Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


GAUPA - Feberdröm (2020)
Par VOLTHORD le 13 Novembre 2021          Consultée 406 fois

Dans un univers parallèle improbable à un point presque Pratchettien, on me poserait cette question : "Dis mec, j'ai une petite envie de Stoner, mais plus un truc qui ressemble à DOOL et possiblement avec la voix de BJÖRK, tu aurais ça dans un tiroir ?"
Et je répondrais : "Écoute GAUPA mon ami et tu seras proche du ciel", avant de me volatiliser dans l'atmosphère, mon acte de charité et de compassion étant accompli en cette terre.

Évidemment, le scénario dans lequel un individu 1/ me demanderait de lui conseiller du Stoner et 2/ ait un besoin fulgurant d'une touche de chant pop islandaise au milieu de ce Stoner ne peut qu'être une fiction.
En vérité, ce n'est que par surprise ou par erreur que l'on découvre GAUPA, dont le chant n'est vraiment ni plus ni moins que celui de BJÖRK et la prod et la riffistique hérite de KYUSS. Quant à sa verve féminine, cette atmosphère électrique marquée d'enrobages atmosphériques subtils, ces accointances pour le Doom, le Post Rock ou le Rock Psyché, je les rapproche sans trop de mal d'un DOOL, comme certains le feraient de l'ensemble d'un mouvement de chanteuses rock jouant entre émotions fines et force de caractère.

Dans ce diagramme de Venn intrigant, GAUPA se démerde avec l'enthousiasme du nouveau venu, naviguant avec aise dans la zone de confort qu'il s'est construite, d'un groove agressif et trippant à des notes de mélancolie plus fines, d'un blues accablé à de la riffaille musclée.

L'atmosphère envoûtante de "Mjölksyra" laisse sa trace, le bluesy "Grycksbo Gånglåt", à fleur de peau, ou cette impressionnante fin Doom que constitue "Klarvaken" sont de réelles perles sur lesquelles je reviens régulièrement, déployant le plein potentiel du groupe, et la raison pour laquelle il m'a paru important d'écrire une petite bafouille sur le groupe. Un chouïa plus de personnalité sur les riffs et on pourrait alors imaginer le groupe se hisser vers des sommets que l'originalité et le charisme du chant de Emma Näslund serait à même de porter.

Passé le stade de la découverte, "Feberdröm" peine tout de même à laisser une trace durable sur l'ensemble de l'opus. Je n'arrive déjà pas trop à écouter KYUSS sans avoir autre chose qu'une image très monolithique d'une route toute droite parcourue par une décapotable dans un désert infini. Ainsi, ce qui tient du Stoner chez GAUPA ne me semble pas assez nouveau pour réellement me convertir à cette dimension du genre ("Alfahonan" ou "Totemdjur" sont assez bif bof, par exemple), sauf peut-être quand on y trouve une touche plus moderne et mélodique, comme sur le puissant "Where Emperors Grow". Le Stoner irradie également la production, conférant à "Feberdröm" un son que j'aurais sans doute préféré plus intimiste et profond (à la manière d'un DOOL, donc).

N'ayant aucune idée de comment conclure cette chronique, je vais me permettre de répéter mon introduction : si vous n'avez jamais entendu un groupe de Stoner avec Björk comme chanteuse, et si cette seule idée vous semble intrigante, vous aurez au moins la garantie que c'est réussi.

A lire aussi en STONER :


DOPETHRONE
Hochelaga (2015)
Smoke! Drink! Die!




QUEENS OF THE STONE AGE
Over The Years And Through The Woods (2005)
En fait, c'est pas dans les bois mais à Londres !!!


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Emma Näslund (chant)
- David Rosberg (guitare)
- Daniel Nygren (guitare)
- Erik Jerka Sävström (basse)
- Jimmy Hurtig (batterie)


1. Vakuum
2. Where Emperors Grow
3. Hjulet
4. Grycksbo Gånglåt
5. Mjölksyra
6. Alfahonan (shooting Blanks)
7. Totemdjur
8. Klarvaken



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod