Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Delain, Indica
- Membre : Cain's Offering, Nightwish, Sonata Arctica, Altaria, Silent Voices, Insomnium, Allen - Olzon
 

 Facebook (250)

The DARK ELEMENT - Songs The Night Sings (2019)
Par JEFF KANJI le 18 Avril 2020          Consultée 1376 fois

J'espérais bien que le premier recueil des aventures de Jani Liimatainen et Anette Olzon marcherait assez et qu'il viendrait aux deux participants l'idée et la motivation pour transformer l'essai. The DARK ELEMENT est donc de retour pour mon plus grand bonheur. Et il a choisi de ne pas changer son fusil d'épaule, mais d'enfoncer le clou.

Ainsi, si vous avez aimé l'album éponyme, il y a de fortes chances pour que vous appréciiez beaucoup "Songs The Night Sings". Ne parlons pas de la production massive qui remet la guitare au centre (l'intégration de Jani Liimatainen au sein d'INSOMNIUM ne doit rien au hasard), et si les orchestrations, bombastiques et régulièrement rehaussées de synthétiseurs plus modernes sont très présentes, la six (ou sept)-cordes est toujours là (fortement soutenue par la basse de Jonas Kuhlberg) pour ne jamais perdre cette section Metal qui constitue le gros moteur de la musique de ce second album. Surtout que conformément à un désir d'Anette et partagé par Jani, cet album devait sonner plus Heavy et plus rapide tout en conservant ce pouvoir d'accroche qui m'avait marqué sur "The Dark Element".

Alors c'est chargé niveau sonore et ça pourrait fatiguer sur la longueur. Mais voilà ; l'écriture est au rendez-vous et je dois dire que les lignes de chant et l'interprétation d'Anette Olzon sont encore meilleurs. La Suédoise au regard perçant n'a pas fini de nous étonner et de prendre sa revanche bien méritée sur un business qui lui en aura sacrément fait baver. Le tandem Liimatainen/Olzon fonctionne du tonnerre, et sans gaver sa galette, propose onze titres consistants tant en contenu qu'en durée (cinq minutes de moyenne, mais parfois bien plus comme la tonitruante ouverture "Not Your Monster").

Premier constat : la voix d'Anette est une nouvelle fois diablement bien mise en valeur. Et l'expérience du premier album aura servi puisqu'elle aura pu adapter les morceaux à sa voix, modifier des tonalités, ce qui n'a jamais été possible pour elle par le passé (notamment chez NIGHTWISH). Et sa force c'est de n'être ni une apôtre du chant grave, ni une sirène, ce qui rend ce chant medium facilement intégrable et propice à la reproduction instantanée. Et c'est ce qui rend cette musique aussi vivifiante et accrocheuse, alors qu'a priori l'alliage de sons modernes, symphoniques et d'éléments Pop voire Dance devrait me faire rentrer instantanément dans ma coquille d'escargot (ce qui m'arrive systématiquement avec BEAST IN BLACK). Merci à nos deux protagonistes d'avoir réussi à combiner tous ces éléments pour en tirer le meilleur, ce qui leur a permis notamment de tirer le meilleur de "To Whatever End" (déjà écrite à l'époque du premier album).

Quels morceaux distinguer ? Pfiou, je dois bien avouer qu'il n'y a quasi pas de temps mort. Des titres qui restent moins que d'autres oui, bien sûr, "Silence Between The Worlds" par exemple, mais ça coule tellement de source que ce côté courant d'air n'est pas dommageable. Comme j'aime le dire, peu de classiques du Metal sont exempts d'un ou deux morceaux moins ultimes. Et puis le cœur de l'album, avec "Pills On My Pillow" et "The Pallbearer Walks Alone" (qu'on aurait bien vu sur un CAIN'S OFFERING) révèle des reliefs là aussi intéressants, au-delà de la bombe radiophonique "Songs The Night Sings" (choisie comme single, sont pas fous chez Frontiers).

Une très belle réussite assurément, et une véritable renaissance artistique pour Anette Olzon. Un album qui mérite clairement d'être défendu sur les planches, situation désormais rendue un peu compliquée par l'engagement de Jani Liimatainen auprès de la locomotive INSOMNIUM…

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


DELAIN
Apocalypse & Chill (2020)
L'art de manier le paradoxe




ANCIENT BARDS
A New Dawn Ending (2014)
Pro.


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Anette Olzon (chant)
- Jani Liimatainen (guitare, claviers, programmation, chœurs)
- Jonas Kuhlberg (basse)
- Rolf Pilve (batterie)
- -
- Jarkko Lahti (piano sur 6,11)
- Anssi Stenberg (chœurs)
- Okko Solanterä (chœurs)
- Petri Aho (chœurs)


1. Not Your Monster
2. Songs The Night Sings
3. When It All Comes Down
4. Silence Between The Worlds
5. Pills On My Pillow
6. To Whatever End
7. The Pallbearer Walks Alone
8. Get Out Of My Head
9. If I Had A Heart
10. You Will Learn
11. I Have To Go



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod