Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2023 The Gates Of Aramore

PRYDAIN - The Gates Of Aramore (2023)
Par JOHN DUFF le 30 Septembre 2023          Consultée 830 fois

En 2023, on est en droit de se poser la question suivante : le Power Metal est-il toujours séduisant ? À titre personnel, j'ai beaucoup de mal à être conquis par les sorties récentes. Il y a quand même eu FELLOWSHIP et son Metal frais, joyeux et addictif (merci T-Ray) qui m'a bien plus récemment et également LEGIONS OF THE NIGHT (encore merci T-Ray) dans un registre plus sombre. Sinon, mes écoutes d'autres artistes de ce style se résument à deux-trois titres pour finalement lâcher l'affaire. Puis est apparu PRYDAIN, combo américain formé en 2020 avec en son sein le talentueux Bob Katsionis (STRAY GODS, ex-FIREWIND, ex-SERIOUS BLACK).

Quand on pose les yeux sur l'artwork, il n'y a aucun doute sur la marchandise. Le Power transpire de ce dessin plutôt réussi où l'on croirait apercevoir Théoden, arc à la main. Musicalement, PRYDAIN se veut efficace dès le premier morceau, j'exclus volontairement l'introduction inévitable sur pas mal de galettes du genre. On croirait entendre EDGUY époque "Vain Glory Opera"/"Theater Of Salvation" en termes de riffs et d'accroche. Le chanteur Mike Lee, quant à lui, a une tessiture plutôt proche de Tim "Ripper" Owens, sans avoir son niveau cependant. J'y reviendrai.

Le titre qui me vient à l'esprit en évoquant cet album est incontestablement "Sail The Seas", mid-tempo sautillant tellement prenant. La mélodie à la cornemuse est simple et efficace. Impossible de ne pas headbanguer et d'avoir la banane à l'écoute de ce titre qui est l'un des points culminants de l'opus. Globalement, "The Gates Of Aramore" est avant tout un voyage et les quelques interludes placés ici et là renforcent ce côté aventureux si propre au Power. Ça sonne très années 2000 avec ces qualités comme bien évidemment l'accroche immédiate, un côté épique qui se dégage de chaque composition, des leads de clavier bien amenés et bien sûr des leads de guitare qui font mouche. Même si on est en terrain totalement connu, PRYDAIN arrivé à sonner vieux et frais à la fois. Notons également la présence notable de Jens Ludwig (EDGUY) qui nous a pondu un super solo sur "Quest Of The Fallen".

Si je devais reprocher quelque chose à PRYDAIN, ce serait probablement sur la prestation de Mike Lee qui peut s'avérer limite par moments et qui pourrait en irriter plus d'un, ce que je peux totalement concevoir. Cela dit, même si parfois certaines parties me font sourire ou grincer des dents, je ne passe jamais un mauvais moment à l'écoute de cet album, véritable hymne au Power des années 2000. On pourrait aussi dire que l'exercice n'est pas très original, qu'il est aisé de deviner presque en avance comment va sonner le refrain mais ça ne me gêne pas si c'est bien exécuté. Et ça n'a pas l'air de gêner grand-monde vu la popularité de certains groupes formatés qui pondent le même album tous les trois ans.

Qui dit Power Metal dit titre-tiroir et PRYDAIN ne fera pas exception à la règle. En effet, "Kingdom Fury" placé en queue d'album juste avant l'interlude final, se révèle être une réussite. Le morceau alterne en effet sur ses rythmes, tantôt mid-tempo, tantôt speed et est doté bien évidemment d'un refrain fédérateur. Cerise sur le gâteau, on aura l'unique chance d'entendre du chant guttural en milieu de morceau, ce qui était plutôt inattendu et cet ajout se veut pertinent et efficace. Ce morceau-fleuve se conclura d'une manière douce avec quelques arpèges, un chant posé et de jolies lignes de guitare acoustique. En bref, un excellent titre !

Vous l'aurez compris, après de nombreuses pérégrinations, PRYDAIN m'a tendu ses bras et m'a enlacé dans son univers. Au départ un peu sceptique, surtout par la prestation vocale, l'efficacité des compositions a pris le dessus. Même si les Américains n'apportent rien d'original, il n'empêche qu'à chaque réécoute, le plaisir reste intact. Ce qui est plutôt bon signe, non ?

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en POWER METAL par JOHN DUFF :


EDGUY
The Savage Poetry (2000)
La meilleure idée d'EDGUY !

(+ 1 kro-express)



LEGIONS OF THE NIGHT
Sorrow Is The Cure (2021)
Henning basse is the cure !


Marquez et partagez




 
   JOHN DUFF

 
  N/A



- Austin Dixon (guitare)
- Bob Katsionis (guitare, basse)
- Jonah Weingarten (claviers)
- Mike Lee (chant)


1. Sword & Sorcery
2. The Gates Of Aramore
3. Lands Beyond
4. Sail The Seas
5. Quest Of The Fallen
6. Way Of The Forest
7. Ancient Whispers
8. Blessed & Divine
9. Kingdom Fury
10. Magic & Mystery



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod