Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTH-POP METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Arcturus, Mayhem, Dimmu Borgir, God Seed
- Style + Membre : Cradle Of Filth

The KOVENANT - S.e.t.i. (2003)
Par POSSOPO le 7 Novembre 2003          Consultée 6086 fois

Autant faire preuve de sincérité et le dire en introduction de cette chronique, je ne nourris absolument aucun respect pour cette bête immonde en perpétuelle mutation et continuant à patauger dans la fange commerciale qu’elle ne quittera probablement jamais. THE KOVENANT n’a jamais trouvé grâce à mes yeux et mon opinion (trop?) tranchée sur sa valeur n’est pas prête de se modifier.

L’idée de Nagash, qui se trouvait trop à l’étroit au sein de DIMMU BORGIR, et Blackheart de proposer un speed metal symphonique mâtiné de black n’était pas forcément nulle mais Nexus Polaris, que certains osèrent comparer à Aspera Hiems Symfonia d’ARCTURUS (peut-être en raison de Sverd et Hellhammer présents sur les deux albums) ne m’a pas emballé pour autant. Animatronic (ou comment singer SAMAEL et RAMMSTEIN sans inspiration) abandonne cette formule qui n’aura apparemment même pas convaincu ses géniteurs et qui opérent un virage à cent quatre-vingts degrés qui se terminera non loin du fossé. Changement de look (le concours de l’accoutrement le plus grotesque est lancé), de patronyme (problèmes juridiques obligent) et d’orientation musicale sont au menu de ce repas un poil indigeste. Pour prolonger la souffrance, Lex Icon et Psy Coma (leurs nouveaux noms de scène aussi ridicules que les précédents) croiront intelligent de réenregistrer leur inutile premier album, In The Times Before Light (brrr, ça fait froid dans le dos un titre pareil).

Tout ça pour arriver en 2003 à ce S.e.t.i. à la ligne directrice assez floue et au contenu sans caractère. Hellhammer a du enfin comprendre à quel point il se fourvoyait dans cette aventure puisqu’il a finalement décidé de quitter le navire au moment même de son enregistrement.
Bien lui en a pris tant cet assemblage de sons à la mode sans aucun charme est navrant de nullité. Après de premières secondes semblant provenir des chutes de studio du rammsteinien Mutter, nous est servi un cocktail cyber-electro-indus-gothique au goût moins prononcé qu’une mauvaise eau déminéralisée.
Attention, je répète pour ceux qui ont déjà oublié le début de la chronique que je n’ai aimé ni Nexus Polaris, ni Animatronic, mais le peu d’objectivité qu’il me reste m’oblige à vous informer que cet album plonge infiniment plus profondément au sein des abysses de la médiocrité que ses deux aïeuls chéris par quelques-uns. Pour faire simple, S.e.t.i. est un mauvais disque de synth-pop (le guitariste d’APOPTYGMA BERZERK Angel Stengel participe d’ailleurs depuis trois ans à cette douteuse affaire) puisant quelques idées chez MARILYN MANSON.

Attention, cette entité misérable a ses adeptes (et je m’excuse devant eux de tout ce fiel déversé) et ma chronique fait preuve d’une totale subjectivité. Mais je ne ferai pas pour autant amende honorable. La pseudo-efficacité que montrait THE KOVENANT sur Nexus Polaris et Animatronic ayant aujourd’hui disparue, il ne me reste rien sinon l’impression d’avoir perdu mon temps en cherchant vainement un intérêt à ce disque.

A lire aussi en ELECTRO par POSSOPO :


ULVER
Perdition City (2001)
Electro jazz

(+ 2 kros-express)



ULVER
Shadows Of The Sun (2007)
Un grand ULVER, calme et apaisant

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Lex Icon (chant, basse)
- Psy Coma (guitare, synthé, programmation)
- Von Blomberg (batterie)
- Eileen Küpper (chant)


1. Cybertrash
2. Planet Of The Apes
3. Star By Star
4. Via Negativa
5. Stillborn Universe
6. Acid Theatre
7. Perfect End
8. Neon
9. Keepers Of The Garden
10. Pantomime
11. Hollow Earth
12. Industrial Twilight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod