Recherche avancée       Liste groupes



      
GOTHIC MEDIEVAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (2 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Sopor Aeternus

NENIA C'ALLADHAN - Nenia C'alladhan (2001)
Par VOLTHORD le 17 Mars 2004          Consultée 5018 fois

Anna Varney n’a pas fini de faire parler de lui , après les albums de Sopor Aeternus le voilà sur Nenia C’alladhan cette fois ci accompagné par la lyriciste et chanteuse Constance Fröhling qui a également composé les mélodies de cet album. On peut dire en tout cas que cette alliance est une réussite.
Mêlant comme à l’habitude du «sommeil éternel » l’instrumentation typiquement médiévale et les ambiances et vocaux gothiques, Nenia C’alladhan a cependant ce petit plus qui fait d’un album un chef-d’œuvre. Dès le premier morceau, on se plonge dans un univers moyenâgeux et féerique où ce triste bonheur règne en maître. Porté par les douces mélodies notre cœur s’embrase d’une légère mélancolie et notre imagination vagabonde dans ce monde passé et fantastique…
L'interprétation sans fausse note et les compositions moins sombres et plus légères que ce que Anna Varney nous avait habitué avec Sopor Aeternus rendent d’ores et déjà cet album incontournable. Flûtes, trompettes, Trombone, guitare sèche, violons, percussions typiquement médiévales… énumérer la liste des instruments utilisés serait assez long, et, même si parfois on a quelque doute sur l’authenticité de certains d'entre eux (par exemple le hautbois sur « Sternblummenacht »), l’utilisation des imitations au clavier n’est pas abusive..

Mais comment parler de Nenia C’alladhan sans parler du travail des voix ?
Car l’alliance de la voix du chanteur de SA (en l’occurrence Anna Varney lui-même), qui a laissé en passant son imitation de la chèvre (pour le plus grand bonheur de tous !) et celle de Constance rend à merveille ! L’une, plus monocorde se porte mieux sur les morceaux orchestraux, l’autre, plus mélancolique et sensuelle, diversifiée et tout simplement magnifique atteint l’apogée de sa beauté sur les compositions moins chargées. Je mets au défi quiconque de reprendre la version originale de Sternblummenacht et de faire mieux ou aussi bien qu’elle ! Ca relève de l’impossible !
Un vieux proverbe suisse dit "l’union fait la force": je confirme, dans « an die sterne » ou encore « lied der todesfee », les deux voix se mêlent et s’entremêlent en toute harmonie, se renforcent mutuellement et se melangent parfaitement avec le reste.
Autre point fort qu’on ne peut oublier : les refrains. Entraînants, entêtants, un must ! Ecoutez « an die sterne » ou encore «Schatten Gesang » si vous n'êtes pas convaincus ;)

Comme vous avez pu le voir en lisant le nom des morceaux, l’album est uniquement chanté en Allemand, il m’a fallu 2 ou 3 écoutes pour vraiment m’y faire mais finalement ce n’est pas dérangeant du tout, bien au contraire…

Vous l’aurez compris, le tableau peint par l’alliance des deux tourtereaux est une gigantesque fresque moyenâgeuse aux influences gothiques et fantastiques, un somptueux voyage orchestrale dans des royaumes imaginaires...un chef d’œuvre en tous points...
Les fans d’Ataraxia, Sopor et co se doivent de posséder Nenia C’alladhan (si c'est pas deja fait), que je conseille également a toute personne ouverte et qui recherche originalité et perfection.

Pour ceux qui n’aiment pas les surprises voilà une description rapide des 9 titres de ce cd :

1.An die Sterne
Premier morceau qui entame l’album efficacement, posant dès lors l’ambiance propre Nenia C'alladhan.

2.Die Stimme in sturmm
Mené par la clarinette et la voix de Anna Varney, un second titre un peu longuet et lassant où l’apparition des violons sur la fin résonnent typiquement sopor aeternus et nous réveillent un peu.

3.Schwarzer Spiegel
Plus rythmé que les précédents morceaux, plus joyeux, Schwarzer Spiegel possède des parties instrumentales entraînantes ou les instruments se répondent les uns aux autres dans un torrent orchestrale.

4.Schatten Gesang
Et on repart avec les langoureux violons, adoucis par le doux son des clochettes et la guitare sèche. Second duo avec un refrain des plus tristes et des mélodies envoûtantes.

5.Der see Vergenssens
Pour certains le meilleur morceau de l’album. Bercé par la flûte, le xylophone et la basse frétillante, un peu dans la lignée de « Schwarzer Spiegel », un morceau très folk rappelant tantôt l'irlandaise Joanie Madden, tantôt les anglais de Blackmore's Night (un peu ;) )

6.Sternblumennacht
Un grand mot pour un grand morceau. Long et envoûtant, uniquement chanté par Anna, une complainte où parties douces et parties orchestrales s’enchaînent…un déluge d’émotions naît des mélodies de Constance et le tout est excellemment bien ficelé par le meneur de sopor.

7.Schwarze Spiegel II
Après deux morceaux longs, une interlude acoustique de 2.45 minutes qui reprend les premiers couplets de la version originale de la première partie, c’est reposant et une nouvelle fois magnifiquement interprété par Constance.

8.Lied der Todesfee
Une berceuse peu instrumentée. Le meilleur morceau court de l’album car plus féerique se demarquant un peu du reste.

9.Sternblumennacht (original version)
De la même manière que Schwarzer Spiegel II, la version originale de Sternblumennacht est chantée par Constance accompagnée d’une guitare sèche et d’une contrebasse. Certains diront que c’est du remplissage, et bien pas du tout !Bien au contraire, ce morceau a lui seul justifierais l’achat de Nenia C’alladhan. Il est assez difficile de penser qu’avec uniquement 2 instruments (peut être une seconde guitare aussi ! ?) et une voix (allez je l’avoue y aussi une courte apparition de Anna) on puisse passer dix minutes sans être lassé ! Et pourtant ce chant est tellement enchanteur qu’on se laisse porter par cette perle de mélancolie un peu dans la veine des premiers Loreena McKennitt.
Et même si musicalement la comparaison est un peu osée, c’est dans leur manières de faire passer les émotions que les deux chanteuses se rejoignent.
C’est splendide, incopiable, un bien bel adieu.

A lire aussi en AMBIENT par VOLTHORD :


CHAOSTAR
The Scarlet Queen (2004)
Néo classsique expérimental et cauchemardesque




ELEND
Sunwar The Dead (2004)
Du grand art...orchestral, sombre et magnifique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Anna Varney (chant, musique)
- Constance (chant)
- Johannes Knirsch (contrebasse)
- Katrin Ebert (violon, alto)
- Martin Höfert (violoncelle)
- Guido Spitz (basson)
- Jutta Sinsel (hautbois, clarinette)
- Alen Markulin (guitare)
- Simon-tobias Ostheim (batterie, percussions)


1. An Die Sterne
2. Die Stimme Im Sturm
3. Schwarzer Spiegel
4. Schattengesang
5. Der See Des Vergessebs
6. Sternblumennacht
7. Schwarzer Spiegel Ii
8. Lied Der Todesfee
9. Sternblumennacht (original Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod