Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2016 Iii: Trauma
2018 Arson

HARAKIRI FOR THE SKY - Arson (2018)
Par LYRR le 1er Juillet 2018          Consultée 588 fois

"III: Trauma” avait mis la barre très haut en 2016 : du Post Black Metal puissant et expressif, sans temps mort, sans relâchement, avec ce qu’il faut de riffs et de mélodies là où il convient. Que du bonheur, en somme. Alors, que 2018 nous a-t-il réservé ? Une nouvelle perle, ou une coquille vide ? HARAKIRI FOR THE SKY a jusqu’ici excellé dans un genre qui devient facilement redondant ; a-t-il encore un message à faire passer, encore un peu de génie à partager avec ses auditeurs sur ce déjà quatrième album ?

L’on aurait envie de répondre « oui ». De crier haut et fort à qui veut l’entendre que le duo vienno-salzbourgeois est au sommet de sa créativité. De louer la qualité et l’inventivité des sept nouveaux titres présentés. Mais, vous l’aurez deviné, si ce disque obtient la note de 3/5, cela signifie que la réalité n’est pas parvenue à répondre aux attentes concernant "Arson". Le Post Black a tendance à tourner un peu en rond, avec nombre de groupes qui sortent chaque année nombre d’albums sans nécessairement se laisser le temps de peaufiner leurs œuvres avec tout le soin dont elles auraient eu besoin. HARAKIRI FOR THE SKY est dans le haut du panier, certes ; mais il semble commencer à se redire d’un opus à l’autre, sans remise en question de son son, de son approche de la musique.

Si "Arson" avait été la première sortie d’un nouveau groupe, certaines choses auraient été différentes : il aurait pu être apprécié pour sa production impeccable, la force de ses riffs, l’intensité du chant de J.J. ; mais, venant en quatrième position dans une discographie de grande qualité, cet album aura du mal à impressionner simplement grâce à ce type d’élément. Il lui aurait fallu plus : des compositions novatrices, des ambiances originales, ou simplement une identité propre plus marquée. Malgré la propreté de ses titres, "Arson" ne parvient pas à transcender avec sa musique. Ou, justement, à cause de la propreté de ses titres, il peine à s’imposer.

L’exécution a beau être irréprochable, on ne peut que constater qu’il souffre de certaines lacunes par rapport à son prédécesseur. Le point qui frappe le plus sur ce disque par rapport à "III: Trauma" est sa linéarité. On enchaîne des chansons auxquelles on aurait du mal à redire quelque chose lorsque prises individuellement, mais on ne peut s’empêcher de remarquer au fil de l’écoute une certaine répétitivité dans les structures, les instrumentations. Il y a un manque de développement : les riffs et mélodies se succèdent, mais avec peu de surprises, avec pour conséquence que l’album ne présente aucun relief qui lui aurait donné plus de personnalité. Il aurait fallu varier les tempi, les couleurs ; sortir des sentiers battus pour proposer un peu plus de nouveauté ; ne pas toujours suivre le même schéma de composition afin de créer des lignes musicales plus intéressantes.

Malgré ce manque d’originalité, l’album est plutôt bon en soi : pas de longueurs, que des riffs efficaces, et une maîtrise instrumentale exemplaire au niveau du jeu. C’est dynamique, très mélodique, idéal pour celles et ceux qui aiment le Metal extrême propre sur soi. "Heroin Waltz" vous transportera avec sa mélancolie, "The Graves We’ve Dug" vous fera headbanguer avec ses lignes de guitare entraînantes : pour peu que ne vouliez simplement qu’un disque pour vous aérer l’esprit, ce quatrième album des Autrichiens devrait vous convenir. En revanche, si vous aspirez à découvrir céans une œuvre grandiose et bouleversante, vous serez probablement désappointés. À ce moment-là, vous aurez meilleur temps de vous tourner vers "III: Trauma" ou "Aokigahara", le deuxième disque du groupe.

"Arson" n’est pas un mauvais album, mais pas une grande réussite non plus. Il est bien réalisé, mais trop prévisible, sans originalité par rapport à ses prédécesseurs. Il fait partie de cette masse de disques qui sont toujours agréables à écouter pour l’ambiance, mais de la part de qui il ne faut pas s’attendre à plus. En fait, le vrai bémol de "Arson" est par rapport au groupe : HARAKIRI FOR THE SKY était particulièrement bon jusqu’ici ; même si "III: Trauma" avait déjà tendance à ressembler à "Aokigahara", il restait largement au-dessus de la moyenne. Il semblerait cependant que la source d’inventivité de nos compères commence à sérieusement se tarir, ce qui n’augure rien de bon pour leurs prochaines sorties. Il serait sage de leur part de prendre le temps de se réinventer d’un point de vue artistique pour éviter qu’ils ne s’enlisent au fil du temps.

A lire aussi en BLACK METAL par LYRR :


PSYCHONAUT 4
Neurasthenia (2016)
Hymne au malheur




PSYCHONAUT 4
Dipsomania (2015)
Quel est le prix de l'espoir ?


Marquez et partagez




 
   LYRR

 
  N/A



- M.s. (tous les instruments)
- J.j. (chant)


1. Fire, Walk With Me
2. The Graves We've Dug
3. You Are The Scars
4. Heroin Waltz
5. Tomb Omnia
6. Stillborn
7. Voidgazer



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod