Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (38)

TIGERSCLAW - Princess Of The Dark (2017)
Par JEFF KANJI le 22 Mars 2020          Consultée 501 fois

Et me revoilà pour vous parler de cette formation encore confidentielle qu'est TIGERSCLAW et qui à l'heure où je vous parle, a déjà deux albums au compteur. Alors pourquoi on en n'entend pas davantage parler ? Parce que l'offre est importante, qu'il s'inscrit dans cette mouvance moderne de formations à chanteuses, mais pas celle orthodoxe du Metal Symphonique qui a vu le style atteindre son apogée dans la première moitié des années 2000, plutôt une forme qui privilégie malgré tout l'aspect Metal, tout en ne se restreignant pas pour exploiter au mieux le potentiel de sa vocaliste. Et Elena Minina en a des qualités à faire valoir.

L'autre raison c'est que cette entité est plus un projet qu'un groupe, entre ses musiciens qui doivent correspondre à distance, du fond de leur Bade-Württemberg, avec leur cantatrice qui, elle, fait résonner ses splendides vocalises depuis Moscou. Ainsi, difficile de coordonner une activité live quand on sait à quel point le business du Metal rapporte peu. Ce qui fait qu'on ne connaît pas TIGERSCLAW, et la pochette très sobre de son premier opus n'attire pas l'œil plus que cela. Même si cette sobriété joue en partie en sa faveur, car si Elena peut largement alimenter la légende des beautés slaves, Alexander Baier, le maître à penser de la formation, est là pour laisser parler son art de façon entière.

Et c'est plutôt réussi. Les lignes de chant soignées (quoique pas encore aussi techniques qu'elle osera sur "Force Of Destiny", dans un style Gothic/Sympho quelque part entre Liv Kristine et Tarja (avec un soupçon de la Floor Jansen de "Decipher"), donnent le ton, mais sont là pour s'imbriquer dans des compositions dont Alexander Baier a soigné l'écriture. Si lui ne tape pas non plus à tous les coups ("Eternal Flame" et "Screams" forment un ventre mou assez flagrant), il parvient à obtenir la place nécessaire pour ses riffs, ses arpèges en son clair et quelques soli soignés même si pas forcément mémorables. Les claviers ne sont pas envahissants, et surtout ne jouent pas en permanence, ce qui permet de faire respirer l'ensemble. Erreur de jeunesse aussi que ce "Phantasia" qui reprend une cadence bien trop évidente, et qui donnera surtout l'envie d'aller vous réécouter le "Black Diamond" de STRATOVARIUS au hasard.

Après l'album démarre sur les chapeaux de roue avec une première composition bien speed et une plus plombée mais bien rythmée qui donne son titre à l'album, avant de lancer la cavalcade ternaire de rigueur. Cette science du tracklisting est hélas un peu voyante et trouve ses limites à mesure que l'on progresse dans l'album qui, en revanche, aura réussi du premier coup à nous accrocher l'oreille. Mais il est inutilement long, et il aurait été de bien meilleure tenue sans ses pistes sept huit et neuf qui n'apportent rien et ne sont pas mémorables. Et même si la suite ne révèle pas des tubes ultimes, on peut tout de même remarquer de belles idées, notamment au niveau des arrangements vocaux ("Cherokee" en devient magnétique). Mais aussi les limites d'ambitions trop élevées avec un "Divine" de plus de sept minutes qui peine à convaincre, tant il lui manque un fil rouge pour donner un sentiment de progression qui donnerait son sens aux contrastes.

Mon constat semble plutôt négatif, mais ne vous méprenez pas, j'ai plutôt apprécié cette galette qui ne bouscule pas une quelconque hiérarchie certes, mais qui voit l'émergence d'un potentiel réel, et le successeur de "Princess Of The Dark" accomplira ce potentiel avec brio. "World Of The Dead", "Princess Of The Dark", "Twilight Of The Gods", "Eternity", "Cherokee" et "She Rides The Lightning" valent clairement au moins une écoute.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


DELAIN
We Are The Others (2012)
Et lààààà ? Pas calmé ?

(+ 1 kro-express)



ALMANAC
Tsar (2016)
Victor a les mains libres

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ralph Neumann (batterie)
- Alexander Baier (guitare, claviers, basse)
- Elena Minina (chant)


1. World Of The Dead
2. Princess Of The Dark
3. Storm Of Steel
4. Twilight Of The Gods
5. Like An Angel
6. Eternity
7. Phantasia
8. Eternal Flame
9. Screams
10. Revelation
11. Cherokee
12. She Rides The Lightning
13. Divine



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod