Recherche avancée       Liste groupes



      
SCREAMO / CRUST  |  E.P

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



DREI AFFEN - Seguimos Ciegxs (2019)
Par ISAACRUDER le 29 Septembre 2019          Consultée 1065 fois

L'Espagne de mes ancêtres ce n'est certainement pas les touristes entassés sur une plage insipide de Malaga mais bien plutôt la lourdeur immortelle de Cortés aka nous partîmes cinq conquérir le Mexique mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois mille en arrivant devant la Mexico de Moctezuma.

Écouter DREI AFFEN me donne l'impression de vivre la conquête de l'Empire Aztèque par ce Rambo espagnol du XVème siècle, venu avec une poignée de navires poser le pied sur un continent inconnu, s'enfonçant dans la géographie mexicaine avec des hommes qui croyaient en Dieu et aux forces du Mal. Passant de villages en villages ils voyaient bien que les types qui dominaient la région étaient loin de faire partie de la première catégorie. Les Aztèques étaient adeptes de sacrifices humains, et quémandaient leur tribut en femmes d'autres populations sans compter deux-trois enfants histoire de. On peut imaginer les lourds espagnols, leurs cuirasses et barbichettes bien fières, qui découvrent pour la première fois l'intérieur d'un temple aztèque, redécoré façon Valérie Damidot de la violence, avec murs tapis de sang humain, sculptures de divinités malfaisantes et stèle sacrificielle encore tâchée de sa dernière victime. Facile de comprendre dans ces conditions que, même si Cortés a forcé la main de quelques populations réticentes (euphémisme) d'autres sont devenues des alliées des Espagnols pour combattre ces salopards d'Aztèques.

DREI AFFEN, avec "Seguimos Ciegxs" illustre des siècles d'immensité espagnole, avant que ce pays incroyable ne devienne qu'une résidence secondaire pour nombre de fils de pute sans culture (mdr Barcelone c'est trop le top en vrai). DREI AFFEN attaque, assaille, règne, et ce, dès le morceau éponyme, puissante entrée Screamo aux riffs tragiques. On reconnaît la patte de son premier album, ces breaks temps mort dans la nuit mexicaine avant une embuscade d'aztèques bien sournois, ce chant virulent façon officier de cavalerie prêt à charger une armada d'Amérindiens fiers et forts et cette foutue batterie incroyable, qui martèle le rythme d'une fuite contre la montre, lorsque Cortés et son armée tentent une percée hors de la capitale aztèque, théâtre d'un soulèvement de la population locale contre les Espagnols. Qu'est-ce que peuvent bien bouffer ces hispaniques pour sortir du riffing assassin comme sur "Como Un Mar Violento" ? On croirait entendre le son d'une armée d'épées qui s'abat sur un champ de bataille désespéré. La palme revient certainement à "Gritos Sordos" et ses parties de batterie-gatling, terrifiantes de vélocité et son riffing Post-Hardcore et Screamo superbe qui démontre une fois de plus que DREI AFFEN assure autant dans l'émotion que la rage.

On pestera contre la durée faible de l'album, mais on soufflera pourtant tant la bête est fatigante. "Seguimos Ciegxs" paraît sans temps mort, jusqu'à ce que "Heridas" vienne apaiser le jeu en fin de parcours (non je déconne). DREI AFFEN livre là un excellent album de Screamo, moins Crust que le précédent mais plus assassin, avec des éclats de tragédie disséminés çà et là, qui pourraient être encore mieux traités au milieu de cette folie furieuse ("El Ultimo Aliento" commence différemment mais se finit lui aussi dans le sang et les larmes). Difficile de ne pas relancer mon analogie avec Cortés, aux couilles de cent kilos, qui lui aussi n'avait pas le temps de boire un petit mezcal quand, isolé dans un pays non exploré, il savait bien qu'il pouvait se faire trancher le cou par le moindre Amérindien ou même un Espagnol loin de son pays, rendu fou par la violence de la conquête. DREI AFFEN c'est en substance cet ordre de choses : la fuite en avant, jusqu'à la victoire ou la mort. Dans ce cas-ci, comme dans le cas de Cortés, c'est jusqu'à la gloire.

A lire aussi en HARDCORE par ISAACRUDER :


COILGUNS
Commuters (2013)
La pétoire et le mohawk




PLEBEIAN GRANDSTAND
How Hate Is Hard To Define (2010)
Orbo ab chao


Marquez et partagez




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Alber (guitare et chant)
- Eloy (batterie)
- Elsa (basse et chant)


1. Seguimos Ciegxs
2. Llama Viva
3. Como Un Mar Violento
4. Gritos Sordos
5. El último Aliento
6. Heridas



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod