Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / RATM / TRAP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (24)

ZE GRAN ZEFT - Gorilla Death Club (2019)
Par CHAPOUK le 22 Avril 2019          Consultée 798 fois

Pour fêter leurs dix années d'existence, les petits Frenchies nous sortent enfin leur premier album intitulé "Gorilla Death Club". Il était temps !

Au cas où vous débarqueriez complètement dans l'univers du groupe avec cette chronique voilà deux trois infos sur ZE GRAN ZEFT. Ce trio d'enfer est originaire de Toulon mais a toujours eu une "vibe" très ricaine, c'est ce qui les a finalement amenés à enregistrer ce premier skeud aux States, tout comme leurs précédentes productions (avec un petit coup de pouce de la part de Charles "Kallaghan" Massabo, leur producteur).

Et étrangement, cette formation cartonne en Allemagne (en témoigne la tournée qui a débuté le mois dernier ou le label qui sort ce "Gorilla Death Club") alors qu'en France ce sont encore de parfaits inconnus qui passent parfois pour des aliens d'après ce qu'on m'a raconté. Visiblement leur prestation CrunkCore/CrunkRock (ils définissent leur musique sous ces appellations) en Juillet 2018 au Plane'R'Fest de Montcuq (ça ne s'invente pas…) n'a pas été du goût de tous puisqu'ils ont essuyé quelques jets de gobelets.

C'est franchement dommage que ce groupe ne soit pas plus reconnu en France… Parce qu'au-delà de leur dégaine Crunk et de leurs gimmicks Trap/Hip-Hop actuels qui il est vrai ne sont pas courants dans le Metal, ce groupe propose juste un énorme cocktail molotov en guise de musique et surtout déjà très marqué par une patte unique et qui lui est propre.

Justement, par rapport à "#JOI"(leur mixtape datant de 2017, dernière sortie en date), ici ZGZ a pas mal laissé tomber les sonorités Electro un peu trop 8-bit, un peu trop Nintendocore, un peu trop Crunk qui pullulaient carrément sur quasi toutes les compos. On a encore quelques restes sur "La Sprezzatura", une sorte d'ovni mi Drum'N'Bass mi-Ragga, avec une atmosphère surchargée de vocoder, des lignes de chant ultra catchy et une ambiance Synthwave façon CARPENTER BRUT, mais globalement c'est place aux gros riffs sur ce skeud.

"Gorilla" est clairement là pour en témoigner, avec ses riffs explosifs et ce chant à la SKINDRED, bien mis en valeur par ces breaks plus chill. Dans un autre genre nous avons "Reel It In" qui propose un morceau à la fois catchy, jumpy et groovy, façon fusion entre les RED HOT et les BEASTIE BOYS. Ou encore "Glassboy", titre où la rythmique saccadée de la gratte, les plans de basse artistiques et les mélodies Electro se combinent parfaitement au chant pour que le refrain nous pète à la gueule comme il se doit.

Et même si c'est un peu moins flagrant sur des "Bitch In A Box" (surtout sur son intro), "Around The Bouche" (à cause des gros wobble bass bien Dubstep qui prennent pas mal de place), "Kanye" (parce que le morceau a volontairement une grosse couleur Kanye WEST dans le chant, certaines mélodies et effets Electro), "I Just Want You (When I'm Tired Of Touching Myself)" (qui d'une part est un mid-tempo et d'autre part intègre une bonne dose de Pop à cette tambouille Electro-Neo tubesque), on trouve aussi du riff plaqué qui donne envie de lever les genoux.

Le seul morceau où la dominante Hip-Hop / Trap a volontairement été poussée en avant c'est "French.Slang.Supremacy (Top Of It)". Ce morceau il est super bien fait. Pourtant c'est pas forcément celui que l'on va retenir pour son riff dément ou son refrain bien senti, même si personnellement je trouve que cet instrumental très atmosphérique fait bien ressortir le flow saccadé de Boots. Par contre ce titre imite tellement bien le style LIL' WAYNE (entre autres) que s'en est bluffant. Mais ce que je trouve génial c'est que le groupe ne se contente pas de plagier une façon de faire, il se l'approprie et apporte une petite "gangsta french touch" dans les paroles. Une sorte de parodie hommage en gros.

Hormis l'originalité du contenu sonore qui est proposé par nos petits Toulonnais, il faut reconnaître qu'en terme d'efficacité ils savent aussi y faire ! En témoignent les lignes de chant de "The Break" (qui me font penser à du TWENTY ONE PILOTS mais avec des influences Ragga-Dancehall pas dégueu), le refrain de "Caramel Eye" qui rentre en tête dès la premières écoute ou encore celui de "BBB (Big Barbelll)" où l'on peut entendre des screams de Coreux/du chant Black côtoyer des lignes de chant plus Poppy sur fond de Big Beat épileptique à la PRODIGY.

En fait ils ont bien fait les ZE GRAN ZEFT de prendre leur temps avant de sortir un premier album. Ça a permis à toutes leurs influences de se mélanger avec harmonie pour produire un contenu très représentatif de ce que propose le groupe depuis ses débuts, le tout avec une science de la mélodie assez impressionnante et ce côté "bon enfant" qui perdure.

Si vous souhaitez faire une fête démesurée à la ricaine et pouvoir headbanguer en même temps je ne peux que vous conseiller ce "Gorilla Death Club" comme BO.

A lire aussi en FUSION par CHAPOUK :


SKINDRED
Babylon (2002)
Ragga + Metal = boomb(astick) !!




REFUSED
Freedom (2015)
On les attendait au tournant !


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Boots (chant, guitare)
- Sideman (basse, chœurs, programmation)
- Kid (batterie)


1. Gorilla
2. Bitch In A Box
3. Kanye
4. Reel It In
5. I Just Want You (when I'm Tired Of Touching Myself
6. Glassboy
7. French.slang.supremacy (top Of It
8. Caramel Eye
9. The Break
10. Bbb (big Barbell)
11. La Sprezzatura
12. Around The Bouche



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod