. L’entrée sur scène sur le morceau titre suivi du doux « Sign of the Times » (place surprenante pour une balade mais il s’agit de la meilleure du groupe) est pourtant de bonne augure même si on constate d’emblée que la production n’est pas au top. La suite l’est encore moins. Les compos de « Tribe » rendent certes mieux qu’en studio, quelques unes sont entraînantes (notamment le final de « Desert Dance » exalté par Geoff Tate haranguant la foule) mais n’empêche pas le tout de retomber mollement avec une session acoustique des plus indigestes. Des morceaux qui ne décollent jamais : « Rythm of hope », « My Global Mind » et « Roads to Madness » (solo hispanisant magnifique tout de même) pour un ensemble très joli, langoureux, bien rendu mais beaucoup trop long et au final ennuyeux. Reste pour se convaincre que ces quelques morceaux sans électrique nous laisse tout le loisir d’apprécier la voix de Tate qui va en s’éraillant avec les années. Un plaisir et une grande maîtrise.

La fin du set est consacré à Operation : Mindcrime et Empire, pas de surprise notable dans l’interprétation sans reproches et avec un rendu toujours aussi excellent.

2 reprises avec les membres de Dream Theater viennent clôturer ce live mitigé : « Comfortably numb » (Pink Floyd) et surtout « We won’t get fooled again » des Who qui relève le niveau général. Il faut attendre cette ultime piste et son solo pêchu, incisif et plein de feeling pour voir que le quintet de Seattle s’éclate sur scène avec ses amis progressifs (la formule est étrange je sais) : le final instrumental aux claviers et à la batterie est tout simplement monstrueux ! Pas de doutes, le talent est toujours là.

Le problème, c’est que la production n’est pas très efficace et manque cruellement de relief. Si le frontman ne s ‘époumonait pas à réveiller la foule, et du coup l’auditeur, on en finirait par passer à autre chose. On se plaindrait presque de la sous-utilisation probable des overdubs donnant un son qui ravira les aficionados de lives brut (type Rock in Rio de Maiden) mais j’ai tendance a préférer un album un peu plus soigné.

Des choix réellement surprenant, à mon avis risqué pour un résultat plutôt décevant. La première partie du set est plate et traîne en longueur et si les 5 derniers titres sauvent l’honneur, c’est trop peu pour justifier l’achat. On aurait pu attendre quelques mois puisque le combo arpente en ce moment les routes pour redonner 15 ans après Operation : Mindcrime (précédé d’un greatest hits de rigueur) qu’il agrémentera d’un ou deux morceaux de son prochain album. Celui ci est prévu pour 2005 et donnera lieu, lui aussi, à une tournée certainement plus intéressante. On attend beaucoup de cette suite temporairement baptisée Operation : Mindcrime 2. Beaucoup de points négatifs font donc de cet « Art of live » un achat vraiment dispensable, même pour les fans, qui ne constitue même pas un bon best of.

A lire aussi en METAL PROG :


COMMUNIC
Payment Of Existence (2008)
Troisième album plus personnel de COMMUNIC




RUSH
Moving Pictures (1981)
Metal prog


Marquez et partagez




 
   POULARD

 
  N/A



- Geoff Tate (chant)
- Mike Stone (guitare)
- Michael Wilton (guitare)
- Eddie Jackson (basse)
- Scott Rockenfield (batterie)


1. Tribe (tribe)
2. Sign Of The Times (hintnf)
3. Open (tribe)
4. Losing Myself (tribe)
5. Desert Dance (tribe)
6. Great Divide (tribe)
7. Rhythm Of Hope (tribe)
8. My Global Mind (promised Land)
9. Roads To Madness (the Warning)
10. Della Brown (empire)
11. Anybody Listening (empire)
12. Breaking The Silence (o:m)
13. The Needle Lies (o:m)
14. Best I Can (empire)
15. Comfortably Numb (pink Floyd Cover)
16. We Won’t Get Fooled Again (the Who Cov.)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod