Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MALLEUS MALEFICARUM - Des Bibles, Des Hymnes, Des Icônes (2004)
Par MOX le 30 Août 2004          Consultée 3029 fois

En essayant de se frayer un chemin dans la communauté "black-metal" et tous les avantages que cela comporte, en évitant soigneusement les critiques d'intégrité toujours hautement fondées, Malleus Maleficarum s'offre progressivement une place sur le marché black-metal français, le vrai marché, pas l'underground. Tout du moins c'est ce qui me semble être le futur proche pour ces 3 gaillards sortant cette année leur deuxième album. Pas de satanisme à la petite semaine, pas de triptyque "feu, guerre et sang", juste du froid.

Des bibles, des hymnes, des icônes est froid, c'est un fait. Ne cherchez pas de dentelle, d'effets ou d'inénarrables samples car l'album a été voulu cru. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la production est loin d'être hollywoodienne, étouffant à plusieurs reprises le son de la batterie, quand ce n'est pas l'idée d'une casserole martyrisée qui vient à l'esprit. Outre cela, Malleus Maleficarum a désiré concevoir une musique qui n'est pas agréable à l'écoute, ce qui s'accorde plutôt bien avec ce que l'on connaît des fondements du black-metal. Non, pas de surprises lorsqu’un accord de guitare vient vous labourer les oreilles accompagné d'un chant strident assez hétérogène. La question vient finalement d'elle-même: n'était-ce pas l'effet voulu que d'obtenir un son très perçant? Ecoutez ces accords aigus et rugueux, ces hurlements lâchés en plein morceau. La concoction est toutefois réussie car Malleus Maleficarum réussit pleinement à proposer une ambiance désagréable, ne mettant donc jamais à l'aise.

Vous apprendrez bien assez tôt à vous délecter des moments calmes, car le déferlement de violence est quasi-permanent le long de l'album. Pourtant le sens du rythme est bien là, et on adopte rapidement le système musical en reconnaissant ces minuscules pauses annonçant une lourde tempête auditive. Là encore, les riffs sont relativement bien en accord avec le style, apportant son flot de haine caractéristique. Au beau milieu d'un rythme haletant, un déchirement vocal succinct en devient effrayant, mais tout dépend évidemment de votre aptitude à être apeuré. Soulignons simplement l'idée, bien trouvée au demeurant. Les rares instants de répit que l'on vous offre ne seront que des conclusions acoustiques, aussi poignantes qu'éphémères (si ce n'est Interlude, totalement calme).

Le reste du temps se compose d'enchaînement de riffs coupants, de voix souffrantes et d'une batterie déchaînée. Un scénario simple, qui aura la fâcheuse tendance à se répéter au fil des morceaux. Et voilà bien le vrai défaut de cet album : l'impression d'avoir déjà entendu un riff auparavant pointe trop souvent le bout de son nez, si bien que les derniers titres n'ont plus autant d'impact que les premiers. Il reste alors ces cris insupportables (une qualité pour un tel ouvrage) et ces guitares sèches pour faire passer la pilule. Il ne fait aucun doute que les plus novices d'entre vous auront décrochés avant la fin, mais un peu plus tôt, tout le monde aura pu se satisfaire d'une Ignorance Enivrante aux mélodies dignes des débuts du black-metal ou d'une Chambre des Souillures, dont le dépouillement volontaire est flagrant.

L'idée de nihilisme et de mépris de tout ce qui comporte "bibles, hymnes ou icônes" est louable. La nudité musicale est louable elle aussi. Seulement, la perte récente du chanteur a obligé deux compères à s'atteler aux voix, qui manquent encore de personnalité. Enfin, au risque de me répéter, l'album s’essouffle en cours de route. Quelques défauts qui seront rapidement gommés, j'espère.

A lire aussi en BLACK METAL par MOX :


HIMINBJORG
Europa (2005)
Plus construit, moins violent, mais paganiste oui




AMESOEURS
Ruines Humaines (2005)
Projet Black/Rock spécial, froid et triste


Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Tamas (guitare, chant)
- Ahriman (basse, chant)
- Nicolas (batterie)


1. Des Bibles, Des Hymnes, Des Icônes
2. La Chambre Des Souillures
3. Neurasthenia
4. Souffre En Silence
5. Ignorance Enivrante
6. Interlude
7. Agonie
8. La Cité Des Hurlements Muets
9. Ballet Mortuaire
10. Espoir Perdu



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod