Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Judas Priest, Tipton, Entwistle & Powell

Glenn TIPTON - Baptizm Of Fire (1996)
Par DARK BEAGLE le 12 Mai 2019          Consultée 1071 fois

Certains artistes ne sont pas destinés à sortir des albums solo, ils ne s’épanouissent pleinement qu’au sein d’un groupe. C’est un peu le cas de Glenn Tipton. Artisan du son de JUDAS PRIEST avec KK Downing, le guitariste est tout simplement une icône du Heavy Metal. Un titre qui peut paraître ronflant, mais qui est largement mérité, eu égard à une carrière remarquable. Mais voilà, il y a cette fameuse période, dans le première moitié des années 90, où cette institution connaissait une période creuse, la faute à un chanteur parti voir si le Metal était plus intéressant ailleurs. Alors que le groupe cherchait un remplaçant à Rob Halford, Tipton avait enregistré un titre avec Samantha FOX ainsi que de nombreux morceaux en vue de sortir un album solo. Certains ne verront le jour qu’en 2006, pour célébrer la mémoire de John Entwistle (The WHO) et de Cozy Powell (plein de choses), le reste se retrouvera sur ce "Baptizm Of Fire".

Le choix des morceaux a été plus ou moins géré par la maison de disques qui a préféré se passer des titres joués par les deux vétérans pour se concentrer sur ceux où une génération plus jeune accompagnait le Guitar God. Nous retrouvons ainsi Billy Sheehan, Robert Trujillo, C. J. De Villar ainsi que Entwistle à la basse, Brooks Wackerman, Shannon Larkin ainsi que Cozy Powell à la batterie. Tipton, lui, va se charger des guitares, bien entendu, mais également du chant. Et là, tout de suite, à froid, l’idée paraît diablement saugrenue. Et je vous rassure tout de suite, à chaud, ce n’est pas beaucoup mieux. Et effectivement, le chant de Tipton est un peu faiblard. On comprend mieux pourquoi il n’a pas repris le micro au sein du PRIEST.

Bon, ensuite, Tipton, si vous cherchez dans le dictionnaire des synonymes, vous verrez que c’est une autre façon de dire « riff tranchant ». Ici, il y en a, ce n’est pas le problème. Certains peuvent faire songer vaguement à ceux de JUDAS PRIEST (mais ne cherchez pas trop sous peine d’être salement déçus), mais le guitariste va alterner entre un Heavy Metal aux sonorités modernes et un Hard Rock plus classique, pas forcément classieux. Ce n’est pas mou, c’est même plutôt virulent, mais ce n’est guère passionnant. En fait, Tipton seul à la composition, c’est un peu comme Tom sans Jerry, Tintin sans Milou, Laurel sans Hardy et Macron sans Brigitte : il manque un truc. Et ici, c’est son complice KK Downing. Enfin, la symbiose entre les deux hommes saute aux oreilles ici.

Il manque une véritable dimension mélodique à ce disque qui a tendance à partir dans une espèce de démonstration stérile de ce qu’est le Heavy moderne selon Glenn. Alors j’aime beaucoup ce guitariste, mais ici, il n’y a pas grand-chose qui accroche réellement l’oreille. Dès "Hard Core", le premier titre, on devine que cela va être laborieux. La guitare est gentiment frénétique, mais cela n’apporte pas grand-chose. Les riffs se succèdent, sans grand intérêt – il nous a fait entendre mieux au sein du PRIEST, haut la main – mais heureusement que certains soli s’avèrent efficaces (et là, applaudissons la chanson-titre. Mais il y a une autre raison à cela aussi, on va y arriver, suivez le guide !).

Si déjà musicalement Tipton ne semble pas très inspiré (ce qui, en 1997, n’était pas de très bon augure pour un éminent nouveau JUDAS PRIEST – et "Jugulator" aura tendance à confirmer ce coup de mou créatif), dès qu’il ouvre la bouche, c’est une catastrophe. Glenn n’est pas un chanteur. Enfin, ça se saurait ! Il se débrouille déjà pour chanter juste, mais il n’a pas de puissance vocale et forcément, là où un « vrai » chanteur aurait pu sauver les meubles, le fait que Tipton s’accapare le micro continue à condamner ce disque doucement, ne parvenant pas à donner un relief satisfaisant, le pauvre s’époumonant un peu dans le vide. Dans le genre, on a connu pire, bien sûr, mais est-ce suffisant pour se montrer indulgent ?

Mais tout n’est pas à jeter sur ce disque. Déjà, la reprise du "Paint It Black" des ROLLING STONES déchire. Cette chanson a dû être reprise un paquet de fois par une myriade de groupes de Metal, mais cette version à un je-ne-sais-quoi d’irrésistible, au niveau du riffing particulièrement, où l’on se retrouve dans une optique très PRIEST-ienne. Là, difficile de ne pas espérer Rob Halford au chant, cela aurait été grandiose. Ensuite, le title-track est un quasi instrumental trépidant qui file la patate. Il y a un petit côté KING DIAMOND qui s’en dégage, sans démonstration vocale, bien entendu, mais il y a plus que du potentiel là : il s’agit du meilleur titre de l’album si l’on écarte "Paint It Black". "The Healer" se montre également satisfaisant, plus posé, plus élégant. Faites la comparaison avec le trop nerveux "Kill Or Be Killed" pour voir…

"Baptizm Of Fire" est un disque qui n’a pas grand intérêt. Même le nom de Glenn Tipton sur la jaquette ne suffit pas pour être un bon argument de vente. Certains artistes ne sont pas faits pour une carrière solo, cela a été dit. D’ailleurs, le disque sorti sous le nom de TIPTON, ENTWISTLE & POWELL sera bien meilleur même si pas transcendant, parce qu’il donne plus une impression de groupe que de projet solo. Une récréation pour le blond guitariste de JUDAS PRIEST qui ne propose pas grand-chose de concret, qui peine à définir une ligne directrice et qui ne présente pas grand-chose susceptible d’être au niveau de la légende du guitariste. Une sacrée douche froide.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


PRETTY MAIDS
Anything Worth Doing Is Worth Overdoing (1999)
Du beau boulot




KATANA
Heads Will Roll (2011)
Flash of the blade


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Glenn Tipton (chant, guitare)
- Billy Sheehan (basse)
- Robert Trujillo (basse)
- John Entwistle (basse)
- C. J. De Villar (basse)
- Brooks Wackerman (batterie)
- Cozy Powell (batterie)
- Shannon Larkin (batterie)


1. Hard Core
2. Paint It Black
3. Enter The Storm
4. Fuel Me Up
5. Extinct
6. Baptizm Of Fire
7. The Healer
8. Cruise Control
9. Kill Or Be Killed
10. Voodoo Brother
11. Left For Dead



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod