Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER MéLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Amaranthe, Circle Of Illusion, Soulspell, The Chronicles Project, Tobias Sammet's Avantasia, Ayreon
- Membre : Axxis, Teramaze, Luca Turilli's Rhapsody, Mekong Delta, Kamelot, Harmony, Cyhra, At Vance, 21 Octayne
- Style + Membre : Waken Eyes, Pyramaze, Darkwater
 

 Bandcamp (17)
 Chaine Youtube (21)

UNIVERSAL MIND PROJECT - The Jaguar Priest (2016)
Par HAPLO le 22 Juillet 2020          Consultée 325 fois

Devenant gourmet avec l’âge, j’en viens presque à saliver d’avance lorsque j’envisage de m’attaquer à la livraison « one shot » d’un collectif musical (et métallique !) monté pour l’occasion d’un album. Aussi, il faut te le confier cher lecteur, qu'en tant que bébé-Kroniqueur chez NIME, mes premières dégustations dans ce domaine se sont avérées réellement fructueuses ! Qu’il s’agisse des (très) talentueux membres de The CHRONICLES PROJECT avec leur voleur d’âmes power mélodiques ou des surprenants FULL NOTHING aux riffs lourds et mélancoliques, j’ai dans les deux cas été frappé puis séduit par ces projets initialement improbables mais qui à force de culot, de travail (et de chance aussi !) ont abouti sur d’aussi chouettes résultats avec des équipes pourtant foutrement hétéroclites… Comme quoi rien n’est jamais programmé !

Le mentor et le collectif d’artistes composant UNIVERSAL MIND PROJECT (abrégé en UMP, oui il fallait ne pas être Français pour l’oser…) concourent dans cette catégorie.

Ce projet à vocation universelle entame sa gestation dans l’esprit pas du tout dérangé du guitariste-compositeur américain (aux origines vraisemblablement mexicaines) Michael Alexander, courant 2011-2012. Se basant sur des récits précolombiens formalisés suite à la conquête espagnole et évoquant, entre autres, l’existence d’un individu exceptionnel aux dons prophétiques (le Prêtre Jaguar) qui aurait prédit l’arrivée des Européens comme l’apocalypse de 2012, notre gratteux imprégné de Metal s’en va élaborer un sujet d’album pour narrer le temps où la civilisation maya dominait le monde (connu !).
Pour être tout à fait raccord avec la réalité d’UMP, l’ami Alexander songe d’abord à un seul EP qui serait constitué par un long titre unique pour dix-huit minutes de Power-Prog-mélodique et justement intitulé "The Jaguar Priest". C’est ce même morceau, réduit à des dimensions plus raisonnables, que l’on retrouvera en piste 8 sur l’opus studio de 2016…

Épaulé dans un premier temps par le seul pote joignable en la personne de Charlie Dominici (chanteur des origines de DREAM THEATER souvent méconnu, mais dont le "When Dream & Day Unite" de 1989 est chroniqué sur NIME ben voui !) notre mentor en herbe va, de copain en relation, se voir rejoindre par toute une flopée d’artistes tels les chanteurs Elina Laivera (SEDUCE THE HEAVEN) et Henrik Båth (DARKWATER) ou encore le batteur Alex Landenburg (qui œuvre alors chez Luca TURILLI’S RHAPSODY), trio avec lequel il décide de forger le noyau dur d’UMP. La jolie cantatrice metalleuse grecque Elina Laivera est quant à elle rapidement associée à la composition d’autres morceaux sur une base de trio vocal (un chant féminin qui caresse le lobe de l’oreille gauche / un chant masculin clair qui malaxe l’épaule droite / un chant growl qui postillonne) déjà en vogue du côté d’AMARANTHE et pour l’interprétation desquels des guests de prestige sont enrôlées : Nils K. Rue (le cri de PAGAN’S MIND), Mark Jansen (Monsieur EPICA), Charlie Dominici déjà évoqué ainsi que Mister Diego Valdez (HELKER, ELECTRONOMICON), excusez du peu, viennent donc pousser la chansonnette, ou les hurlements rauques (c’est selon!) sur les dix titres finaux que contient l’album "The Jaguar Priest". Merci les copains des copains aux copains !
Le côté instrumental n’est pas en reste avec le redoutable bassiste de SYMPHONY X Mike LePond sur deux morceaux (aucun crédit à la basse pour le reste des titres !), Theodore Ziras (HAND OF GOD) et Johan Renholz (ANDROMEDA) se partageant les soli de guitares et pour enfin conclure l'Italien Emanuele Casali (DGM) sévit aux claviers…. Fichtre, ce n’est plus un collectif mais un véritable hall de gare people chez UMP !

Et si à tout cela on rajoute un mix au cordeau concocté par l’Italien Simone Mularoni (ANCIENT BARDS, DGM ou encore VISION DIVINE) l’on obtient indiscutablement un très bon niveau musical d’ensemble où le Power Mélodique d’UMP, porté par un son puissant et des voix expérimentées, déploie ses lignes rythmiques bien velues soutenues par une double grosse caisse très présente, des breaks synchro, virevoltants, et des lignes mélodiques / orchestrations respirantes venant agrémenter le tout… Bref, c’est beau, c’est propre et ça envoie du pâté UMP ! Alors, bing ! La kro est bouclée, on accroche un beau 5/5 sur la poitrine tremblante d’émotion du sieur Michael Alexander, on envoie ça à l’admin pour publication et zou, on pense déjà à la kro suivante… Et ben non.

Car il faut bien le constater, malgré un très chouette papier cadeau, le pétard UMP s’avère être imbibé de coton et de flotte : il ne pète à la figure de personne et encore moins à celle de l’auditeur… En fait, il ne pète pas du tout !
L’ami Alexander et sa clique talentueuse parviennent à réaliser, avec "Jaguar Priest", un grand écart que je ne pensais jusque là pas possible avant cette écoute : des partie vocales / instrumentales individuellement irréprochables pour un rendu collectif qui n’a aucun relief et qui s’essouffle en l’espace d’une seule écoute ! Les poncifs du genre « Metal Prog-Power-mélodico-épique » sont pourtant scrupuleusement et talentueusement respectés avec une musique riche, rythmée et synchronisée, dégageant à l’occasion d’un "Truth" une énergie presque entraînante où l’on rêverait, malgré les soli successifs guitare/claviers soutenus par une double grosse caisse tonitruante, que le morceau décolle enfin et nous emmène avec lui…

Or, à l’image de la quasi-totalité des titres composant cet album, ceux-ci semblent avoir été assemblés à partir de passages successifs collés les uns aux autres… Pièces de puzzle qui sonnaient bien individuellement mais qui mises bout à bout donnent des morceaux déséquilibrés, inégaux ("Awakened By The Light"), parfois desservis par un refrain franchement gnan-gnan ("Anthem For Freedom", "Dreamstate") ou sombrant dans la balladounette sirupeuse créée par et pour la chanteuse ("A Word That Burns")…
Quant aux quelques rescapés qui échappent à cette hécatombe tels "The Bargain Of Lost Souls" sur lequel Nils K. Rue vient poser sa voix unique, un "Seven" nerveux valorisé par un Diego Valdez survitaminé, ou encore un "The Force Of Our Creation" riche et alambiqué comme on aime… Ils laissent néanmoins un sentiment de frustration lié à l’absence d’une minuscule mais indispensable étincelle de génie, du sens de la mélodie ou je ne sais quoi d’autre, suffisamment accrocheuse pour qu’on ait envie d’y revenir rapidement. On sent que nos stars métalliques se sont fait réellement plaisir sur cette galette mais quid de l’auditeur ?

Une mention spéciale tout de même pour le titre fondateur "The Jaguar Priest" à la structure originale (on n’a pas l’impression d’être dans un magasin de fringues pour metalleux avec une musique de fond mille fois entendue…) sur lequel Charlie Dominici donne toute la mesure de son talent en alliant dissonance et puissance pour accoucher d’un morceau très cohérent / prenant du début à la fin : ce qui m’a du coup vraiment donné envie de parcourir la discographie du bonhomme (DOMINICI chroniqué sur NIME of course!)...

Ma déception étant à la hauteur de mes attentes vis à vis d’un tel parterre de talents, c’est donc un sévère mais réfléchi 2/5 que j’adresse au sieur Michael Alexander pour son opus "The Jaguar Priest" en me taillant de deux petits conseils que j’ajoute aux codex des prophéties mayas :
1. si tu veux te faire plaisir avec tes potes musiciens ; fais donc un bon gros bœuf dans ton studio privé sans pour autant en pondre un album de dix titres,
2. si vraiment tu veux immortaliser cette super ambiance, reste fidèle à ton idée d’origine et contente toi d’un EP.

- pour le plaisir de redécouvrir Mister Dominici : "The Jaguar Priest",
- pour le petit quelque chose qui remue : "Truth" et "Seven",
- c’est pas grave si t’en parles par à tes petits enfants devant la cheminée la veille de Noël : le reste de l’album...

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


BAD SALAD
Uncivilized (2012)
La surprise du chef est dans la sauce !




FRACTAL CYPHER
Prelude To An Impending Outcome (2018)
Comme des grands !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Elina Laivera (voix, paroles, composition tracks 1-7, 9, 10)
- Henrik Båth (voix)
- Michael Alexander (guitares, paroles track 7, composition tracks 1-5, 7-10,)
- Alex Landenburg (batterie tracks 6-10)
- Guests
- Mark Jansen (voix gutturale tracks 1, 2, 4,)
- Diego Valdez (voix tracks 5, 7,)
- Nils K. Rue (voix track 3,)
- Charlie Dominici (voix track 8)
- Johan Reinholdz (guitare lead track 9,)
- Mike Lepond (basse tracks 2, 9,)
- Emanuele Casali (claviers,)
- Alessandro Bissa (batterie tracks 1-5)


1. Anthem For Freedom
2. Truth
3. The Bargain Of Lost Souls
4. Dreamstate
5. Awakened By The Light (universal Mind)
6. A World That Burns
7. Seven
8. The Jaguar Priest
9. The Force Of Our Creation
10. Xibalba



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod