Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL PSYCHÉ  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Lien Vers L'album Sur Deezer (10)

ZYBILLIN SPRÄCH - Warriors Of Emptiness (2020)
Par FENRYL le 16 Février 2021          Consultée 1002 fois

C'était inévitable… Avec un tel contexte, je le guettais du coin de l'œil le Fitch Zardû…
Il était impensable de l'imaginer insensible à la situation actuelle depuis son précédent effort.
Mais de là à devoir attendre une décennie, il y avait un monde !
Alors quand le lascar me relance au cours de la terrible année 2020, m'annonçant la sortie échelonnée de ses nouveaux titres vers un nouvel album en fin d'année, inutile de vous dire que ma curiosité Metal a été piquée comme toujours !
Parti vers le Latin jazz, cet adepte de PANTERA (Dim' est son dieu), ST et SLAYER a pris ses marques en tant que prof de guitare, et c'est finalement le confinement qui lui a donné la possibilité de peaufiner son travail et de nous livrer son testament car après cet opus, il quitte le Metal !
Drivé par son comparse Cousin Ga sur lequel je reviendrais juste après, il a vu et revu sa copie pour finalement nous livrer son travail en cette fin d'année 2020.

Comme vous pouvez l'imaginer Fitch et son projet ZYBILLIN SPRÄCH n'ont pas vocation à s'enterrer dans la facilité. Une si longue attente nécessitait une approche novatrice ou du moins marquante, pour un artiste, faut-il le rappeler, autoproduit.
C'est donc dans sa diffusion que Zardû vit avec son temps et nous propose chaque morceau disponible sur YouTube accompagné d'une formidable illustration d'un artiste : Cousin Ga. Ce dernier résume avec son talent le contenu de chacun des morceaux engagés comme toujours. Chaque critique de la société présentée ici se trouve vraiment magnifiée par cette création : la finesse du travail et son intelligence se marient à merveille avec la férocité de la dénonciation de ZS. Rien que l'artwork de l'album en lien avec le titre éponyme "Warrior Of Emptiness" résume le concept : le tableau de Goya ("Saturne dévorant l'un de ses enfants") croquant (sans mauvais jeu de mots !) "Le capitalisme dévorant ses esclaves" ! Vous y trouverez le Prog de l'artiste, son influence PANTERAienne et son son Thrash saturé… et son talent incroyable pour terminer de façon épileptique ses titre.
Ce détail n'en est pas un ! À chaque fois, je trouve véritablement marquant cet aspect : ZS sait achever ses titres, ce qui n'est pas commun à mon sens ! "Oriental Ditch" et tant d'autres.
Mais "Dematerialized" ne pourra que vous convaincre plus tard qu'il soigne aussi ses ouvertures !
Bref, c'est sous forme de publication par thématique que ce nouvel opus est donc apparu en ligne sur You Tube : "Punk Turbulence" puis chaque titre nouveau à des dates annoncées (avec ou sans teasing !).

Par où commencer ?
Sans hésitation avec ce "Détachés" qui est un morceau référence à mes oreilles car ceux qui me suivent depuis longtemps ici connaissent mon amour indéfectible pour RAGE AGAINST THE MACHINE. Tom Morello, son guitariste (l'une des raisons qui explique le prénom de mon fils aîné !), représente mes années lycée avec l'album éponyme que j'écoute encore et encore actuellement. Le solo de Fitch est un hommage total à ce guitar hero pour un morceau vraiment inspiré. Impossible de le rater ! Basse ronflante, superbe ambiance, tout est réussi !

"Der Nimportequister", chanson "Groove Metal psyché Punk Progressif", est un hommage revival au Metal 90s, avec une p'tite touche de NOIR DÉSIR : la basse est terriblement présente, groovy à gogo (ce bridge !), nous basculant vers des RED HOT CHILI PEPPERS inspirés !
Les références fusent : Yves Robert, Schuiten et Peeters, mais surtout l'illustration de Cousin Ga qui puisent chez Bret Easton Ellis et son "American Psycho" !

Le voyage musical est ébouriffant : du Punk Rock avec "Millennial" dénonçant la culture en deux clics et demi couplé avec le manque total de recul et d'humilité des usagers rageux où on lâche les guitares pour un final "solo", mais également "Sultans Of Swot" qui fonctionne avec bien évidemment "Swotcore" tout en surprenant son monde avec un bridge mélodieux, sud-américain du plus bel effet, mais également un morceau qui me ramène à ma seconde passion (les jeux vidéo) pouvant parfaitement s'inscrire pour un bon vieux beat'em all ou un shoot'em up : "Fuir (la société du gadget)" est funky/groovy (tel un vrai ST x INFECTIOUS GROOVES !) et brutal autant que minimaliste dans son texte ! Le solo orientalisant est terriblement trippant !
Fitch Zardû n'a peur de rien et s'attaque littéralement à nous proposer une réponse moderne au cultissime "I Wanna Gonna Be Your Dog" des STOOGES avec un "Pas Vos Chiens", en forme d'hymne à la liberté et au refus de l'assouvissement. Son jeu de guitare y est toujours du plus bel effet : à la fois doux comme un papier Emeri mais totalement soyeux pour les parties lead qui portent les refrains scandés à pleins poumons.
C'est d'ailleurs ce mur de guitares rythmiques qui fait la définition des morceaux de ZYBILLIN SPRÄCH sur lequel se posent systématiquement des lyrics féroces et ciselées !
Il forge "Spacefix" que Fitch définit comme un hommage à la NWOBHM (BLACK SABBATH, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, MOTÖRHEAD…). Objectivement, il durcit le ton lorgnant davantage vers un son Thrash, avec une basse saturée comme toujours et un final psyché en solo comme souvent. Le texte est issu d'un comics ("Doom Patrol" tome 3).

Tout ne fonctionne pas, soyons clair : je n'aime pas particulièrement l'intro a capella de "Die By The Word, Tribute To SLAYER And SUICIDAL TENDENCIES" alors que l'énergie qui suit ensuite fait clairement honneur à ces deux groupes absolument référence dans ma vie ! Ce titre, certes mené tambours battants, est tout de même trop répétitif.
D'ailleurs, en s'amusant avec ses titres comme par exemple "Le Loup Pendu (Stairway To [The South] Of Heaven), ZS n'offre pas forcément du plaisir pour autant. D'ailleurs l'illustration de 1990 de Fitch Zardû et de Clint aurait du me mettre sur la voie ! Verlaine et Zardû ensemble, cela ne fait pas forcément bon ménage pour une ambiance globale d'un titre répétitif.
Le retour dans le passé avec un "Bulleyes" clairement moins bien produit ou le daté "Complet" datant de 2006 sonnent un peu à côté du reste de la galette. Le dernier cité est une réelle déception : le texte ne fonctionne pas, le chant de Hyéronimous Kartak est quelconque, le riff lead de Fitch finit par énerver quand la section rythmique de Cousin Ga à la basse (tiens, tiens) et de Roko à la batterie est beaucoup trop fadasse.

Vous l'aurez donc compris, ZYBILLIN SPRÄCH maintient un sacré cap avec les mêmes références ultra recommandables : PANTERA, INFECTIOUS GROOVES, SUICIDAL TENDENCIES, un poil de cul de SLAYER, ANTHRAX, RAGE AGAINST THE MACHINE, TOOL, … C'est un formidable musicien : "Dematerialized" est un instru qui saura vous en convaincre pour son feeling, sa beauté et sa mélodicité mais le reste de ce "Warriors Of Emptiness" regorge vous l'aurez compris de riffs mammouth, de sueur, de gras et de décibels.
Les textes dénoncent toujours autant notre société de consommation ("Fragments" et l'appel au bon sens pour des dépenses pour les priorités nationales et non pas des milliards pour des sous-marins nucléaires).
Le côté sombre de l'Humanité, les déviances et autres pourrissement de nos vies demeurent, rassurez-vous, au centre d'un propos vindicatif et acide à souhait !
Notre auteur/interprète puise toujours son inspiration dans de belles références, aussi diverses que variées ("Les Choses" de G. Pérec fonde plus de douze minutes d'hommage sur "Oriental Ditch", les comics, la grande littérature classique…).

Avec cet œuvre pantagruélique de dix-huit morceaux pour une heure trente sept minutes de créations, ZYBILLIN SPRÄCH impose le respect inhérent à une somme de travail conséquente. Une fois encore autoproduit, et cette fois-ci mieux que sur le premier opus (heureusement), la quantité et la qualité sont clairement au rendez-vous.
Notre poète moderne est cette fois-ci moins décalé, plus mature/mûr ce qui lui permet de gagner en férocité, loin de sa grossièreté du passé. Et comme l'auditeur en a fait de même, je ne peux qu'apprécier.

Un très bon moment de Metal Groove Psychédélique qui vient maintenir nos âmes en éveil.

Savoureux.

Note réelle : 3,5/5.

Top : "Fragments", "Dematerialized", "Détachés".

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


ANTHRAX
Armed And Dangerous (1985)
Une merveille totale d'EP pour présenter Joey...




GENERATION KILL
Red White And Blood (2011)
Quand le frontman d'EXODUS se met au Crossover...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Fitch Zardû (tout)


1. Bulleye
2. Swotcore
3. Fragments
4. Détachés
5. Der Nimportequister (absurdité à Toute Heure)
6. Millenial
7. Sultans Of Swot
8. Pas Vos Chiens
9. Die By The Word, Tribute To Slayer And Suicidal Te
10. Complet
11. Spacefix, Tribute To Both Grant Morrison And Nwobh
12. Fuir (instrumental)
13. Warriors Of Emptiness
14. Le Loup Pendu (stairway To [south Of] Heaven)
15. Oriental Ditch
16. Dematerialized, Cousin Ga Mix (instrumental)
17. Dematerialized_guests_mix (instrumental)
18. Millenial – Beat Failure Mix



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod