Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2019 Nest
 

 Site Officiel (20)

BRUTUS - Nest (2019)
Par VOLTHORD le 26 Mars 2020          Consultée 431 fois

S'il y a bien un des albums de l'année dont j'aurais voulu vous parler plus tôt, c'est bien ce "Nest" des Belges de BRUTUS.

Album uppercut, amour instantané, pilule de réalité absolument prenante et remarquablement cathartique, "Nest" s'est imposé à moi à travers une suggestion YouTube sans doute fortement amenée par mon amour pour le label Sargent House et son goût pour le Rock aux blessures ouvertes. BRUTUS, c'est de la douleur crachée brute autant que la force incroyable qu'elle génère pour la combattre. Lorsque j'ai découvert "War", le truc m'a collé aux basques et au cœur. "War"... Langoureux à son départ, son amertume au formol qui mute en plaintes pleines de rancœur, progressivement et subtilement plus colérique alors que la batterie s'intensifie, puis plus diffus et mélodique sur ses derniers instants, alors que le timbre de la chanteuse Stefanie Mannaerts abdique sur une note grave intime et douce. "War" parle d'un détachement, fortement marqué par l'idée que la haine suscitée par une rupture nous construit.
Il ne suffit pas de le dire, il faut alors le ressentir. Stefanie Mannaerts est à la fois batteuse et chanteuse, et ce détail fait toute la différence. Elle semble à la fois guidée et portée par ses percussions, comme un porteur naturel de sa voix, d'apparence frêle, en réalité d'une puissance incroyable. Elle chante à bout de voix mais écrase ses fûts dans des esquisses effrénées entre Punk et Grunge (?), parfois caressant davantage les pulsations plus lourdes du Stoner ou du Sludge... Pour enfin donner le relais à une guitare souvent plus aérienne.

BRUTUS se positionne dans la case fourre-tout du Post-Hardcore mais évite pourtant les extrémités de l'étiquette. À la fois il demeure aux abords du Metal, plus souvent proche d'une démarche Rock, ne serait-ce que pour le choix d'une prod sans la lourdeur ou la rondeur ronronnante du metal, animé par quelques fumées Post-Rock et Shoegaze (rarement évasif ou contemplatif cela dit). Mais ses tempos et sa puissance le rendent tout de même incroyablement proches de groupes comme ENVY ou RUSSIAN CIRCLES. BRUTUS ne propose pas tant un jeu de contrastes qu'il les fait cohabiter intelligemment, comme une abrasion de forces contraires : un titre comme "Django", fortement influencé Post-Rock, en demeure revanchard et colérique. Les extrêmes ne se repoussent pas, ils se complètent : même si "Cemetery" crache son désir de vivre comme les années les plus Psyché Punk de QUEEN ADREENA (en moins dépravé), il y a toujours ces guitares "drone" pour simultanément atténuer le mouvement et alourdir le propos. Inversement, c'est la même lourdeur de ces guitares bourdonnantes qui fera décoller l'incroyable "Sugar Dragon" dans un final évanescent, incandescent.

Peut-être, par cette condensation de toutes ses influences en une, BRUTUS risque la redite. Difficile pourtant de dire quelques titres seraient en-dessous du lot, peut-être "Techno", "Blind" (court et confus ?) et "Horde V" me semblent user des mêmes armes que les autres titres bien meilleurs.

Comme la reine Julie Christmas l'avait sur un BATTLE OF MICE à une époque où le Sludge m'était totalement inconnu, le fait que le groupe soit porté par le chant si féroce et véritable de Stefanie Mannaerts a eu une force d'impact considérable sur moi, et il est impossible de laisser passer une telle pépite si les groupes cités ici vous parlent. Ce sera peut-être par contre ce qui en énervera plus d'un (finalement, tout comme pour Julie CHRISTMAS).
"Nest" est le genre d'album que je garderai sur mon chevet pour les temps d'épreuves où la reconstruction, la renaissance deviendront nécessaires.

A lire aussi en POST-HARDCORE :


CORTEZ
Phoebus (2013)
Lumière fuligineuse




DANCE GAVIN DANCE
Dance Gavin Dance (2008)
Plein d'étoiles (de la mort) dans les yeux


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Stefanie Mannaerts (batterie, chant)
- Peter Mulders (basse)
- Stijn Vanhoegaerden (guitare)


1. Fire
2. Django
3. Cemetery
4. Techno
5. Carry
6. War
7. Blind
8. Distance
9. Space
10. Horde V
11. Sugar Dragon



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod