Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ARRAKEEN - Patchwork (1990)
Par JEREMY le 26 Mars 2004          Consultée 4638 fois

Quatre titres, trente et une minutes de musique, nous indique le dos du boîtier. Autant dire que l’on s’attend à de longs morceaux, riches, complexes, épiques et variés, surtout lorsque l’on voit que le groupe remercie Marillion, et plus particulièrement son guitariste Steve Rothery, que l’on ne présente plus, pour sa participation sur l’un des morceaux de cet album.

Résonnent déjà dans nos enceintes les premiers accords du « Monde du Quoi », morceau plutôt direct et relativement facile d’accès, qui résume assez bien la musique d’Arrakeen tant par ses lignes de chant impeccables et dotées de mélodies à toutes épreuves, que par ses nombreux soli, courts, fluides, et extrêmement mélodiques, aussi bien à la guitare qu’aux claviers. Les textes sont à la fois explicites, poétiques et engagés, comme le prouve ce fabuleux refrain « Liberté, j’ai besoin d’espérer, d’éblouir mon rêve de vérité, de ne plus voir la mer entachée du sang de nos progrès ». Ce premier très bon morceau se conclut sur un solo comme seul Sylvain Gouvernaire sait les faire, doté de cette petite dose de magie si spécifique à Arrakeen.

« Différences » est le pavé de ce disque. Pavé dans le sens où ce morceau est tout simplement magnifique. Et d’ailleurs l’emploi de « simplement » se révèle alors très ambigu. En effet, « Différences » est un morceau ultra complexe, doué d’une extraordinaire richesse musicale, d’une originalité rare et d’une imagination créative sans borne. Imaginez – pour faire références à des groupes plus récents – un mélange entre The Flower Kings, pour la complexité, la tournure du morceau, certains arpèges de guitares, et quelques montés en puissances des claviers, et After Forever (sans les arrangements symphoniques toutefois), pour la voix de l’excellente chanteuse Maiko et les lignes de chants incroyablement attractifs et facilement mémorisables, et vous ne serez pas bien loin de la vérité. Ce morceau mériterait une chronique à lui tout seul, mais je crois que le silence serait encore un bien meilleur témoignage de mon admiration. Respect, tout simplement !

Avec « L’Entaluve », on rejoint plus la structure du « Monde du Quoi » précédemment décrit. A savoir que le refrain est toujours aussi remarquable, tout comme la prestation de nos musiciens, ou breaks aériens de batterie côtoient soli harmonieux de guitares et nappes enchanteresses de claviers. Quatres minutes trente d’un rock progressif fulgurant teinté d’un metal aux relants un tantinet atmosphérique, ce morceau déroule bien et apparaît comme une sorte de transition entre les deux bombes de cet album.

« Folle Marie » est un titre live enregistré les 1er et 2 Avril 90 au Zénith de Paris et à Lille, durant le « Marillion French Tour » pour lequel Arrakeen assurait la première partie. Le son y est légèrement moins bon que sur les trois pistes précédentes (sur lesquels les studios Harryson de Paris ont fait des merveilles), mais tout de même bien honorable. Construit dans une veine typiquement progressive, ce morceau ne renie pas certaines similitudes avec l’autre « gros du prog » des 90s, Marillion, Steve Rothery poussant même le vice jusqu’à rejoindre le groupe sur scène pour y ajouter sa touche personnelle, nous gratifiant au passage d’un excellent solo de guitare, avec toujours ce son si typique du groupe anglo-saxon.

De plus, la pochette est très réussie (Frédéric Mommeja aux pinceaux), nul doute que si Mago de Oz avait connu Arrakeen, ils en auraient été grandement inspirés ! Le livret est quant à lui bien rempli, avec en prime les paroles des chansons, et en français sil vous plaît, ainsi que des photos du groupe, sur scène la plupart du temps. Ce premier album est donc une réussite incroyable pour ce jeune groupe français originaire des environs de Martigues, on retient son souffle de bout en bout, et au bout des (trop courtes) 31 minutes de musique, un mot, un seul, nous vient en tête : Bravo !

A lire aussi en METAL PROG par JEREMY :


THRESHOLD
Hypothetical (2001)
Metal prog




SHADOW GALLERY
Room V (2005)
Peu de prise de risque, mais grand album de prog !


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Mejanel Gauthier (batterie)
- Yves Darteyron (basse et chœurs)
- Maïko (chant)
- Eric Bonnardel (claviers)
- Sylvain Gouvernaire (guitare, chœurs)
- Steve Rothery (2ème solo de guitare sur "folle marie")


1. Le Monde Du Quoi
2. Différences
3. L'entaluve
4. Folle Marie



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod