Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1998 Liquid Tension Experi...
1999 Liquid Tension Experi...
2021 Lte3
 

- Membre : The Winery Dogs , Sons Of Apollo, Adrenaline Mob, Bpmd
- Style + Membre : Dream Theater

LIQUID TENSION EXPERIMENT - 3 (2021)
Par JEFF KANJI le 16 Octobre 2021          Consultée 1472 fois

Alors je pense qu'il convient de prévenir le lecteur avant de se lancer dans l'aventure LIQUID TENSION EXPERIMENT. D'ailleurs j'aurais dû me prévenir moi-même à bien y réfléchir. Parce que dans le milieu des musiciens, LIQUID TENSION EXPERIMENT n'a pas besoin d'avoir joué une note de musique pour susciter le respect et l'admiration. Surtout quand il s'est abstenu de le faire pendant plus de vingt ans ! Oh certes, Mike Portnoy, Tony Levin et Jordan Rudess avaient bien effectué quelques sorties en mode TRIO, mais cette réunion avait un peu perdu de sens, puisque Jordan Rudess avait à l'époque rejoint DREAM THEATER à temps plein en remplacement de Derek Sherinian, et sorti dans cette configuration l'un des meilleurs albums de la formation new-yorkaise.

En 2020, cela fait maintenant plus de dix ans que Mike Portnoy a quitté le Théâtre du Rêve et cette réunion avec Jordan Rudess et John Petrucci excite bien évidemment les conduits auditifs de tous les nostalgiques de la grande époque, surtout qu'elle fait suite au premier album solo de John Petrucci en quinze ans, déjà réalisé en compagnie de Mike Portnoy. Si le très occupé batteur a largement su nous abreuver jusqu'ici avec les deux albums de SONS OF APOLLO, qu'en est-il de cette réunion de virtuoses ?

De l'aveu même du géant Tony Levin, il n'est pas évident de bosser avec des musiciens qui se connaissent si bien qu'ils écrivent avec une facilité quasi télépathique. La réunion de Jordan Rudess, Mike Portnoy et John Petrucci est à elle seule un évènement de taille dans le giron du Metal Progressif, peut-être même autant que l'existence de ce troisième LIQUID TENSION EXPERIMENT. La bande s'y affiche dans une forme olympique, avec une maturité de tous les acteurs ahurissante, qui leur autorise tous les voyages possibles et imaginables, du moins sur le plan musical. Tant et si bien que le quartette a carrément décidé de proposer une édition spéciale de son troisième album contenant un deuxième CD rempli de sessions improvisées, au cours desquelles il est régulièrement difficile de suivre le cheminement mental de chacun des intervenants.

Et l'erreur que j'ai faite au départ a été d'écouter toutes ces pièces d'une traite. Et à moins d'une oreille entraînée et d'un goût certain pour une musique très libre, il m'apparaît très difficile de s'enchaîner une heure et demie de Progressif aussi technique voire virtuose. En revanche, si l'on se concentre sur l'album, c’est-à-dire les huit pièces, inaugurée par le riff ébouriffant de "Hypersonic" qui plante le décor sur fond de guitares et claviers qui tricotent à l'unisson et en harmonie, et conclues par le voyage de treize minutes "Keys To The Imagination" qui permet d'atterrir dans une relative quiétude, sur fond de piano (et je le répète, quand Jordan Rudess se met au piano, la noblesse et la finesse de son jeu se mettent instantanément au service de la musicalité et donnent l'espace nécessaire pour que John Petrucci nous éblouisse d'un jeu assez délié, néanmoins technique, mais qui laisse les notes vibrer, contribuant, après son "Terminal Velocity" à réaffirmer que son jeu n'est pas toujours aussi froid qu'il le laisse paraître, "Beating The Odds" ou encore le "Rhapsody In Blue" de GERSHWIN bénéficiant de vrais moments de guitare qui permettent de rappeler qu'il reste aujourd'hui l'un des meilleurs sur le circuit.

La face plus barrée n'est pas la plus représentée sur ce troisième volume, néanmoins on peut tout de même compter sur Tony Levin pour nous sortir des plans conceptuels, quitte à essayer de faire parler sa contrebasse, avec distorsion de rigueur, dans une densité sonore entre Cliff Burton et APOCALYPTICA. Il rappelle le rôle de dialoguiste de l'instrument soliste qui n'a pas forcément vocation à écraser l'ensemble de la pièce pour se faire valoir. Et c'est une constante de cet album : chaque mélodie, chaque solo ou chaque trait (j'en reviens à l'introït de "Hypersonic") dispose de son espace d'expression, dans une prise de son précise mais plutôt naturelle, où les overdubs semblent très épars.

Difficile de noter un tel disque, qui rien que par le talent combiné affiché et joué par ses interprètes mériterait une note maximale, tant ce disque est au-dessus de 90% des productions affiliées Metal en termes d'idées et de potentiel créatif. Mais je garde à l'esprit et dans le ressenti la sensation d'écouter quelque chose de pas très accessible, surtout à même de satisfaire mon esprit et mon oreille de musicien, épatée par ce que LIQUID TENSION EXPERIMENT rend possible, et donne comme leçons à apprendre. C'est de la très bonne musique, mais pas forcément à portée de toutes les oreilles.

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par JEFF KANJI :


Yossi SASSI
Desert Butterflies (2014)
En mai fais ce qu'il te plaît




Yossi SASSI
Melting Clocks (2012)
Wake up!


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tony Levin (contrebasse, basse, chapman stick)
- John Petrucci (guitare)
- Mike Portnoy (batterie)
- Jordan Rudess (claviers)


1. Hypersonic
2. Beating The Odds
3. Liquid Evolution
4. The Passage Of Time
5. Chris & Kevin's Amazing Odyssey
6. Rhapsody In Blue
7. Shades Of Hope
8. Key To The Imagination

1. Blink Of An Eye
2. Solid Resolution Theory
3. View From The Mountaintop
4. Your Beard Is Good
5. Ya Mon



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod