Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO/MÉLO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


VALDRIN - Effigy Of Nightmares (2020)
Par MEFISTO le 14 Septembre 2020          Consultée 2369 fois

Les asiles de dingues ont toujours été très populaires chez les développeurs de jeux vidéos de style survival horror et chez les réalisateurs de films d'épouvante et/ou de drames psychologiques tordus. Ces lieux mystérieux, froids, stériles, gris, étouffants, sont le théâtre parfait pour une descente dans les abîmes de l'être. Rappelez-vous quand vous étiez gosse et que vous enfermiez des insectes dans un bocal pour les examiner et que vous ne laissiez filtrer que très peu d'oxygène par le couvercle, pour dominer et asphyxier votre cobaye...

Eh bien, c'est ce sentiment que j'ai ressenti et qui me hante encore à chaque écoute de "Effigy Of Nightmares", des Américains de VALDRIN. "Effigie de cauchemars". Avouez que ça en jette. Le concept complètement pété des Américains met en scène un personnage nommé Nex, qui torture et lobotomise des dieux dans un hôpital sanglant situé dans les entrailles d'un royaume évidemment imaginaire. Nex et son univers étaient déjà connus des amateurs de VALDRIN, qui les suivent depuis la sortie des deux premiers albums du groupe. Bref, la table est mise pour un massacre.

"Effigy Of Nightmares" rend hommage au Black/Death vintage, surtout celui des années 90, et possède lui-même la capacité de devenir cultissime, un pivot du genre. Je n'ai pas entendu un album aussi diaboliquement passionnant d'un point de vue atmosphérique depuis que Dan Swanö a soufflé l'underground avec sa créature DIABOLICAL MASQUERADE. C'est vous dire comment VALDRIN est intelligent et inspiré.

La musique des Américains repose avant tout sur le génie de Carter Hicks, chanteur, guitariste et claviériste. C'est lui qui nous harponne dès l'intro inquiétante "Gates Of Hospice" et qui, au volant de sa Dolorean, nous projette en quelques secondes au milieu des 90s avec ses riffs et mélodies, au cœur d'une époque où des pontes tels que DIABOLICAL MASQUERADE, ARCTURUS et SIGH construisaient les bases d'un Black Atmo novateur et tragique. "Effigy Of Nightmares" est un témoignage de cet attachement envers un sous-genre évanoui, mais jamais disparu.

Non mais écoutez-moi ces cordes tournoyantes sur "Red Burning Candles Of Hatred", ces ambiances géhenniennes sur "Exsanguination Tunnels", le riff pugnace et le climat hyper sombre de "Basilisk Of Light" et l'adroite progression de la clôture "Down The Oubliette Of Maelstrom" ! Difficile de mieux ressusciter le Black Mélo/Atmo vintage. En plus, VALDRIN y arrive sans exagérations, sans violence gratuite ni clichés. Plutôt avec virtuosité et ferveur.

Seul bémol : la longueur insultante du truc. À trente minutes, soit la moitié moins de temps que sur son premier album, VALDRIN nous rit à la gueule… ou se tire dans le pied ? Est-il allé au bout de son idée si vite, a-t-il manqué de thunes, lance-t-il le premier volet d'une trilogie ? On pourra spéculer et se perdre dans ces corridors couverts d'hémoglobine, la réalité nous rattrapera : cette troisième offrande des Ricains de l'Ohio est ainsi gravée dans le marbre et pour pleinement la déguster, vous devrez y revenir sans cesse sans espérer une rallonge. Un moindre mal, si vous voulez mon avis, tellement chaque note est percutante. Chez VALDRIN, le radotage n'existe pas.

Malgré sa production douteuse, je vois mal comment "Effigy Of Nightmares" pourrait mal vieillir. La qualité de sa composition, la richesse des atmosphères, le concept angoissant et la dose de plaisir intense qu'il insuffle chasseront les rides potentielles et les affres du temps. Un grand (court), grand disque.

Note : 4,5/5.

Podium : (or) "Red Burning Candles Of Hatred", (argent) "Exsanguination Tunnels", (bronze) "Basilisk Of Light".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


NOCTERNITY
Crucify Him (2001)
Ep d'un groupe unique de black atmo grec




ABIGAIL WILLIAMS
Becoming (2012)
Brillante métamorphose


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- James Lewis (basse)
- Ryan Maurmeier (batterie)
- Carter Hicks (guitare, synthé,chant)
- Colton Deem (guitare)


1. Gates Of Hospice
2. Exsanguination Tunnels
3. Red Burning Candles Of Hatred
4. Serpentine Bloodhalls
5. Basilisk Of Light
6. Down The Oubliette Of Maelstrom



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod