Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL MéLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Anthem, Traveler, Vicious Rumors
- Membre : Flotsam And Jetsam, Alice Cooper, Chastain, Impellitteri

FIFTH ANGEL - Time Will Tell (1989)
Par DARK SCHNEIDER le 4 Novembre 2021          Consultée 495 fois

Si l'espoir d'une carrière de Rockstar envoie du rêve, l'envers du décor pour les nombreux aspirants a de quoi faire réfléchir tous ceux qui veulent tenter leur chance. FIFTH ANGEL est un bon exemple des déconvenues et de la cruauté dont peut parfois faire preuve le milieu. Rappelez-vous cher lecteur, qui avez évidemment lu la chronique du premier album du cinquième ange, que le combo de Seattle avait été fondé par un guitariste de talent, James Byrd. Ce dernier fut évincé avant la mise en boîte de ce deuxième album, et il vécut cela comme un véritable coup de poignard dans le dos. Les motifs invoqués étant du pur business, bref, des histoires de fric. C'est moche. Mais pour l'entité FIFTH ANGEL, l'histoire continue. "Time Will Tell" va confirmer une fois de plus toute la qualité de ces fins musiciens.

On se rendra en tout cas vite compte des ambitions commerciales du groupe : si les questions de business ont empoisonné les relations entre certains membres ce n'est pas pour rien, FIFTH ANGEL veut percer à tout prix et réussit à être signé par Epic, un label d'un tout autre calibre que Shrapnel. Ainsi, ceux qui pouvaient être rebutés par la production un peu famélique du premier album seront ravis : "Time Will Tell" est un album au son léché et parfaitement calibré pour d'éventuels passages radio. Manifestement le groupe a eu les moyens de ses ambitions et peut ainsi proposer un produit conforme aux exigences de son époque, avec une durée qui dépasse les 45 min, on sent bien qu'on a là un album de la fin des années 80.

James Byrd est remplacé par Kendall Bechtel et on ne peut pas dire que le groupe y perd spécialement au change, le musicien est de qualité. Signe également que les moyens sont là : la présence de la chanteuse Lisa Dalbello, dont certains morceaux ont été repris par QUEENSRYCHE et HEAVENS GATE, pour les choeurs de "Broken Dreams" et "So Long". Enfin, preuve incontestable des ambitions du groupe revues à la hausse, celui-ci se fend d'un clip vidéo à destination de MTV pour son title track. Bref, on peut dire qu'il s'agit d'une affaire rondement menée.

Qu'en est-il donc du résultat ? "Time Will Tell" ne fera pas l'unanimité chez tous les fans du premier album. L'ambiance Post-apo, très Heavy US Power, n'est plus autant mise en avant. Les musiciens apparaissent bien plus propres sur eux, du MTV compatible, c'est le cas de le dire. En résulte une musique aux refrains ciselés, moins frontaux. Néanmoins, même si l'approche est assez différente, on y retrouve toujours cette même qualité : celle de délivrer des riffs inspirés, mêlant savamment mélodies et puissance. FIFTH ANGEL peut alors faire penser à certains égards à des groupes comme HOUSE OF LORDS, ou une version US de SCORPIONS, mais aussi et surtout à des groupes comme ICON ou LEATHERWOLF. Des noms qui peut-être ne parlent plus à grand monde mais qui sont pourtant des références de Heavy classieux à l'américaine. Le titre d'ouverture, "Cathedral", nous en donne une preuve éclatante. Le refrain va vous agripper pour ne pas vous lâcher, jusqu'au prochain. Bon alors tout n'est pas du même niveau tout de même, mais dans le même genre les morceaux "Midnight Love", "Time Will Tell" (je l'adore celui-là, avec son synthé qui va bien tout en restant discret dans le mix) ou "Feel The Heat" sont irrésistibles, même si tous bâtis dans le même moule, celui d'un Heavy catchy.

Un signe qui ne trompe pas quant à la qualité de l'album : la présence de la reprise "Lights Out" d'UFO, respectueuse de l'originale. Parfois quand les groupes mettent une reprise d'un classique je trouve cela très risqué car la reprise peut éclipser les morceaux originaux, ce qui n'est franchement pas le cas ici. "Lights Out" apparaît comme un titre parmi d'autres (d'autant que l'excellent Ted Pilot est parfaitement adapté au style de Phil Mogg), et c'est bien parce que les autres titres sont de haute qualité.

Il y a aussi des moments plus héroïques qui assurent un peu plus la continuité avec le premier opus, comme "Seven Hours" (mon Dieu ce riff d'intro !!), ou l'implacable "We Rule". Et d'autres qui sont des ballades typiques des Hard Rockeurs aux grands coeurs (la réussie "Broken Dreams" et "So Long" qui est le moment faible de l'album).

Epic mettra cependant rapidement un terme au contrat du groupe, le label ayant toujours été assez impitoyable (demandez à Max Cavalera ce qu'il en pense), le manque de succès scella leur carrière, en tout cas jusqu'à des jours plus propices pour ce genre de musique. Seul le batteur Ken Mary continuera un parcours conséquent dans la musique, avec IMPELLITERI notamment dans un premier temps. Ted Pilot, lui, rangera définitivement son micro pour devenir arracheur de dents, enfin, dentiste. Ouais, ce n'est pas très Rock'N'Roll comme reconversion, mais ça rémunère sans doute plus. Il ne souhaitera jamais participer aux reformations de FIFTH ANGEL, c'est bien dommage.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


SAXON
Wheels Of Steel (1980)
Saxönhead




RIOT
Restless Breed (1982)
Il faut écouter RIOT !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Ted Pilot (chant)
- Ed Archer (guitares, claviers)
- Kendall Bechtel (guitares)
- John Macko (basse)
- Ken Mary (batterie)


1. Cathedral
2. Midnight Love
3. Seven Hours
4. Broken Dreams
5. Time Will Tell
6. Lights Out
7. Wait For Me
8. Angel Of Mercy
9. We Rule
10. So Long
11. Feel The Heat



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod