Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


OMEGA INFINITY - Solar Spectre (2020)
Par ANIMA le 7 Septembre 2020          Consultée 916 fois

Je commence cette chronique en prononçant quelques excuses, ce premier album du duo OMEGA INFINITY aurait dû se retrouver plus tôt sur ce site. Sorti en fin du mois de mars, j’aurais dû le repérer bien plus tôt, mais ce n’est au final que par le hasard d’une fouille dans les bacs du Cultura du coin que je suis tombé sur cet album il y a de cela quelques jours. Parce que ce OMEGA INFINITY c’est la rencontre entre deux hommes : Tentakel P. de TODTGELICHTER et Xenoyr de NE OBLIVISCARIS, deux groupes que je suis de loin, appréciant en général leurs sorties. Donc déjà, rien que ça c’était pour moi appétissant, mais en plus j’ai directement sauté sur le cd à cause d’un petit autocollant promo sur l’emballage mentionnant « For fans of DARKSPACE & BLUT AUS NORD ». Mais c’est bien beau tout ces noms évocateurs, il faut maintenant voir ce que la musique donne vraiment. Mais avant de continuer, je peux déjà dire que la musique d’OMEGA INFINITY est bonne (bon vu le palmarès des gens derrière le projet, l’opposé aurait quand même été con) et l’album est pour moi un bon moment. Voilà, ça c’est posé, si vous voulez y aller autant à l’aveugle que moi quand j’ai acheté le CD, arrêtez de lire, allez écouter et revenez après. Sinon, et je sens que vous voulez un peu plus d’argument pour dépenser votre temps d’écoute sur ce skeud, passez au paragraphe suivant.

Ce "Solar Spectre" se montre facilement abordable et accrocheur, c’est quelque chose qui saute assez rapidement aux oreilles et chaque morceau a toujours ce petit truc, ce petit instant, cette ligne de chant (ce « We are the army of the red colossus » sur "Mars"), ce riff de guitare, cette mélodie, ce petit passage Électro qui va vous rentrer dans la tête. Les compositions sont globalement assez classiques pour du Space Black Atmo mais témoignent d’un savoir-faire certain et je le répète mais le résultat est très efficace et on se laisse facilement prendre par la musique. D’ailleurs, ma principale critique envers cet album est qu’au final, malgré tout le sérieux appliqué à la composition des morceaux, le tout reste finalement plutôt convenu et pas des plus surprenants. Même des passages qui peuvent sortir un peu de l’ordinaire comme les intros Électro de "Venus" et "Saturn" ne vont au final pas pisser très loin et restent plutôt basiques. En revanche, je trouve que le chant féminin qui apparaît sur "Neptune" est pour le coup bien plus intéressant et colle vraiment bien avec l’ambiance développée par le titre. Il en va aussi de même pour le chant qui se démerde plutôt bien mais qui n’a pas forcément des fulgurances qui rendent la performance vraiment marquante, même si comme dit précédemment, il y a des lignes qui fonctionnent.

J’ai à peu près tout dit dans le paragraphe précédent, mais je vais encore parler un peu de la dynamique globale de l’album qui se montre particulièrement variée et intelligente, permettant ainsi à l’album de s’écouler très facilement en slalomant entre des assauts Black Metal bien virulents et des passages quasi Doom. Tout semble faire sens dans ce "Solar Spectre", même ce que je considère comme des défauts me semble naturel. Pour conclure cette chronique, je vais totalement partir sur mon ressenti personnel. OMEGA INFINITY offre ici un album de Space Black Atmo qui est une très belle démonstration de savoir-faire. Malheureusement, si la musique me parle et ma conscience en éprouve une bonne satisfaction, il manque ce petit truc qui parle à une partie beaucoup plus profonde et primaire de moi, je n’ai pas cette sensation de déconnexion que me fournissent les cadors du genre. La musique nous montre bien le système solaire, mais on reste finalement les pieds bien vissés sur le sol.
Un bon 3,5 arrondi à 4 parce que malgré tout, ça reste un album très solide.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par ANIMA :


...AND OCEANS
Cosmic World Mother (2020)
Comeback cosmique




GORGONEA PRIMA
Behind The Border Of Abnormality (2008)
Par-delà le Black Indus


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Tentakel P. (tout les instruments)
- Xenoyr (chant)


1. Uranus
2. Mars
3. Venus
4. Jupiter
5. Sol
6. Neptune
7. Saturn
8. Terra
9. Hosannas From The Basements Of Hell (killing Joke



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod