Recherche avancée       Liste groupes



      
PRéTENTIEUX  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Emperor, Ihsahn

PECCATUM - Strangle From Within (1999)
Par POSSOPO le 28 Février 2004          Consultée 4209 fois

EMPEROR était essentiellement composé de deux personnalités distinctes. Ihsahn a toujours été dans l’œil des médias, multipliant interviews et apparitions à la télévision (qui se souvient de cette émission sur mtv ayant pour thème l’occulte, émission qui vit Ihsahn parler de ses croyances et des actes commis par l’Inner Circle black metal ?) Samoth semble de nature plus réservée mais aussi plus exaltée. Il a physiquement pris part, au contraire de son acolyte, aux dégradations qui ont permis l’émergence médiatique de tout un genre musical et a passé quelques mois en prison. C’est aussi lui la principale force créatrice du duo norvégien. Il est musicalement à l’origine de la plupart des morceaux du groupe. Ihsahn ne se contente tout de même pas de poser pour les journaux. Son travail est accès sur les textes et le concept. Il participe aussi aux compositions pour le côté symphonique.
Ceux qui ont été désappointés à l’écoute du premier album de PECCATUM ne savaient probablement pas tout ça. Ils s’attendaient peut-être à l’éclosion d’un vrai faux nouvel EMPEROR. Personnellement, je ne m’attendais pas à grand-chose et mes espoirs n’ont donc pas été déçus.

Ihsahn semble avoir eu deux raisons pour monter cette bancale entreprise. La première consistait tout simplement à faire plaisir à sa femme qui devait en avoir marre de voir son frangin se curer le nez en jouant à la playstation (ce qui n’est pourtant pas une si mince affaire et relève d’une certaine dextérité) toute la journée. PECCATUM est en effet un trio familial regroupant le néo chauve avec des poches sous les yeux, sa femme Heidi Solberg épouse Tveitan , et son beauf (on ne rigole pas dans la salle) Pal ( les deux hommes se connaissent tout de même depuis les années 80). Les deux derniers se sont pour l’occasion trouvé un pseudonyme pour faire comme le mari de madame. La deuxième raison est certainement l’envie du triste sire de poursuivre son exploration musicale sur des chemins moins balisés. Strangle From Within se veut donc une symphonie avant-gardiste à la sauce black metal.

Les trois compagnons ont du perdre leur boussole et ce labyrinthe de sonorités baroques, black ou simplement bizarres a eu raison d’eux. L’album souffre d’un manque cruel de cohésion, preuve en est ce the change qui pourrait très bien figurer sur IX Equilibrium cotoyant un speak of the devil aux airs de space opéra et un the song which no name carry aux relents indus. Le principal intérêt du disque est censé résider en un savant mélange des voix des trois participants. Vous avez bien lu, censé, tout est dit. Les claviers sont omniprésents comme sur cet an ovation to art (bravo pour ce titre tout en modestie) qui donne la désagréable impression de tripoter le paddle de sa console de jeux vidéo (certainement un hommage à l’activité préférée de ce bon gros Pal).

Le temps a passé, EMPEROR a splitté, Heidi Tveitan a trouvé en STAR OF ASH une demeure mieux bâtie et le gentil Pal s’est acheté un quadrupleur pour jouer avec ses potes à iss (monsieur fait aussi des vocalises dans SOURCE OF TIDE? Pardon, je ne savais pas).

Les plus négatifs diront que ce projet peu intéressant a quelque peu nuit à la créativité d’EMPEROR, IX Equilibrium puis Prometheus, The Discipline Of Fire And Demise ne possédant pas la flamme des opus précédents. Comme j’expliquais en début de chronique, je considère Samoth comme le véritable pilier créateur de la formation, je dirai donc seulement que PECCATUM dont la seule réussite semble matérialisée par ce titre strangle from within assez évocateur et plutôt bien trouvé (assez, bien, je ne vais pas non plus grimper au rideau et faire le cri de Tarzan pour si peu) et le très humoristique duo I breathe without access to air et the world of no worlds (Tarzan retombe par terre et se luxe l’épaule gauche), est pour Ihsahn une perte de temps et d’énergie.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


CELTIC FROST
Morbid Tales (1984)
Dark metal

(+ 1 kro-express)



GRAVELAND
Thousand Swords (1995)
La bo idéale de conan


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Ihsahn (chant, tous les instruments)
- Ihriel (chant)
- Lord Pz (chant)


1. Where Do I Then Belong?
2. Speak Of The Devil (as The Devil May Car
3. The Change
4. The Song Which No Name Carry
5. The Sand Was Made Of Mountains
6. I Breathe Without Access To Air
7. The World Of No Worlds
8. And Pray For Me
9. An Ovation To Art



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod