Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY SYMPHONISANT  |  E.P

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


2020 Awakening
 

- Membre : Mortuary

ORKHYS - Awakening (2020)
Par JEFF KANJI le 11 Février 2021          Consultée 794 fois

On n'y pense pas forcément, mais une part non négligeable de metalleux et par extension des lecteurs de Nightfall sont aussi musiciens… Parfois à leurs heures perdues, pour le plaisir ou de façon professionnelle. Et certains même de nos chroniqueurs (moi y compris) ont déjà sorti des disques avec leurs projets. Mais je crois que c'est la première fois que j'ai entre les mains la galette de l'un de nos fidèles lecteurs ; un beau concours de circonstances, puisque je l'ai amicalement reçu de la part de Replica Promotion, toujours en quête de nouveaux talents, particulièrement s'ils sont du terroir. C'est ainsi qu'ORKHYS, formation francilienne se présentant comme adepte du Metal Symphonique débarque avec son premier EP. Trois titres pour faire ses preuves, montrer ses aptitudes, et espérer faire la différence.

Formation à chant féminin, sur lequel de nombreuses oreilles voudront s'attarder, la magnétique Laurène Telennaria est en sus une joueuse de harpe émérite (on lui doit ce motif entêtant sur "Guardians Of Our Lives"), et ça fait du bien d'en entendre une vraie pour une fois, qui ne soit pas jouée par un plug-in ou un synthé (même si des émulations très crédibles existent). De toute façon, quand les instruments acoustiques sont de la partie, ça amène toujours un truc (quand c'est joué convenablement bien sûr, sans quoi, comme tout, ça embouse un mix plus qu'autre chose). En termes de capacités, le groupe joue très bien sa partie, avec une réelle volonté de ne pas proposer des riffs de guitare cliché (très bon point notamment pour "Rest Of The Braves" qui montre qu'on peut faire de la guitare heavy inventive en 2020). Pour la batterie, c'est un ancien MORTUARY qui s'y colle, donc ça bouge pas une oreille, nickel !

Du côté du chant, on aura quelques réserves. Non pas sur les capacités, car elles sont clairement là, mais c'est encore un peu jeune, et l'expressivité et un peu de technique supplémentaire aideront sans doute Laurène à atteindre son plein potentiel dans un avenir proche. Toujours difficile de savoir à ce stade-là si le groupe est suffisamment déterminé à faire la différence ou pas, mais sur l'échiquier ne serait-ce qu'hexagonal, il y a déjà des pointures. Je ne voudrais pas par ailleurs paraître décourageant, car dans les choix de notes sur les lignes vocales et l'attention portée aux sonorités des mots, il y a vraiment du bon travail de fait.

Trois compositions, une cohérence mais des tendances qui se dégagent déjà. "The End Of Lies" tape dans un Heavy assez accrocheur, à renforts de claviers bien dosés (mais un peu timides pour justifier une appellation Metal Symphonique, ne pas oublier que les étiquettes ont autant d'avantages que d'inconvénients). C'est sur ce morceau qu'un travail de production sur le chant de Laurène aurait sans aucun doute donné un résultat plus probant, car sa prestation n'est clairement pas à blâmer. Indubitablement le titre le plus efficace, avec un refrain aux modulations bien gérées, et un pré-refrain qui me rappelle le "Tonight In Flames" de CRADLE OF FILTH, et qui fonctionne très bien dans le contexte avec ses quelques blasts. Autre bonne surprise, le choix de la cornemuse pour envoyer le chorus, même si cette mélodie très épurée aurait sans doute mérité des arrangements plus détaillés.

Je serai bien plus réservé concernant "Guardians Of Our Lives". C'est sans doute le titre sur lequel Laurène prend le plus de risques (son vibrato s'y révèle et il est un réel atout de sa palette d'expression). Sa harpe est envoûtante et donne un cachet bien particulier, ne suffisant pas selon moi à compenser une composition un peu maladroite qui s'éternise trop, optant pour du collage de riffs dont on peine un peu à trouver le sens. En gros le Metal mélancolique, languissant, n'est pas (encore) la spécialité des Français.

Et pour finir ce honteux track-by-track, "Rest Of The Braves" dévoile un peu mieux le sens du riff dont je parlais plus haut et les claviers prennent davantage leur place. Mais dans l'écriture d'un morceau, dans sa conduite, ORKHYS ne parvient pas à réitérer la performance de "The End Of Lies", et les vocaux plus lyriques de Laurène sont un peu entre deux eaux (et affichent en conséquence ses limites), comme si un choix d'interprétation satisfaisant n'avait pu être trouvé en définitive. Sur le pont par exemple, un chant plus simple, façon Simone Simmons aurait sans doute fait davantage d'effet pour lancer le passage speed suivant. Ça reste une idée, il y en a plein d'autres potentielles.

Donc ORKHYS en 2020 c'est un groupe à la créativité en pleine ébullition, sans doute pas encore assez mature pour espérer franchir le mur du son. Il reste cependant incontestable qu'il a une belle marge de manœuvre.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SATAN JOKERS
Addictions (2011)
Le coup de maître !




CIRCLE II CIRCLE
Watching In Silence (2003)
Listening in silence…


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Laurène Telennaria (chant, harpe)
- Brice Druhet (guitare, arrangements)
- Julien Lancelot (basse)
- Jean-yves Chateaux (batterie)


1. The End Of Lies
2. Guardians Of Our Lives
3. Rest Of The Braves



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod