Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Winery Dogs
- Style + Membre : Dream Theater

LIQUID TENSION EXPERIMENT - 2 (1999)
Par JULIEN le 11 Février 2004          Consultée 4439 fois

Bon, à la différence du premier disque de LIQUID TENSION EXPERIMENT (LTE pour faire simple), cette fois-ci les protagonistes sont présents sur la pochette, ce qui m’évitera les présentations… Non ? Bon, ok : LTE, c’est un quatuor de génie du Prog – John Petrucci (guitare) et Mike Portnoy (batterie et percussions) de DREAM THEATER, l’hallucinant Jordan Rudess (futur DREAM THEATER) et le mythique Tony Levin (KING KRIMSON, Peter Gabriel…)… et que font de tels maestros quand ils ont un peu de temps libre ? Je vous le donne en mille ! Ils s’enferment en studios et vous pondent en un temps record un monument de Prog. Après tout, pourquoi pas, on a bien le droit de s’amuser… sauf que là, ces types là font tout sauf plaisanter !

LTE, c’est une sorte de fusion entre un esprit Prog fortement prégnant, quelques touches de Jazz, un peu de Metal pour démettre les mâchoires, et surtout une énorme, une mammouthesque avalanche de notes et de breaks, de tempos versatiles en diable et de mélodies à vous retourner le cœur. LTE c’est du sérieux, autant que peuvent l‘être les copieux CV des quatre bonhommes. Le premier chapitre de cette expérience frôlait le chef d’œuvre, alors qu’en est-il de cette revanche ?

Premièrement, on s’aperçoit que là où le premier LTE ne proposait qu’une seule composition dépassant les dix minutes (une impressionnante improvisation de vingt huit minutes), ce deuxième, et dernier volet très certainement (Rudess ayant intégré DREAM THEATER tout juste après), ne comporte pas moins de quatre morceaux égalant ou dépassant ces dix minutes ! Plus précisément, là où le premier LTE se fendait de compositions de longueurs raisonnables et de deux courtes improvisations (plus la pièce imposante suscitée), ce « 2 » se fend lui de cinq véritables compositions et de trois improvisations, dont deux ont largement pris du ventre par rapport aux repères établis avec le premier LTE, en plafonnant au-delà des dix minutes.
Pour commencer, LTE nous assène en ouverture deux compositions époustouflantes, intégralement instrumentales donc, à commencer par le tonitruant « Acid Rain » ! Il fallait bien de tels maîtres pour écrire (en deux petites heures s’il vous plaît) et interpréter une pièce aussi tarée, sur-vitaminée, d’une technicité à écoeurer bien des musicos en herbe, incroyablement fun et prenante malgré tout… Et je ne parle pas de « Biaxident », véritable jubilé d’un Jordan Rudess au sommet de son art : son travail au piano laisse abasourdi, tant les notes qu’il fait déferler sur notre âme, semblables à de douces caresses, roulent avec plénitude sur une écume de beauté !

Et après la quiétude viennent les nuages lugubres de « Another Dimension », rameutant riffs lourds et modernes sur fond de nappes couvrant cette composition d’ambiances graves, même dans l’utilisation de synthés très Prog. A noter l’utilisation insolite d’un accordéon et d’une guitare hispanisante, perçant une trouée plus chaleureuse dans le ciel morose mais intéressant de cette longue pièce de presque dix minutes. Mais vous n’avez encore rien entendu ! Voici débarquer « When The Water Breaks », le gros morceau de ce « 2 », avec ses dix sept minutes au compteur : véritable témoignage d’amour à la science du Prog, cette composition permet ici à la sensibilité de John Petrucci de dénicher l’écrin où s’épanouir… Il s’en passe ici des choses, et les guitares les plus lourdes côtoient les phrasés plus tendres, et croisent d’énormes breaks de batterie, des pianos frénétiques et même quelques pointes Technoïdes ! Et je fais court, histoire de n’en point trop dévoiler…

Tout va bien donc ? Oui, mais c’est avec les impros qu’à mon sens le bât blesse… et l’édifice de se fragiliser quelque peu. A vrai dire, la plus courte d’entre elles, « 914 », est assez plaisante : quatre minutes construites sur la complémentarité paradoxale d’une batterie volcanique et d’une basse tranquille (profitons de l’occasion pour souligner le remarquable et impressionnant boulot de Tony Levin au sein de LTE), le tout arrosé de claviers cristallins ou plus francs… Non, c’est avec les deux autres improvisations que je tique. Moins inspirée, « Chewbacca » repose sur une rythmique assaisonnée de bruitages assez spatiaux (avec un tel titre…) et parfois aqueux… et même si quelques riffs Rock barrés, maquillés de wah wah, sont ici à retenir, l’ensemble m’apparaît moins convaincant. Et il en va de même avec « Liquid Dreams » qui, comme son patronyme l’indique, fait dans l’onirique paresseux : reposante et assez jazzy dans l’utilisation du piano, cette improvisation doit, je le pense, être prise comme un moment de détente.

A la limite, si ces deux improvisations avaient été positionnées différemment, on n’aurait rien trouvé à y redire ! Chaque disque comporte son lot de titres moins indispensables, après tout. Mais voilà, en les enchaînant en fin d’album, LTE commet à mon sens une erreur d’appréciation, encore écorchée par la calme conclusion du disque – la sublime « Hourglass », triste ballade, belle à en pleurer. Ainsi entamé par un agencement hasardeux des titres et deux impros pas très heureuses, ce « 2 » ne saurait donc prétendre au titre de chef d’œuvre, et reste pour moi fermement bloqué sur un 4/5 bien mérité, là où la première édition de ce projet flottait au dessus de ce barrage, s’approchant très près du 5/5.

Attention, qu’on ne se méprenne pas : « 2 » reste un disque de Prog original, superbement enregistré, bien présenté - un livret extrêmement détaillé permet de suivre les étapes de la conception du disque depuis les premières esquisses jusqu’aux dernières retouches - très impressionnant musicalement et techniquement parlant, et il contient en outre nombre de moments véritablement énoooooormes ! Alors, si le tout instrumental ne vous fait pas peur, pourquoi ne pas se laisser tenter?

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par JULIEN :


Yngwie MALMSTEEN
Concerto Suite For Electric Guitar And Orchestra (1998)
Metal instrumental




Steve VAI
Passion And Warfare (1990)
Metal instrumental


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Tony Levin (basse, stick chapman)
- John Petrucci (guitare)
- Mike Portnoy (batterie, percussions)
- Jordan Rudess (claviers)


1. Acid Rain
2. Biaxident
3. 914
4. Another Dimension
5. When The Water Breaks
6. Chewbacca
7. Liquid Dreams
8. Hourglass



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod