Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/DOOM/GRIND  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth, At The Gates, My Dying Bride, Paradise Lost
- Style + Membre : Strigoi

VALLENFYRE - Splinters (2014)
Par SIRFRANGILL le 12 Juillet 2020          Consultée 803 fois

Le tournant des années 2010 est marqué par un funeste épisode pour Greg Mackintosh : il doit faire face à la disparition de son père. En tant que guitariste Metal Gothique par excellence, il sait mieux que quiconque ce qui doit être fait pour extérioriser cette peine immense : un album plus sombre digne descendant de ses premiers efforts consentis à la fin des années 80. Mais l’œuvre sera trop personnelle pour être estampillée PARADISE LOST (qui avait pourtant déjà durci le ton en 2009 avec le plus rude "Faith Divides Us – Death Unites Us"), il fonde alors son premier side project quasi solo en vingt ans de carrière : VALLENFYRE qui ouvrira les hostilités en 2011 avec "A Fragile King", un album Death Doom à l'ancienne de fort bonne facture.

Ce ne fut cependant pas suffisant car la pilule n'est toujours pas passée trois ans plus tard, il semblerait néanmoins que la tristesse initiale se soit muée en révolte : "Splinters" se montre en effet bien plus agressif que son prédécesseur. Les influences Grind, peu présentes sur "A Fragile King" sont désormais plus saillantes sur le très expéditif "Instinct Slaughter" à mi-chemin entre NAPALM DEATH et ENTOMBED et les vindicatifs "Cattle" et "Thirst For Extinction". Plus que jamais, le Sir, qui était un punk dans l'âme avant sa rencontre avec son comparse Aaron Aedy, fait démonstration de ses influences premières glanées dans le vaste monde du Hardcore. On retrouve du Crust en peu partout sur la galette, du meurtrier "Scabs" à "Savages Arise" et ses patterns de batterie D-Beat.

En bon enfant du Metal et du Hardcore eighties, Greg n'est évidemment pas passé à côté de CELTIC FROST durant sa jeunesse. C'est particulièrement audible sur la très Rock'N'Roll "Odious Bliss" et l'épaisse "Dragged To Gehenna" qui empruntent toutes deux aux premières heures de gloire des Suisses pour un résultat particulièrement efficace. C'est là le but premier du disque : riffer un maximum comme au "bon vieux temps" et cela passe aussi par une science du break bien maîtrisée, qu'il soit Thrash sur "Savages Arise", lourd sur "Dragged To Gehenna" ou "moshant" sur "Thirst For Extinction".

L'homme ne renie pourtant pas ici l'amour de sa vie, à savoir le Doom. Le tempo chute dès "Bereft" qui vous accompagne lors de votre descente aux enfers avec son riff bendeux et ses leads tristes au touché si caractéristique du travail de Mackintosh avec PARADISE LOST (on remarquera cependant qu'il se laisse aller à des solos plus chaotiques (à la DEATH des débuts) avec VALLENFYRE, le morceau titre en est un des exemples). Les pistes plus lentes se montrent cependant bien plus méchantes qu'elles n'ont jamais été, même au début des années 90, la faute revenant en grande partie au son de l’œuvre, empruntant ce qu'il y a de plus gras dans le Death à la suédoise et laissant une grande place aux larsens. La pochette illustre ainsi à merveille le propos du groupe, entièrement noir et dégoulinant comme ce monstre difforme, les polices d'écriture n'auraient quant à elle pas pu être mieux choisies (des caractères à la NIHILIST pour le nom du groupe, des lettres rapidement gravées pour le titre, rappelant le Hardcore le plus expéditif). C'est donc une synthèse complète du Metal extrême des années 80 qui nous est servie ici.

Et c'est encore une tuerie signée de la main de notre six-cordiste gaucher préféré, faisant démonstration avec ce "Splinters" de sa capacité à briller dans bien des domaines (Doom, Death, Goth, New Wave,...). Il arrive même à nous impressionner dans des domaines qu'il n'avait pas arpenté jusqu'alors. On n'avait jamais entendu le son de sa voix dans PARADISE LOST et il parvient avec ce side project à réaliser un growl profond et discernable séant parfaitement à la musique jouée (même si c'est une autre paire de bretzels en live, le manque d'expérience sans doute). Au talent pur des débuts s'ajoute désormais une grande maîtrise de la composition mais aussi de la production, cocktail expliquant la grande régularité dont sait faire preuve Greg Mackintosh qui s'impose ainsi parmi les plus grands musiciens de la scène Metal.

A lire aussi en DEATH METAL par SIRFRANGILL :


KATAKLYSM
Temple Of Knowledge (kataklysm Part Iii) (1996)
Je vais te casser la Xul




KATAKLYSM
Sorcery (1995)
Cet album n'est pas lys


Marquez et partagez




 
   SIRFRANGILL

 
  N/A



- Gregor Mackintosh (vocaux, guitare lead)
- Hamish Glencross (guitare)
- Scoot (basse)
- Adrian Erlandsson (batterie)


1. Scabs
2. Bereft
3. Instinct Slaughter
4. Odious Bliss
5. Savages Arise
6. Aghast
7. The Wolves Of Sin
8. Cattle
9. Dragged To Gehenna
10. Thirst For Extinction
11. Splinters



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod