Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Gloryhammer, Rhapsody, Pathfinder
- Membre : Eclipse, Sabaton, Northtale
 

 Facebook (373)

TWILIGHT FORCE - Tales Of Ancient Prophecies (2014)
Par JEFF KANJI le 4 Novembre 2015          Consultée 3551 fois

La Suède est un pays central dans le Metal européen, à la fois novateur et traditionaliste, il excelle autant dans un domaine que l'autre. HAMMERFALL est un parfait exemple de cliché du Heavy à l'Allemande des années 80 à aujourd'hui (y a-t-il réellement eu une évolution ?) et aujourd'hui nous avons enfin une version "suédée", pour reprendre une expression de mon collègue Pinpin, du mighty RHAPSODY ! Groupe central de NIME et de son histoire, il est incroyable que ce premier album de TWILIGHT FORCE soit passé entre les mailles du filet (il y a vraiment trop de sorties, c'est impossible de suivre).

Groupe monté par divers acteurs de la scène, à commencer par le batteur d'ECLIPSE et ex-SABATON Robban Bäck, qui officie, comme ses collègues bassiste et guitariste, sous un pseudo italien (Roberto, Borne, Felipe), Sans compter le claviériste Daniele. On y verra immanquablement une référence à Daniele Carbonera, ex-batteur de RHAPSODY, qui a officié sur les trois premiers albums du combo transalpin. Ce parti-pris humoristique rappellera aussi le side-project de Christopher Bowes – GLORYHAMMER. D'ailleurs la pochette est un exemple de mauvais goût recherché avec son dragon orange et ce logo.

Musicalement, le terrain est archi-balisé, mais l'alliage du côté Speed et d'une production à la nordique, c’est-à-dire bien épaisse (à l'image des opus d'INSANIA), à une interprétation vocale vertigineuse de Christian Hedgren aux aigus étincelants rappelant son compatriote Daniel Heiman (LOST HORIZON) (quelles vocalises sur "Twilight Horizon") fait penser à la sensation polonaise de ces dernières années : PATHFINDER. Et TWILIGHT FORCE est pile au centre de ce triangle Italo-Polono-Écossais.

Mais là où je trouve TWILIGHT FORCE fabuleux, c'est qu'en utilisant avec dérision absolument TOUS les poncifs du genre, y compris les interludes narrés et sur-joués dont RHAPSODY nous a abreuvés, avec des noms de titres où l'on a mis dans un sac tout le vocabulaire heroic fantasy en plastique, avec une petite insistance sur les éternels Steel, Dragon, Power et King. L'album ne débande quasi jamais, les mélodies sont à la fois kitsch et incroyablement bien foutues et donnent envie de lever le poing en l'air en se coinçant des temps à autres les roubignoles dans nos culottes gênées par une cotte de mailles qui a essuyé les guerres les plus légendaires.

TWILIGHT FORCE réussit à proposer une musique terriblement accrocheuse, sans se prendre au sérieux. Chargée mais pas trop, on ne ressort pas écœuré de l'écoute de "Tales Of Ancient Prophecies", régulièrement garni de respirations lié au fait que les orchestrations savent parfois calmer la pompe pour laisser place au piano, aux sons de clochettes ou de harpe. En sus, le facétieux guitariste, en plus de parfois singer avec une habilité effarante le jeu de Luca Turilli, se permet de glisser de petites pointes d'humour, comme ce subtil rappel de la clownesque "Entrée Des Gladiateurs" de FUČÍK à la fin de "Fall Of The Eternal Winter". On peut aussi parler du refrain de "Forest Of Destiny" qui singe le "Rage Of Winter" de RHAPSODY.

On s'amuse autant que les protagonistes, et les interludes donnent vraiment l'impression que les mecs se retiennent de ne pas éclater de rire. Ça a beaucoup plu au chanteur de SABATON Joakim Brodén qui vient forcer sa voix rugueuse sur le titre final "Gates Of Glory". Je le soupçonne même d'être le ménestrel fantoche de "Sword Of Magic Steel" (pas de confirmation dans les crédits), où le temps d'un interlude typé Renaissance il troque la tenue paramilitaire pour la tunique et les collants.

TWILIGHT FORCE et son "Tales Of Ancient Prophecies" c'est une belle blague, mais une blague incroyablement bien faite, qui ressuscite pendant trente-six minutes le True Metal du tournant du siècle avec tout ce qui faisait son charme, même ces power-ballades niaises au possible mais qui font toujours cet effet "Heart Of Steel" aux amoureux de cette musique. Même si RHAPSODY n'est plus tellement ma tasse de thé, ce premier opus de TWILIGHT FORCE m'a enchanté et s'il est sorti sur un petit label (Black Lodge), il mérite bien plus de reconnaissance ! Merci à Swelo de me l'avoir suggéré dans la Boîte À Demandes, qui, si elle aura sans doute notre peau, m'a permis de découvrir une petite perle de Speed Sympho et de m'en payer une bonne tranche.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


BENIGHTED SOUL
Kenotic (2014)
Maîtrise et engagement




PHANTASMA
The Deviant Hearts (2015)
Trois cœurs gros comme ça


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Roberto (batterie)
- Borne (basse)
- Christian Hedgren (chant)
- Felipe (guitare, luth)
- Daniele (claviers, piano, violon, cymbalum)


1. Enchanted Dragon Of Wisdom
2. The Power Of The Ancient Force
3. Twilight Horizon
4. The Summoning
5. Whispering Winds
6. Fall Of The Eternal Winter
7. Forest Of Destiny
8. In The Mighty Hall Of The Fire King
9. Made Of Steel
10. Sword Of Magic Steel
11. Gates Of Glory



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod