Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DREAMKEEPER - In A Parallel World (2019)
Par HAPLO le 26 Juin 2019          Consultée 446 fois

Sur ce nouvel album, j’ai eu un gros doute...

Première Réalité Parallèle

Taylor Dennis, une main négligemment ajustée dans la poche droite de son pantalon cuir noir, remonte tranquillement l’avenue jusqu’à la petite place du centre ville de Dallas sur laquelle s’étend la terrasse de café où le journaliste lui a donné rendez-vous pour l’interview. Passant devant une vitrine de Grill Western à toute heure, il rajuste ses longs cheveux noirs tout en vérifiant son léger maquillage sous ses yeux pétillants… La quarantaine indéterminée, il est une personnalité locale du Heavy/Power Metal qui connaît bien les scènes improvisées dans les grills et autres steakhouses de la région pour y avoir traîné ses guêtres durant de longues années de galère. Mais Taylor est avant tout un opportuniste inspiré. Multi-instrumentiste et chanteur, il a débuté sa carrière peu après 2000 dans des groupes de musicos fans jouant pour rendre hommage à leur idoles : HYSTERIA (DEF LEPPARD), OUT OF THE CELLAR (RATT) et SAINTS OF LOS ANGELES (MÖTLEY CRÜE) lui ont permis de se lancer avec des potes metalleux sur les petites scènes locales… Les reprises populaires, ça coûte pas cher et ça plaît tout le temps ! Les années passant, il a ensuite multiplié les formations qui, sans donner dans le « tribute to », proposaient néanmoins des compos essentiellement inspirées par les poids lourds Heavy du moment : EDENLUST, The DARKENING, I EMBRACER, FRAME ENEMY ou encore ANGEL OF VENGEANCE… Et puis il y a eu l’aventure REVENGEANCE, formation avec laquelle il parviendra à sortir pas moins de quatre albums studio et une compil entre 2006 et 2013, toujours sur la vague Heavy/Power Metal… Mais le groupe finit par splitter… Il faut trouver autre chose… Taylor se rend alors compte que sa parfaite connaissance du petit cosmos du Metal texan, et surtout que le mot « Metal Progressif », auquel il n’avait encore jamais songé jusque là, peuvent être à l’origine d’un groupe et d’un album qui lui assureront enfin le succès tant recherché ! Les potes des anciennes formations sont vite rameuté, le nom prometteur de DREAMKEEPER jugé accrocheur, est posé sur l’autel de la (future) réussite et roule ma poule... On joue ce que l’on sait jouer : du bon gros Heavy dans les règles de l’Art. Un premier single "Ashes Of Hope" en 2017 pour tester le concept puis un second début 2019, "Forever Fire", qui préfigure l’album "In A Parallel World" qui sort enfin en février de la même année.

Steven Haplo Jr, journaliste à la gazette texane locale touille tranquillement son cappuccino en attendant l’heure de son rendez-vous avec celui qu’il considère comme l’éternel routard metalleux du pays. L’écoute de ce nouvel album, loin de l’avoir remué, lui a simplement confirmé que Taylor Dennis reste dans son style de prédilection et que la nouvelle peinture tout comme la jolie déco « Metal Prog » n’y changent rien. « Il va sûrement me sortir son blabla d’album-concept qu’il a mis cinq ans à pondre et l’étape capitale que ce nouveau groupe de Metal Prog représente dans sa carrière de musicien (*)... ». Mais tout ce que Haplo a relevé, en dehors de la quinzaine de « guest » issue des ex-formations participant à cette non-révolution (et inconnues du grand public), c’est qu’on reste dans du Heavy très conventionnel sur cette galette marquée par onze morceaux clairement influencés par des groupes comme HAMMERFALL, PRIMAL FEAR ou encore BRAINSTORM… Le génie en moins ! Les lieux les plus communs du Heavy/Power Metal sont scrupuleusement revisités sans que le déclic ne se fasse au fil des écoutes : rythmiques appuyées introduisant la guitare lead pour le thème mélodique, chant et chœurs très classique avec envolées criées, solos peu inspirés… Bref, on est en mode automatique sur un album somme toute très classique ou les jeux harmoniques, mélodiques et rythmiques récurrents donnent méchamment l’impression d’écouter un seul et même titre durant 52 min. Selon lui, seuls les morceaux "Lost Forever" et "Circle Of Dreams" sortent quelque peu leur épingle du jus et pourront justifier de possibles passages à la radio locale… « Vivement que je finisse cette interview et que je rentre au bureau achever ma chronique avec un généreux 2/5 ». Haplo se lève pour accueillir Taylor Dennis en se jurant qu’à part quelques fondus de Heavy indécrottables, il ne conseillera cet album à personne...

Seconde Réalité Parallèle

Taylor Dennis, une main glissée dans la poche droite de son pantalon cuir noir, remonte nerveusement l’avenue jusqu’à la petite place du centre ville de Dallas sur laquelle s’étend la terrasse de café où le journaliste lui a donné rendez-vous pour l’interview. Passant devant une vitrine de Grill Western à toute heure, il rajuste ses longs cheveux noirs tout en vérifiant son léger maquillage sous ses yeux fatigués… La quarantaine indéterminée, il est devenu une personnalité locale du Heavy/Power Metal qui connaît bien les scènes Metal de la région pour y avoir usé ses guêtres durant de longues années d’échauffement. Mais Taylor est avant tout un besogneux pugnace. Multi-instrumentiste et chanteur, il a débuté sa carrière peu après 2000 dans des groupes jouant pour rendre hommage à leur idoles : HYSTERIA (DEF LEPPARD), OUT OF THE CELLAR (RATT) et SAINTS OF LOS ANGELES (MÖTLEY CRÜE) lui ont permis de se lancer avec des potes musiciens sur les petites scènes locales… Les reprises permettent de travailler et de s’améliorer ! Les années passant, il a ensuite multiplié les formations qui proposaient un Heavy s’affinant progressivement tout en restant dans les tendances du moment : EDENLUST, The DARKENING, I EMBRACER, FRAME ENEMY ou encore ANGEL OF VENGEANCE… Sa meilleurs passe restera l’aventure REVENGEANCE, formation prometteuse avec laquelle il parviendra à sortir pas moins de quatre albums studio et une compil entre 2006 et 2013, avant de splitter… Conscient du temps qui passe et évoluant dans sa propre conception de la musique, Taylor commence à réfléchir à une nouvelle idée, plus orientée « Metal Progressif », projet dans lequel toutes ses relations dans le monde de la musique ne pourront que l’aider à concrétiser ! C’est la naissance de son tout dernier groupe, DREAMKEEPER, par lequel il va tenter d’enclencher un nouveau tournant dans sa carrière. Un premier single "Ashes Of Hope" sort en 2017 puis un second début 2019 "Forever Fire" qui préfigure l’album "In A Parallel World" qui sort enfin en février de la même année.

Steven Haplo Jr, journaliste à la gazette locale touille anxieusement son cappuccino en attendant l’heure de son rendez-vous avec celui qu’il considère comme un espoir potentiel au service du Metal US. L’écoute de ce nouvel album l’a surpris, lui qui connaissait les pérégrinations musicales antérieures du sieur Taylor Dennis et son style de prédilection, a noté une certaine évolution positive sur cette dernière production et les onze titres qui la composent. « J’espère qu’il va me détailler comment il en est arrivé à ce changement et qu’elle en est, selon lui, le titre le plus représentatif sur l’album (*)... ». Alors oui, évidemment les influences de groupes comme HAMMERFALL, PRIMAL FEAR ou encore BRAINSTORM sont bien présentes sur "In A Parallel World", mais il ne les juge pas emprisonnantes pour les musiciens de DREAMKEEPER qui savent imposer leur style et leur couleur musicale. Soutenu par une production plus qu’honorable et des arrangements indiscutablement peaufinés, "In A Parallel World", sans révolutionner le genre, dégage une atmosphère studieuse et une assise rythmique en béton armé. Qu’il s’agisse d’intro laissant libre court aux claviers ("Obscure The Night", "Reversing The Horizon"…) ou de bridges habilement menés ("In A Parallel World", "Memoria Evermore") DREAMKEEPER assoit son nouvel univers sur des rythmiques et riffs puissants qui raviront les aficionados du genre. Le tout est servi par une solide mise en place, révélatrice de l’expérience des musiciens. Selon lui, on tient là un bon premier album, prometteur pour la suite des évènements. « Cette interview achevée, je rentre au bureau finir ma chronique avec un 3,5/5 mérité ». Haplo se lève enfin pour accueillir Taylor Dennis tout en se demandant s'il trouvera les bons mots pour suffisamment attiser la curiosité de ses lecteurs afin de risquer une écoute...

Coincé comme je le suis entre deux brèches du continuum spatio-temporel j’attribue en suffocant un 2,5/5 à cet album emblématique, tout rempli d’espoir pour que l’avenir donne raison au second monde parallèle !

(*) synthèse extrêmisée d’une interview de Taylor Dennis de mars 2019 pour "Renegade Radio".

A lire aussi en HEAVY METAL :


CROSSWIND
Vicious Dominion (2014)
Épique... Vous avez dit épique ?




RIOT
Fire Down Under (1981)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Taylor Dennis (voix, guitare)
- Ron Carson (guitare)
- Nick Troutman (basse)
- Jamie Northop (batterie)


1. The Great Decay
2. Forever Fire
3. Obscure The Night
4. Lost Forever
5. Memoria Evermore
6. In A Parallel World
7. Reversing The Horizon
8. Circle Of Dreams
9. Losing My Heart
10. Allegiance Within
11. Ashes Of Hope



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod