Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Facebook (34)
 Site Officiel (32)

PSYCHOTIC WALTZ - The God-shaped Void (2020)
Par FREDOUILLE le 7 Mai 2020          Consultée 2776 fois

Le nom de PSYCHOTIC WALTZ ne vous dit peut-être rien, et pourtant... Cette formation de Metal Progressif originaire de San Diego et fondée en 1986, possède à son actif quatre albums studio sortis sur la période 1990-1996. Autant vous dire que ce nouvel album qu’est "The God-Shaped Void" était pour le moins inattendu en cette année 2020, même si on savait que ces vieux briscards américains s’étaient reformés en 2010. Après cette reformation, s’ensuivirent même quelques concerts européens et notamment en 2011, où PSYCHOTIC WALTZ participa à la tournée Power Of Metal dont les têtes d’affiche n’étaient autres que SYMPHONY X et NEVERMORE. À partir de 2012 (jusqu’en 2019), le groupe est alors entré dans un long process d’écriture, ces types sont des perfectionnistes il faut dire, pour accoucher au final d’un petit bijou de Metal Progressif.

Personnellement, ce retour avec le line-up originel s’il vous plaît (Dan Rock revenant au bercail en remplacement du guitariste Steve Cox) m’a fait un petit quelque chose car j’ai toujours considéré PSYCHOTIC WALTZ comme un super groupe et leur musique ne m’a jamais laissé insensible. Il faut dire aussi que le Metal Progressif de PSYCHOTIC WALTZ est pour le moins unique et au final assez atypique dans son genre. D’ailleurs, on pourrait scinder sa courte discographie en deux. "A Social Grace" et "Into The Everflow" d’un côté, disques qui mettent en avant un Metal Progressif plutôt technique et complexe mais jamais trop démonstratif (pas de DREAM THEATER-style ici). De l’autre, "Mosquito" (1994) et "Bleeding" (1996) s’orientant vers une musique moins directe, plus planante et un brin psychédélique.

Assez original dans son genre, et agrémenté il faut bien le reconnaître du chant quelque peu unique de son frontman qu’est Buddy Lackey (plus connu sous son vrai nom Devon Graves et qui aura fondé DEADSOUL TRIBE – cinq albums auront d’ailleurs vu le jour entre 2002 et 2007), le Metal Progressif de ces Américains s’est, au fil des albums, véritablement forgé un son et un style bien personnel qui inévitablement ne pourra pas plaire à tout le monde. Pour situer un peu, le Metal Progressif de PSYCHOTIC WALTZ peut s’apparenter à une sorte de croisement entre FATES WARNING première époque et je me lance... JETHRO TULL.

Les présentations étant désormais faites, concentrons-nous donc sur la nouvelle livraison de PSYCHOTIC WALTZ, sortie chez le label allemand InsideOut. Première constatation, l’artwork est splendide (elle est l’œuvre de Travis Smith qui a aussi travaillé pour des groupes comme RIVERSIDE, NEVERMORE ou encore KATATONIA) et est parfaitement en adéquation avec le contenu de l’album (décor somptueux, cosmos, univers onirique toussa...). Un disque qui aborde le sujet de la communication dans le monde et le fait que beaucoup de gens ne le voient plus qu’à travers leur écran de téléphone et/ou autre dispositif web dont la dépendance est devenue inquiétante. Une communication qui tend à se perdre sans l’aspect humain et verbal. N’est-ce pas là le souhait de forces voulant transformer le monde en un camp d’esclaves, et nous attirant dans une société de haine et de peur ("Sisters Of The Dawn") ?

Thématique intéressante, pour un album qui s’avère être une chouette surprise tant la musique du groupe américain devenue décidément très mature, semble aussi s’être lissée et bonifiée avec le temps. Entendez par là que ce nouveau disque tend à gommer les défauts de ses prédécesseurs. Le Metal Progressif de PSYCHOTIC WALTZ, un poil torturé parfois, pouvait à l’époque partir un peu dans tous les sens, au risque ne nous laisser parfois sur le bord du chemin, ce qui n’est absolument plus le cas sur ce nouvel effort studio.

"The God-Shaped Void" a été mixé/masterisé par Jens Bogren (OPETH, FATES WARNING, DEVIN TOWNSEND) à Fascination Street Studios en Suède, et possède un rendu riche et hyper léché. L’ensemble est pour le moins accrocheur, sonne assez moderne je trouve sans pour autant renier les racines du groupe. Et ce sont les références à "Bleeding" et surtout à "Mosquito" (je pense particulièrement à des compositions de la trempe de "Shattered Sky", "Mindsong" ou à "All The Voices", ses claviers atypiques et sa flûte) dont le nouvel album se rapproche le plus, qui frappent à la porte à de multiples endroits. On y retrouve en effet des atmosphères similaires, entre passages planants (le groupe a sensiblement accentué cet aspect d’ailleurs), voire oniriques, passages acoustiques éthérés ("The Fallen", "While The Spiders Spin", la fin de "Demystified") et moments un peu plus puissants, catchy et rentre-dedans à l’image de "All The Bad Men" qui accélère un peu le tempo par endroits, ou de ce "Back To Black" et ses guitares pour le coup très progressives (riffs à la FATES WARNING aussi).

Globalement, les compositions, plutôt mid-tempo et dont les tonalités ne sont pas vraiment joyeuses, sont ici d’une pure beauté. Le groupe a potassé son sujet et le songwriting est particulièrement brillant pour ne pas dire même impressionnant. Tout a été peaufiné dans le moindre détail, que ça soit au niveau des arrangements (ces chœurs sur "Devils And Angels"), des atmosphères lesquelles sont travaillées jusqu’au-boutisme (le côté cosmique de "Devils And Angels", la fin un peu spatiale de "Season Of The Warm" est juste géniale), des guitares (la paire Rock/McAlpin n’a rien perdu de son attrait et délivre encore des accords de toute beauté ainsi que des soli aériens tantôt vertigineux – sur "The Fallen"-, tantôt hypnotiques – sur "Sister Of The Dawn" et son intro presque Queensrÿchienne) et des mélodies qui sont pour la plupart somptueuses ("Devils And Angels", "Sisters Of The Dawn", la ballade mélancolique "Demystified") voire complètement envoûtantes ("Sisters Of The Dawn", "All The Bad Men").

On soulignera aussi qu’un soin tout particulier a également été apporté, que ce soit dans les tonalités ou dans le mixage, concernant le chant toujours aussi polyvalent et émotionnel de Devon Graves (c’est Devon lui-même qui a enregistré ses lignes de chant dans son propre home studio en Autriche !). Un Devon Graves qui chante donc, mais qui joue aussi du clavier (des claviers qui participent avant tout à l’atmosphère des morceaux – rien à voir avec des déluges de notes à la Jordan Rudess hein !), de la guitare sur "Demystified" et de la flûte aussi que l’on va retrouver ici et là en arrière-plan et servant aux atmosphères des morceaux (l’intro de "Devils And Angels", solo sur "Pull The String", sur "Demystified"). Un Devon Graves omniprésent donc et dont les vocalises semblent également s’être bonifiées avec le temps. Tantôt rageuses (pas souvent cela dit) sur "Sisters Of A Dawn", tantôt fragiles et délicates (sur "Fallen", sur "Demystified"), elles sont particulièrement mises en avant (l’aspect plus grave sur "Devils And Angels"), et parfois même un tantinet trafiquées comme sur le somptueux "Devils And Angels" ou bien encore sur l’envoûtant "All The Bad Men".

"The God-Shaped Void" n’est assurément pas un album comme les autres et n’est probablement pas à mettre entre toutes les mains. La musique créative de PSYCHOTIC WALTZ nécessitant une multitude d’écoutes pour en apprécier toutes les saveurs et les subtilités. "The God-Shaped Void" sort véritablement des sentiers battus et offre donc beaucoup de paysages sonores merveilleusement beaux, parfois d’une rare mélancolie, étranges, et fragiles aussi. Une musique qui reste paradoxalement accessible de mon point de vue et qui fait littéralement voyager. D’une grande homogénéité, "The God-Shaped Void" est très dense et d’une grande richesse.

On retiendra par conséquent quelques moments très forts du disque à commencer par le fantastique et puissamment atmosphérique "Devils And Angels" qui dès les premières notes plante le décor. Ambiance planante, onirique, façon quatrième dimension, cette flûte envoûtante jouée par Devon Graves... Un titre presque hypnotique, plutôt dense qui nous explose littéralement à la figure. On retiendra également cette ballade mélancolique qu’est "Demystified" dont la mélodie qui prend aux tripes est transcendée par les lignes vocales puissantes et envoûtantes de l’ami Devon Graves. Enfin, mention spéciale pour le très prenant "Sisters Of The Dawn" un des titres forts de l’album et sur lequel Dan Rock et Brian McAlpin déposent des soli de guitare de toute beauté, tous à la fois mélodieux et techniques. Probablement, les plus beaux soli du disque.

Il aura fallu vingt-quatre ans à PSYCHOTIC WALTZ pour nous proposer un successeur à "Bleeding" et nous proposer cette petite merveille. L’attente en valait vraiment la chandelle. PSYCHOTIC WALTZ signe là un retour retentissant et par la même occasion nous délivre là son meilleur album à ce jour. Du grand art ! On en redemande Messieurs !

Note : 4,5/5.

Morceaux préférés : "Devils And Angels", "Demystified", "Sisters Of The Dawn", "The Fallen", "All The Bad Men".

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


WASTEFALL
Self Exile (2006)
Chef d'oeuvre! Du Pain of Salvation en plus pêchu!




ELVARON
The Buried Crown (2005)
Pièce de metal progressif somptueuse et unique!


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Devon Graves (chant, flute, claviers, guitare)
- Dan Rock (guitares, claviers)
- Brian Mc Alpin (guitares, claviers)
- Ward Evans (basse)
- Norm Leggio (batterie)


1. Devils And Angels
2. Stranded
3. Back To Black
4. All The Bad Men
5. The Fallen
6. While The Spiders Spin
7. Pull The String
8. Demystified
9. Season Of The Swarm (bonus Track)
10. Sisters Of The Dawn
11. In The Silence



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod