Recherche avancée       Liste groupes



      
OPERA FUTURISTE  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : ÖxxÖ XÖÖx

OXIPLEGATZ - Sidereal Journey (1998)
Par POSSOPO le 10 Septembre 2004          Consultée 4118 fois

Janviarus, jour 17, an 27 de l’ère de l’Empire

Objet de l’inscriptus: OXYPLEGATZ - Sidereal Journey

En ces temps politiquement troubles, rédacter un inscriptus sur une oeuvre devient un art éphémère. Alors que le gouvernement du parti globaliste subit les assauts répétés d’une chambre dominée par les réactistes du quatrième système, je ne saurais dire si les mots que je tente péniblement de graver sur ce vieux papyrus électronique seront lus par la population ou non. Les récents projets de loi sur la censure seront certainement votés par une majorité d’élus adeptes de l’uniformisme diplomatique, considéré comme seule arme efficace de lutte contre les tensions de l’Empire, réunissant quelque cent trente-deux planètes, quatre mille trois cent quinze races et deux cent six mille vingt-huit classes sociales, chacune riche de sa culture, de ses rites et de ses schémas de pensée incompatibles les uns avec les autres. Le travail de critique vit donc peut-être ses derniers jours et je risque fort de me retrouver, dès le mois prochain, parachuté au sein de l’équipe de rédaction de la Gazette Universelle du Ministère des Arts Sonores, magazine qui sera bientôt le seul à pouvoir formuler un avis légal sur les œuvres d’artistes condamnés à respecter les règles édictées par ce même ministère.

Je me dois pourtant de faire vivre une dernière fois ce caractère de trublion qui me fit embrasser cette profession autrefois acceptable et donner une opinion personnelle sur The Sidereal Journey, album vieux de deux cents années terrestres, réédité, avec d’autres créations de musiciens oubliés et considérés selon les experts en storage sonore comme novateurs pour leur époque, Droniax 75k, Grand Master Flash, Led Zeppelin, Fela Kuti, Claude Debussy et Hildegarde de Bingen, par un groupuscule révolutionnaire anti-conformisation et vendu sous le manteau sur les marchés de toutes les mégalopoles du multivers.

Ce n’est qu’après m’être rendu à la médiathèque intégrale de ma ville que je compris la portée de cet album d’un académisme lassant, parfois brouillon, à l’ossature bancale, aux éléments s’accordant mal entre eux malgré des trouvailles mélodiques intéressantes. Car en fouillant dans les archives, je compris que si tous les nightoclubs actuels déversent sur leurs clients, depuis trois ans déjà, des flots de décibels provenant de sources comparables à celle-ci, il faut essayer d’effectuer un retour vers un passé flou, vers une époque ou la théorie musicale n’en était qu’à ses premiers balbutiements pour juger honnêtement The Sidereal Journey. Au moment de sa sortie, en l’an 1998 de l’ère chrétienne, ce recueil musical ne trouva que difficilement une étiquette susceptible de le classer au milieu de la production de l’époque. Les termes préhistoriques de death futuriste, space opera, metal théâtral avant-gardiste furent évoqués sans faire l’unanimité. Actuellement, les noms d’orchestres aussi connus que Tantrax 14, Helicoïde ou Girmolux 58jkc suffisent à cibler une musique entendue partout.

Mais voilà, le dénommé Alf Svensson, né sur le sol de l’actuelle Fédération Etatique Scandinavienne, membre d’un certain AT THE GATES, dont je n’ai pu écouter la musique, absente du compilaire harmonique local, a, sans le savoir, engendré avec sa concubine Sara Svensson le premier disque de slimcore stellaire, et ses défauts sont finalement compréhensibles au vu la période de sa genèse.

Cette réédition illégale est donc un message visant à mettre en garde les fanatiques de musique actuelle. Contrairement à ce que vous serinent les représentants de la Milice Culturelle, la musique pré-impériale mérite une réelle attention, pour des raisons à la fois historiques et artistiques, qui tendraient à prouver que l’Empire n’a pas tout inventé.

Après cette dernière phrase qui me vaudra sûrement une condamnation voire une courte séquestration dans un des spatiocentres détentifs de Pluton, je vous quitte en croisant les doigts pour que cet inscriptus soit lu par le plus grand nombre et ne subisse pas un effacement perpétuel de plus en plus à la mode chez les fonctionnaires-censeurs.

A lire aussi en DIVERS par POSSOPO :


KILLING JOKE
Democracy (1996)
Metal et post bidule




KILLING JOKE
Killing Joke 2003 (2003)
Metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Alf Svensson (tout)


1. A Black Hole Is Swallowing The Sun...
2. They Learned Of Its Existence...
3. For Persistence...
4. Bringer Of Obliteration...
5. Into Nowhere...
6. For Persistence...
7. So It's Our Final Hour...
8. The Light From The Perishing Sun...
9. Ahead -- The Universe !
10. No Longer Will We Be The Meek Ones...
11. How Could We Ever Know...
12. Head For That Star...
13. As One Surveys This Ocean...
14. The Iondrive A Silent Vibration...
15. Several Planets In Orbit...
16. Enemies !?
17. Once More Proven -- We Are Not Alone.
18. Lightspeed -- Plunge Into Hyperspace.
19. No Clue To Where This Jump Is Taking Them...
20. Breathless...
21. Turning Up The Power, Accelerating Again...
22. This Time Passage Was Violent...
23. Rings, Spread Like Rippled Water...
24. They Stare Unblinking...
25. Eternal Night...
26. How Many Worlds...
27. These Beings Failed And Perished...
28. Ahead Once More...
29. This Journey Has Taken Us...
30. The Moon Was Laid In Orbit...
31. Can This Be What We Hope For...
32. Terraform -- Alter The Environment...
33. And So One Day The Sleepers Waken...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod