Recherche avancée       Liste groupes



      
GOTHIC MEDIEVAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (2 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Nenia C'alladhan

SOPOR AETERNUS - Dead Lover's Sarabande (1999)
Par VOLTHORD le 11 Novembre 2004          Consultée 5163 fois

Mi homme mi femme, mi dieu mi démon, Anna Varney est considéré par certains comme une des figures emblématiques du mouvement gothique. C’est avec ce 6ème album de Sopor Aeternus que l’âme damnée et son cortège de musiciens s’est fait connaître d’un plus large public, moi y compris.

« Dead Lover’s Sarabande (face One)» est un voyage dans l’imagination de son acerbe créateur, un voyage dans l’univers médiéval sombre et gothique d’un compositeur de génie à la personnalité ambiguë et dépressive.

Car si Sopor Aeternus se classe dans la musique gothique, on ne retrouve ici aucun élément métal ou rock si ce n’est l’apparition éphémère de la batterie… L’adjectif « gothique » qualifie ici les tournures à la fois négatives et magnifiques que transporte une instrumentation propre aux musiques classiques et moyenâgeuses. Les textes tantôt en anglais tantôt en allemand sont interprétés de manière très théâtrale par Anna Varney qui alterne un chant doux et d’autres « voix » geignardes, enfantines, fantomatiques…
On déteste (certains trouveront ça ridicule) ou on adore, mais sans ça, Sopor Aeternus perdrait énormément de son identité.

Je parlais tout à l’heure de l’instrumentation… ce premier volet de « Dead Lover’s Sarabande » se caractérise par la mise en avant des cordes (violons, violoncelles, contrebasse), viennent en second lieu les hautbois et clarinettes. Bien entendu, le perfectionnisme des compositions invite d’autres instruments (et ils sont nombreux) à les peaufiner (cloches, orgue, trompette, flûte, tuba…) ce qui donne un revers orchestrale à la chose sans pour autant tomber dans le « épique grandiloquent » (comme Dargaard par exemple).

Chaque morceau est une perle, le tableau que dépeint ici l’éminent personnage et son « ensemble des ombres » se dévoile un peu plus à chaque écoute pour ensuite se graver au fond de nos sentiments les plus intimes.

A écouter dans un certain état d’esprit, DLS1 est destiné à tous les fans de musique ambiante sur fond gothique, même si j’aurais plus tendance à conseiller le chef d’oeuvrissime Nenia C’alladhan pour découvrir le géant Sopor Aeternus.

PS : Notons un artwork également très bon, plus sobre que les habituels pochettes de "neo médiéval", où encore et toujours Sir varney prend des poses excentriques et théâtrales.

A lire aussi en AMBIENT par VOLTHORD :


ELEND
Sunwar The Dead (2004)
Du grand art...orchestral, sombre et magnifique

(+ 1 kro-express)



QNTAL
V: Silver Swam (2006)
Planant, serein, voluptueux...la beauté incarnée:)


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Katrin Ebert (violon)
- Martin Höfert (violoncelle)
- Johannes Knirsch (contrebasse)
- Eric Santie-laa (cor anglais)
- Peter Hergert (trompette, trombone)
- Eugene De La Fontaine (tube, hautbois)
- Martin Hoffman (guitare)
- Anna-varney Cantodea (chant, tout le reste)


1. Across The Bridge
2. On Satur(n)days We Used To Sleep
3. Hades Pluton
4. Sieh, Mein Gelliebter, Hier Hab Ich Gift
5. Ich Wollte Hinaus In Den Garten
6. Gebet: An Die Glücklichen Eroberer
7. Lament Totenklage
8. The Sleeper (by Edgard Allan Poe)
9. Die Knochenblume
10. Inscshrift Epitaph
11. All Good Things Are Eleven



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod