Recherche avancée       Liste groupes



      
DUNGEON SYNTH  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DEPRESSIVE SILENCE - Depressive Silence I I (1996)
Par POSITRON le 13 Septembre 2020          Consultée 802 fois

Malgré l'explosion toute relative de sa popularité grâce au revival récent, le Dungeon Synth souffre toujours de cette image de sous-musique de nerds blafards et asociaux cachés dans leur cave, trop incultes pour faire de la musique classique, trop maladroits pour faire du Metal et de toute façon trop cons pour enregistrer quoi que ce soit correctement. Occupés à finir Ultima VI ou Baldur's Gate pour la onzième fois après leur partie hebdomadaire de Donjons & Dragons en écoutant les médiocres albums carcéraux de BURZUM (dont on a considérablement exagéré l'importance), ces nazis amputés du bon goût seraient dans un état de perpétuelle disgrâce dont il est bien vu de rire entre gens de bonne compagnie.

Ces gens, qui sont sans doute les mêmes qui plaisantent sur la non-musicalité du Drone et du Grind et s'étouffent sur la lenteur de "Stormcrowfleet", la production de "Pleasure To Kill" ou le minimalisme de "Transilvanian Hunger", je voudrais les conforter dans leur idée et leur suggérer de garder leurs distances. Vous ne comprenez de toute évidence rien à la musique et nous ne voulons pas de vous. Par ailleurs, ce que je m'apprête à décrire vous est à tout jamais inaccessible tel un jardin d’Éden dont vous ne goûterez jamais les fruits.

Il n'y a qu'un seul débat acceptable à propos de "Depressive Silence II", rebaptisé "Mourning" du nom de sa moins bonne piste dans sa réédition remasterisée (*) par Unborn Productions : c'est de savoir si on le place en premier ou en deuxième sur le podium du genre (**). Toute autre discussion est d'une stérilité telle qu'elle n'a pour ainsi dire jamais lieu. Très rares sont les amateurs qui se permettent de remettre en cause la place de cet album comme classique absolu et inaliénable, comme une ombre gigantesque planant au-dessus du genre. Cela est d'autant plus vrai que depuis la-dite réédition l'album s'impose comme une des portes d'entrée principales du genre aux dépends, par exemple, des premiers MORTIIS et ces fameux albums de BURZUM. Malgré tout le respect dû à MORTIIS pour son statut de pionnier, c'est une excellente chose.

Alors voilà, ce que j'essaye de vous vendre c'est un tas de presets de clavier bon marché enregistrés dans une cave, dégoulinants de reverb et de tape hiss. La pochette est en noir et blanc, il y a un château et un dragon dessus. Il y a des cloches, des percussions et bien sûr des cordes synthétiques. Il y a du kitsch et des mélodies médiévales. Je vous aurais prévenu.

Mais il y a bien sûr autre chose. Au-delà de la naïveté hésitante et des mélodies désarmantes, au-delà des aventures oniriques et des dés à douze faces, au-delà des plucks, des faux pianos et des carillons, au-delà de Tolkien, Howard, des révélations mystiques et des légendes d'autrefois. Au-delà des deux crescendos de "Forest Of Eternity" que tout artiste de Dungeon Synth a rêvé de réécrire, au-delà de la féerie éthérée de "Depths Of The Oceans" et ses samples discutables, au-delà de la conclusion de "Dreams" rongée par l'enregistrement. Tu peux l'appeler la magie, tu peux l'appeler le talent, tu peux l'appeler la grâce, l'émotion, l'inspiration, le truc enfin tout ce que tu veux. Tu n'auras pas tout à fais tort mais tu n'auras pas vraiment raison non plus.

C'est cet ineffable, cet ingrédient insaisissable qui, comme une âme, une force de vie, anime le tas de claviers qu'on retrouve sur les autres productions de DEPRESSIVE SILENCE et qui le transforme, le transporte, le transfigure. Quelque chose qu'on comprend instinctivement, qu'on ressent intérieurement, qu'on sait. Je ne peux pas vous l'expliquer, et d'ailleurs, pour déformer ARMSTRONG qui parlait de tout autre chose : si tu as à le demander tu ne le sauras jamais.

_ _ _ _ _

(*) J'ai tendance à préférer la version originale par rapport au remaster qui a un peu tout compressé mais je ne dirai pas que le remaster soit pour autant mauvais, il fait apparaître des choses qui sont moins évidentes sur la version originale. Le mieux est encore d'écouter les deux.
(**) L'autre candidat étant "Enchantment Of The Ring". Je n'ai pas d'avis arrêté sur cette épineuse question.

A lire aussi en AMBIENT :


MY DYING BRIDE
Evinta (2011)
MDB au cœur de l'introspection : pour ? Moi, oui !




PUNISH YOURSELF
Disco Flesh: Warp 99 (2001)
Depuis, je me suis mis à la drogue!


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- B.s.
- Ral


1. Forest Of Eternity
2. Depths Of The Oceans
3. Atmosphere
4. Mourning
5. Dreams



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod