Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 1 Apex
2020 Abyss
 

- Membre : Terrifier
 

 Site Officiel (139)
 Bandcamp (97)
 Chaine Youtube (213)

UNLEASH THE ARCHERS - Abyss (2020)
Par FREDOUILLE le 30 Novembre 2020          Consultée 2490 fois

Oh la belle pochette que voilà (signée Adam Burke -ETERNAL CHAMPION, BARREN EARTH, PAGAN ALTAR entre autres-) ! Les Canadiens d'UNLEASH THE ARCHERS, qui au fil des albums ont clairement gagné en notoriété, au point de devenir non seulement une valeur sûre, mais également une des nouvelles pointures dans le paysage du Power Metal, viennent de donner une suite à l'excellent "Apex", j'ai nommé "Abyss", cinquième effort studio du groupe. Le disque haut en couleurs est sorti chez Napalm Records et constitue d'ailleurs un concept album puisqu'en effet, il propose une continuité du récit de "Apex" mais dans un tout autre voyage cette fois puisque l'histoire se déroule dans l'espace.

"Abyss" succède donc à l'impressionnant "Apex" disque dont la force de frappe s'avérait vraiment exceptionnelle avec des compositions de Power Metal de haut vol à l'image du monstrueux "Awakening", véritable tuerie j'insiste, ou bien encore du fabuleux "Ten Thousand Against One", composition d'une redoutable efficacité. À l'écoute de "Apex" on comprend aisément pourquoi UNLEASH THE ARCHERS est devenu un groupe de très bonne renommée. En effet, de très grande qualité, le Power Metal des Canadiens s'avère admirablement bien exécuté, techniquement sans faille, plutôt punchy et dynamique, agrémenté d'une dose homéopathique de Death Mélo (avec quelques growls masculins) et surtout marqué par les vocalises claires et puissantes de la brillante Brittney Slayes qui a d'ailleurs écrit l'histoire racontée sur "Apex" mais également sur "Abyss".

Il était dit que les Canadiens ne feraient pas deux fois le même album, c'est bien évidemment tout à leur honneur. Aussi, "Abyss" pourra quelque peu décontenancer l'auditeur de prime abord (personnellement j'ai été aussi un peu surpris à la première écoute) car il propose des tonalités bien différentes de celles de son prédécesseur même s'il possède encore bon nombre de flèches et passages qui pourront sans aucun souci rappeler l'ancien matériel. Entre autres, on citera d'ailleurs le puissant "Return To Me" avec ses quelques lignes de guitare plus lourdes et les quelques grognements/éructations de vocaux masculins dont le groupe était friand sur "Apex", ou bien encore cette attaque frontale qu'est "Soulbound", énergique et mélodique à souhait, parfois proche d'un Death Mélo gentillet. On n'oubliera pas non plus l'excellent "Faster Than Light" qui déboule de façon stratosphérique tel un STRATOVARIUS au meilleur de sa forme (époque "Episode" - tout est question de lumière décidément !) : rythmique speedée, guitares/claviers vertigineux s'en donnant à cœur joie, sans omettre la maestria de Brittney qui est auteure ici encore d'une belle performance vocale.

"Abyss" qui présente donc un univers différent, presque céleste par endroits, se veut donc beaucoup moins sombre et lourd que "Apex", et apparaît beaucoup plus léger et éthéré. Il s'agissait d'ailleurs d'une volonté du groupe afin de se démarquer de l'univers de "Apex". Bien leur en a pris. Car la palette sonore de "Abyss" me paraît beaucoup plus étendue que sur "Apex" et l'ajout de claviers/synthés en grand nombre sur le disque renforce justement cette diversité, cette créativité dans les paysages sonores que n'avait pas "Apex". Des sonorités variées donc, aériennes, quelque peu adoucies même à l'image de ce "Carry The Flame" titre carrément Pop, avec chant clair masculin et qui nous ramènerait presque dans les années 80, ou bien encore de ce mid-tempo presque FM mais néanmoins accrocheur, "Through Stars" et son intro légèrement QUEENSRΫCHienne.

Parce que c'est un peu cela la force de ce nouvel album, il est truffé de multiples trouvailles mélodiques et pour la plupart des plus rafraîchissantes (le très beau "AfterLife", son côté épique, ses variations rythmiques du plus bel effet, son flutiau et orchestrations réalisées par l'Italien Francesco Ferrini -FLESHGOD APOCALYPSE- et bien évidemment cette mélodie enivrante - en live ce titre risque d'être bien sympathique !), UNLEASH THE ARCHERS impressionne davantage là où on ne l'attendait pas forcément. Par exemple, on pourra citer le changement radical de ton avec l'étonnant "Legacy" et son intro aérienne presque onirique - un peu vintage aussi non ? - avec les ohohoh de Brittney avant que ne déboule une rythmique presque Black Metal (ou serait-ce DRAGONFORCE ?) avec des guitares tourbillonnantes qui surgissent de toutes parts. Le morceau est tout bonnement magistral, frais de bout en bout, archi-mélodique qui plus est (le travail des guitares y est là encore excellent et savoureux !) et marqué bien évidemment par les vocalises cette fois légères, presque Pop de Brittney Slayes.

Car c'est à noter, sur "Abyss" la vocaliste canadienne évolue globalement dans des registres un peu plus bas et plus confortables qu'à l'accoutumée, des tonalités plus douces pour ne pas dire Pop, pour bien évidemment coller à l'aspect plus léger et aérien de certaines des compositions, même si Brittney persiste à évoluer par endroits et sur des morceaux un peu plus pêchus et virulents dans des registres relativement plus hauts et aigus (le début de "Abyss" par exemple). Mais la demoiselle assure comme une reine que ce soit sur des moments calmes du disque où elle vient poser des vocalises légères et délicates comme sur la très belle introduction "Waking Dream" qui ouvre la galette tout en douceur (guitares acoustiques en fond) avant que cela ne monte crescendo (batterie et guitares à l'appui), davantage émotives comme sur le début de l'excellent "The Wind That Shapes The Land" à la structure presque progressive et qui du long de ses huit minutes montre à quel point les Canadiens sont vraiment talentueux dans le travail d'écriture, la composition affichant de très belles nuances et variations, alternant donc passages calmes et plus punchy (grognements masculins là aussi), avalanches de soli guitare mélodiques du plus bel effet, claviers, rythmiques galopantes,... Du grand art ! Ce titre est d'ailleurs un bon aperçu si vous souhaitez découvrir pour une première approche ce dont sont capables les Canadiens.

UNLEASH THE ARCHERS impressionne donc sur "Abyss", et il est bien possible que les Canadiens aient fait mieux que "Apex", ce qui n'enlève bien évidemment en rien l'éclat de ce dernier. UNLEASH THE ARCHERS a tenté quelques petites choses sur "Abyss" au risque de décontenancer l'auditeur, qui pouvait légitimement s'attendre à un "Apex bis" et à la puissance dévastatrice qui va avec. Il n'en est rien, UNLEASH THE ARCHERS tout en gardant sa patte et toute sa maîtrise technique, on n'en parle pas mais la paire Kingsley et Truesdell abat un travail phénoménal sur cet album, idem pour le performant Scott Buchanan à la batterie ("The Wind That Shapes The Land"), nous prend par surprise en déployant quelques touches créatives (le presque génial "Legacy"), allégeant le propos avec l'apparition de claviers/synthés et édulcorant des compositions toujours aussi bien ficelées, soignées et efficaces. "Abyss", qui dispose d'une production aux petits oignons (Jacob Hansen aux manettes), le son est particulièrement clair et presque cristallin, sonne globalement très frais, regorge de très belles mélodies et de refrains forts accrocheurs ("Abyss", "Legacy"), magnifiés il faut bien le dire par une Brittney Slayes éblouissante, particulièrement à son aise et notamment dans un registre plus confort. Un disque qui vous l'aurez compris mérite par conséquent sa place en sélection sur NIME.

Note réelle : 4,5/5.

Morceaux préférés : "Abyss", "Legacy", "The Wind That Shapes The Land", "Afterlife".

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


FREEDOM CALL
Beyond (2014)
Festivités, joie, bonne humeur… Un très bon cru !

(+ 1 kro-express)



MANTICORA
To Kill To Live To Kill (2018)
Une tuerie !


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Brittney Slayes (chant)
- Scott Buchanan (batterie)
- Grant Truesdell (guitare & chant)
- Andrew Kingsley (guitare & chant)
- Benjamin Arscott (basse)


1. Waking Dream
2. Abyss
3. Through Stars
4. Legacy
5. Return To Me
6. Soulbound
7. Faster Than Light
8. The Wind That Shapes The Land
9. Carry The Flame
10. Afterlife



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod