Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1997 Slave
 

- Style : Eisheilig, Lacrimas Profundere, Oomph!, Rammstein

SECRET DISCOVERY - Slave (1997)
Par DARK BEAGLE le 29 Octobre 2018          Consultée 319 fois

Il y a des groupes qui ont déjà de longues carrières quand ils ont leur premier succès. Pour qu’on entende un peu parler de SECRET DISCOVERY en France, il faut attendre 1997 et la sortie de l’album "Slave" alors que la formation végétait dans le milieu depuis la toute fin des années 80. Et autant le dire tout de suite, l’une des dernières fois où l’on a entendu parler de SECRET DISCOVERY en France, ça devait être en 1997, après la sortie de l’album "Slave". Comme quoi, certains ont quinze minutes de gloire, des groupes ont leur album réputé. Celui que l’on peut citer facilement sans trop se tromper et paraître plus connaisseur que l’on est.

L’histoire commence à Bochum, en 1989. Le groupe pratique une musique fortement inspirée par la New Wave, le Post Punk et le Metal. La sonorité se veut Gothique, avec en avant la voix grave du chanteur bodybuildé Kai Hoffmann, capable de beaucoup de sensualité dans son chant, qu’il soit en anglais, en allemand, voire en français, vu que le bonhomme maîtrise plutôt bien la langue de Molière. Avec son frère Falk à la guitare, ils forment la colonne vertébrale du groupe, c’est autour d’eux que tout s’articule. Avant "Slave", ils auront sorti la bagatelle de quatre albums, cinq si l’on compte "Way To Salvation", paru en 1990, mais pressé qu’à 500 exemplaires, ainsi que quelques EP et autres maxis. Autant dire une carrière bien remplie déjà, mais principalement cantonnée au marché allemand.

"Slave" bénéficie de l’essor du Metal Gothique en cette seconde partie des années 90, mais pas que. En effet, SECRET DISCOVERY va beaucoup s’intéresser au son produit par OOMPH! Et par RAMMSTEIN pour doper sa musique d’éléments plus Indus. Pas façon MINISTRY où ça s’acharne à passer un rasoir sur vos os, non, mais avec ce côté un brin dansant, d’inspiration plus EBM. Cela va littéralement doper leur musique, la gonfler, la rendre plus accrocheuse et ça va porter quelques fruits. SECRET DISCOVERY va subitement être mis sous les projecteurs, avec un style plus colossal et sa pochette la plus racoleuse, entre latex et SM.

Ainsi, "Slave" se veut plus rentre-dedans, comme en atteste "I Don’t Care", opener qui mélange gros riffs avec une rythmique carrée de chez carrée. Le chant de Hoffmann en impose, même quand il hurle avant un refrain où il se montre impérial. Sa diction fait toute la différence, il articule de façon un peu exagérée, mais cela lui donne une touche particulière, qui va bien sur les mid-tempos délivrés par la formation. Globalement, cela fonctionne plutôt bien, surtout sur les titres les plus enlevés, à l’image de "Follow Me", "Slave To The Rythm" ou encore "American Lifestile" (une espèce d’ancêtre de "Amerika" de RAMMSTEIN). La batterie se veut souvent martiale, les guitares bien en avant, les sonorités Industrielles qui se font discrètes mais qui sont bien présentes. Sur ce genre de morceaux, l’alchimie fonctionne bien. Mais dès qu’ils ralentissent, les choses se compliquent quelque peu.

Par exemple, "New Generation" et "Serious Day", avec leur côté mélodique plus léché, peinent franchement à décoller et tranchent complètement avec l’agressivité contenue du reste de l’album. Subitement, cela devient poussif et l’intérêt décline complètement. Heureusement que "Kill Me" arrive après pour redonner du mordant à cette fin d’album. Et aussi, la noirceur, la mélancolie inhérente au Metal Gothique semble être absente ici, comme si SECRET DISCOVERY s’était parjuré, qu’ils se sont un peu trop laissés emporter par leurs nouvelles sources d’inspiration, au détriment de leur propre personnalité, mise un peu entre parenthèses. "Slave" joue constamment dans les deux camps et à ne pas en choisir un, l’album rate le coche parce qu’il n’a pas vraiment de ligne directrice définie, passé la première moitié du disque le groupe se retrouve en roue libre et perd en efficacité.

Si on prend l’album tel quel, sans se soucier ni du passé ni du futur de SECRET DISCOVERY, on pourrait presque crier au génie. Parce que les considérations du paragraphe précédent sont là parce que j’ai un peu fouillé, un peu écouté ce que le groupe proposait avant d’enregistrer ce disque. Alors si je fais abstraction de cela, je ne peux qu’approuver les choix artistiques présents ici, qui collent parfaitement à leur époque (1997), avec une approche mélodique plus poussée que les deux monstres germaniques, OOMPH! et RAMMSTEIN, un peu comme ce que fera EISHEILIG quelques temps plus tard. Mais en tenant compte du passé, je vois une espèce d’opportunisme douteux derrière tout cela et l’intérêt va ainsi en diminuant. Un jour, j’essaierai de vous en parler plus en détail.

"Slave", c’est l’album-charnière par excellence. Il y a un avant et un après, clairement. Pour tout dire, la suite n’est pas des plus glorieuses, un split deux ou trois années plus tard, une reformation avec une nouvelle direction musicale, un peu malheureuse pour la fan-base vu que plus axée Neo Metal (oui, un jour j’essaierai de vous en parler aussi). Globalement, c’est un bon disque, avec des morceaux qui marquent bien les esprits, idéaux pour ceux qui ont toujours été déçus de ne pas pouvoir comprendre les chansons de RAMMSTEIN vu que SECRET DISCOVERY a choisi de s’exprimer en anglais. Considéré à tort comme un one-shot, "Slave" est arrivé de nulle part et aura disparu presque aussi vite. Triste histoire quand même…

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Einsamkeit (1992)
Forteresse de solitude




HIM
Greatest Lovesongs Vol. 666 (1997)
Love Metal !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Kai Hoffmann (chant)
- Falk Hoffmann (guitare)
- Mattes Glathe (basse)
- Lars Graebe (batterie)
- Dirk Riegner (claviers)


1. I Don't Care
2. Follow Me
3. Slave To The Rythm
4. A Simple Impression
5. American Lifestyle
6. Night Falls
7. Seductive Angel
8. New Generation
9. Your Own
10. Serious Days
11. Kill Me



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod