Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2021 Theion
 

- Style : Watain
- Membre : The Duskfall, Naglfar

MALAKHIM - Theion (2021)
Par MEFISTO le 3 Juin 2021          Consultée 1057 fois

Il vous arrive parfois de tomber sur un album dont les premières notes vous marquent au fer rouge et vous font murmurer : « Il va se passer quelque chose sur ce disque…» ?

Dès que le riff de "There Is A Beacon" a résonné dans mes Marley, j'ai senti un frisson m'envahir. Le son singulier des guitares m'a subjugué en un instant et j'ai su que ce Black Mélo était pour moi. Cou-couche panier. Je suis à la maison.

Il me fallait absolument savoir quel était ce groupe, car ce jeu enflammé et cette ambiance cauchemardesque, je connais. Ça ressemblait trop à une patte scandinave aux griffes acérées ! Et je ne m'étais pas trompé.

Suède.

J'ai eu une meilleure surprise encore en regardant le line-up. Un des membres-fondateurs est nul autre que le leader de NAGLFAR, Andreas Nilsson ! Facile de comprendre maintenant pourquoi ces guitares MALAKHIMiennes tournoient avec véhémence ! Il y a de l'expérience dans l'équation et si vous connaissez la carrière de Nilsson, vous savez que le bonhomme sait comment instaurer un climat étouffant dans son Black Mélo. Il est vrai que les derniers albums de NAGLFAR sont très moyens, mais ce n'est pas entièrement la faute à Nilsson, qui avec MALAKHIM, semble avoir trouvé une fontaine de jouissance.

"Theion" est le premier skeud du quintette suédois et putain, n'eut été de la présence de Nilsson, on aurait pu crier au génie précoce. Chacune des huit claques de "Theion" est diablement énergique, sale, perverse et, comme le titre du disque en grec, divine et sulfureuse. Elles sont surtout pertinentes et représentent pour moi le noyau incontournable du Black Mélo fédérateur et explosif. Sans oublier la dureté de ce disque, cachée sous cet amas d'envolées droguées à l'adrénaline.

Le riff rondelet et direct de "Chalice Of Ruin", la lourdeur littérale de "Hammer Of Satan", l'atmosphère occulte et prégnante de "There Is A Beacon", "Slither O Serpent" ou "The Splendour Of Stillborn Stars", le brûlot vorace "His Voiceless Whisper" et son riff lent et accrocheur, ou la pièce-titre et sa finale mortelle qui s'ouvre sur un avenir foutrement intéressant, il y a amplement à boire, manger et se shooter sur cette carte de visite. Il y plane une aura de grandeur et de plaisir coupable qui ne saurait s'estomper en un claquement de doigts. "Theion" et, je l'espère, la disco future de MALAKHIM, nous tiendra sur le bout de notre siège longtemps.

Un excellent départ pour ce nouveau projet d'Andreas Nilsson, je compte énormément sur la suite. Pour le bien de MALAKHIM et du Black Mélo en général.

Podium : (Or) "The Splendour Of Stillborn Stars", (Argent) "There Is A Beacon", (Bronze) "Chalice Of Ruin".

Indice de violence : 3,5/5.

Quand l'écouter : votre beau-frère vient de quitter après un souper de famille plutôt ennuyeux, éclatez-vous avec un peu de profondeur infecte !

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


BALFOR
Black Serpent Rising (2017)
Bons baisers mélodiques d'Ukraine




SUIDAKRA
Eternal Defiance (2013)
De vieux loups qui mordent encore !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Tk (basse)
- Vt (batterie)
- Ak (guitare)
- An (guitare)
- E (chant)


1. There Is A Beacon
2. Merciless Angel Of Pestilence
3. Slither O Serpent
4. Chalice Of Ruin
5. His Voiceless Whisper
6. Hammer Of Satan
7. The Splendour Of Stillborn Stars
8. Theion



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod