Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Onslaught, Lionsheart
- Style + Membre : Chateaux

GRIM REAPER - Fear No Evil (1985)
Par DARK SCHNEIDER le 14 Août 2020          Consultée 525 fois

Le monde du Metal évoluait bien vite dans les 80s, face à ceux qui menaient la danse certains tentaient de s'adapter pour le meilleur et pour le pire, tandis que d'autres continuaient leur chemin comme si de rien n'était, quitte, évidemment, à paraître dépassés. C'est comme cela que dès la mi-80s, certains articles de la presse spécialisée donnaient l'impression de parler de vieux groupes en évoquant des combos qui pourtant dataient de moins de cinq ans, et c'était notamment le cas de pas mal de groupes de la NWOBHM. C'était bien un signe que les choses changeaient vite. GRIM REAPER, lui, faisait incontestablement partie des immuables. Sans doute fort satisfait du bon accueil reçu par son premier album, le groupe décide donc de ne rien changer lorsqu'il est temps de mettre en boîte son successeur. On est cependant déjà en 1985, les USA se sont réveillés et un paquet de groupes de US Power commence à atomiser la scène anglaise, qui paraissait d'un coup bien poussiéreuse. Pas de quoi affoler GRIM REAPER semble t-il.

"Fear No Evil" ne surprendra donc aucunement après le sémillant "See You In Hell". La formule est la même. On retrouve avec bonheur ce Heavy très simple et efficace, qui se base essentiellement sur des riffs puissants et des lignes vocales particulièrement percutantes et enflammées.
Passons tout de suite aux points positifs. GRIM REAPER a gagné en expérience et peut ainsi enfin bénéficier d'une production nettement plus acceptable. C'est pourtant la même équipe derrière les manettes (Darryl Johnston d'Ebony Records), qui semble avoir enfin progressé après avoir pourri un paquet d'albums ! On ne va pas se plaindre. Le son est donc enfin plus clair et plus percutant. Ainsi on n'apprécie encore plus le chant de Steve Grimmett, qui ne fait que s'améliorer et impressionne encore plus. On notera un changement de line-up avec Lee Harris qui laisse les baguettes à un certain Mark Simon. Nick Bowcott, lui, reste le boss niveau composition.

L'entame de ce second chapitre est plus que rassurante, car ce morceau titre en est incontestablement le pinnacle. Il s'agira du seul titre de l'album qui fera l'objet d'un clip vidéo, d'ailleurs le groupe fera en tout et pour tout trois clips vidéos dans les 80s, et ce à chaque fois pour les title tracks respectifs. On le comprend aisément car on a sur ce titre du GRIM REAPER au sommet de son inspiration : un riff qui nous accroche d'emblée, et surtout des lignes de chant redoutables avec un refrain juste parfait. Il y a même le petit détail qui tue, la petite subtilité qui nous achève : la cowbell, et chacun sait qu'il s'agit là d'un élément déterminant pour faire un tube, la cowbell on en veut toujours plus !

A priori, le groupe ne change donc rien à sa formule mais peu importe si cela nous garantit une telle efficacité. Sûr que les musiciens y croyaient en tout cas, et le Heavy pratiqué ici est un véritable exutoire pour des jeunes gens qui vivaient certainement dans l'urgence. En témoigne ce très bon "Matter Of Time" qui démarre en trombe, un peu trop même car l’enchaînement avec son prédécesseur, "Lord Of Darkness" (qui malgré un titre prometteur est plutôt un moment faible), paraît un brin abrupte, voire franchement mal pensée. Au rang des titres très solides, "Never Coming Back" ou encore le rageur "Let The Thunder Roar" tiennent la baraque.

Mais GRIM REAPER ne parvient pas ici à délivrer un album entièrement rempli de titres tueurs. Le morceau titre n'est donc jamais égalé en qualité et parfois on s'éloigne vraiment trop de sa force d'impact. Pas que le groupe manque d'énergie, bien au contraire, mais parfois l'inspiration fait un peu défaut : on peine à retenir certains refrains et riffs, ce qui est ballot pour un groupe qui se base essentiellement là-dessus. "Lay It On The Line" et "Fight For The Last" n'ont rien de rebutant mais se contentent d'être d'honnêtes suiveurs. Tout cela sonne parfois un peu précipité, ce qui n'empêche pas pourtant que nos Anglais aient pris le temps d'injecter un peu d'humour rosbeef dans l'intro de "Silent Scream", un titre qui à l'origine date d'ailleurs de la première époque du groupe, et qui a été retravaillé pour l'occasion et permet de terminer l'album sur une très bonne note, bien démoniaque la note en question, m'étonnerait pas d'ailleurs que KING DIAMOND s'en soit inspiré !

Non content de ne pas s'aventurer au-delà de ce que proposait "See You In Hell", on peut même dire que GRIM REAPER recentre sa formule. Pas de tentative de ballade ici, que des morceaux Heavy et carrés aux structures simples. Seul titre qui dénote très légèrement : "Rock & Roll Tonight", qui est très clairement un appel du pied au USA, avec ce Hard Rock pour stades aux paroles prévisibles, assez PRIESTien dans le riffing (il aurait presque pu trouver sa place sur "Point Of Entry"), mais qui au final rate un peu le coche.

Il n'en reste pas moins que l'énergie et les efforts déployés par Steve Grimmett et Nick Bowcott rehaussent très clairement la qualité de l'ensemble. Si artistiquement le groupe ne progresse pas vraiment hormis en terme de production, il parvient à rester éminemment sympathique et à délivrer l'essentiel que l'on attend de lui : du Heavy Metal dans toute sa pureté.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


HEAVY LOAD
Death Or Glory (1982)
La puissance venue du nord




HEAVY LOAD
Stronger Than Evil (1983)
Des vikings adoubés par Phil Lynott


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Steve Grimmett (chant)
- Nick Bowcott (guitares)
- Dave Wanklin (basse)
- Mark Simon (batterie)


1. Fear No Evil
2. Never Coming Back
3. Lord Of Darkness (your Living Hell)
4. Matter Of Time
5. Rock And Roll Tonight
6. Let The Thunder Roar
7. Lay It On The Line
8. Fight To The Last
9. Final Scream



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod