Recherche avancée       Liste groupes



      
DJENT - METAL MÉLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2018 Boundless
 

- Style : Shattered Skies, Teramaze, Karnivool, Unprocessed, Tesseract
 

 Site Officiel (256)

VALIS ABLAZE - Boundless (2018)
Par HAPLO le 16 Décembre 2019          Consultée 522 fois

Comme me le disait il y a peu un pote guitariste aux envolées ciselées et architecturales ; « putain, ces Anglais, dès qu’ils font de la musique… Ils ont de l’or dans les mains ! ». Ayant récemment voyagé sur Londres (ce qu’à ma grande honte, je n’ai pas fait depuis mes années collège… Et c’étaient plus les filles qui me préoccupaient à cette douce époque…), il s’est émerveillé que le moindre pub, voire la plus minable salle de concert locale puisse proposer des musiciens du cru se montrant au pire brillants… Quand ce n’est pas purement géniaux !

Et c’est effectivement, même pour un ignare technique notoire comme moi, un constat qui s’impose : pour le genre musical auquel nous adhérons sur NIME, les représentants de l’abrasive Albion on su le marquer de leur empreinte et s’y imposer par leurs pattes novatrices, leurs expérimentations tous azimuts, leurs prises de risques, leurs comebacks improbables… Sans oublier leur foutu son… Et avec quel talent s’il vous plaît !

Justement, de la musique âprement métallique réglée sur un métronome foutrement aiguisé, c’est ce que nous propose ce gang de Bristol rassemblé sous le nom étrange et chantant de VALIS ABLAZE dont les membres ont planté leur bivouac aux frontières du Metal Progressif, du Metalcore et du Djent.

Formé initialement en 2013, le groupe va de prime abord patiemment vouloir apprendre à jouer et à trouver sa musique avant tout enregistrement studio… Sage démarche. Ayant finalement signé chez Long Branch Records (label teuton Pro Rock underground et Metal Alternatif), nos jeunes griffons britanniques sortiront une premier EP en 2017 intitulé "Insularity" et composé de six titres brûlants à souhait où des riffs frénétiques et tranchants côtoient des séquences mélodico-atmosphériques. VALIS ABLAZE est parti sur sa lancée et mettra à peine plus d’un an à proposer sa première offrande studio complète, armée de onze missiles sol-air en avril 2018 : "Boundless" dont nous allons parler ici et maintenant.

Produit et mixé par une pointure du milieux métallo-alternatif british en la personne de Mister Justin Paul Hill (SIKTH, HEART OF A COWARD, BURY TOMORROW…), "Boundless" est incontestablement un album très travaillé tant au niveau du son (parfaitement adapté au style du groupe) que des obus contenus en soute. Porté par la voix claire, plutôt haute et mélodique (quand le besoin s’en fait ressentir), de Phil Owen, les musiciens mettent en œuvre une solide base rythmique à la précision chirurgicale et ou la (double) grosse caisse a la part belle. Cette assise martelante et très soudée est elle-même accentuée par des riffs tranchés à haute fréquence collant à la ligne de basse ; signe visible de la filiation du groupe au Djent sous ses formes les plus aiguisées.

Cette ambiance compacte n’est cependant pas oppressante : l’effet de richesse mécanique est ponctuellement atténué par des passages plus mélodiques (piano ou synthé, guitare acoustique…), plus aériens, plus oniriques. Excellente transition mon cher Jean-Pierre ! Car "Boundless" est, de l’aveu même de ses créateurs, un concept-album qui, en suivant le cycle du sommeil, illustre l’importance des songes et toutes les implications qu’ils peuvent avoir dans notre vie réelle… Le titre "Paradox" étant d’ailleurs désigné comme le point culminant de ce voyage au pays des rêves.

Ainsi, forts de leur parfaite maîtrise et synchronisation instrumentale, les musiciens guident l’auditeur dans cette balade nocturne, construite d’une musique à la puissance rythmique réglée au millimètre où les guitares alternent, quand elles ne se répondent pas, entre riffs ultra-compressés et arpèges / thèmes mélodiques d’accompagnement en lead.
Ce mélange explosif fonctionne à plein régime pour les titres survitaminés que sont l’introductif "Afterlight" et sa suite mélodique "The Crossing", mais également sur le lent et harmonique "The Static Between Us" au solo tant sympathique que travaillé, ainsi que sur la très belle pièce de conclusion que représente "Reflexions" armée de ses riches transitions et montées en puissance.
Or, la belle voiture anglaise n’en reste pas là, et c’est comme prisonnière de son propre haut régime moteur (quelque part bloqué sur son tempo chirurgico-mécanique) qu’elle enchaîne le reste des titres de "Boundless". À l’image de la voix de Phil Owen, agréable, mais qui se maintient sur des harmonies très (trop ?) figées, le quintet semble vouloir respecter un cahier des charges, certes talentueux, mais dont il se refuse à franchir les limites tant au niveau rythmique que mélodique… Il en ressort une sorte de vrombissement en continu, tout en étant riche et énergique, mais à l’écoute duquel l’on fini par perdre ses repères, et duquel s’insinue une certaine lassitude qui gagne même les plus attentifs.

Ce sentiment m’aura surtout saisi à l’écoute des morceaux "Lumen", "Hex" ou encore "Paradox" dont les durées (comprises entre 5’24 et 6’02) ne font qu’accroître l’impression d’une immersion sonore en continu quelque peu répétitive : celle de rester sur un braquet identique alors que le relief se veut changeant !
D’âpres défenseurs du Metal/Djent british en général et de VALIS ABLAZE en particulier pourront justement objecter que c’est ça l’énergie spontanée et la jeunesse coco ! Ils n’auront pas forcément tort… Il est possible que mes oreilles de vieux progueux habituées aux variations mélodiques et rythmiques plus marquées aient capitulé trop facilement devant cette longue distance en faux-plat…
Je maintiens néanmoins que ce starter enclenché en continu sur la totalité d’un opus studio, tout en étant défoulant, ne sert pas l’appréciation que l’on pourrait porter à VALIS ABLAZE. Un second EP plus court et plus nuancé aurait peut-être mieux servi les projets du groupe… et l’écoute qu’on lui accorde.

"Boundless", tout en constituant une découverte sympathique, ne finira pas pour moi au panthéon des collectors du Metal britannique, ceci malgré des qualités indéniables, comme évoqué plus haut. La musique se veut vivante, j’estime que VALIS ABLAZE, même avec toutes ses qualités d’interprétation, la fige quelque peu.

C’est donc armé de mon sifflet réglementaire et coiffé de mon couvre-chef en forme d’obus que j’administre une contredanse matérialisée par une note réelle de 2,5/5 que je coince sur l’essuie-glace de la belle voiture anglaise en espérant de tout cœur que cette musique et ce style mûrissent sous le brouillard de Bristol et que l’on puisse me reprocher dans quelques années d’avoir sous-noté l’un des nouveaux monstres de la scène Metal/Djent anglaise...

- pour ne pas mourir idiot: "The Static Between Us",
- pour continuer à se faire plaisir: "Reflexions",
- pour les accros: "Paradox".

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


BAD SALAD
Uncivilized (2012)
La surprise du chef est dans la sauce !




ALTESIA
Embryo (2021)
Seconde vague !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Phil Owen (voix)
- Ash Cook (guitares)
- Tom Moore (guitares)
- George Demner (basse)
- Rich New (batterie)


1. Afterlight
2. The Crossing
3. Lumen
4. Evade
5. Hex
6. The Static Between Us
7. Signals
8. Faster Than Light
9. Frequency
10. Paradox
11. Reflections



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod