Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 IV

HIGHWAY - Iv (2017)
Par GEGERS le 20 Mars 2018          Consultée 1309 fois

Formé au début des années 2000, HIGHWAY est un groupe qui prend son temps. Un EP en 2002, un premier album trois ans plus tard, un deuxième en 2011, et un troisième fin 2017, le tout arrosé de concerts en première partie de noms prestigieux (Michael SCHENKER, GOTTHARD, NASHVILLE PUSSY). Le groupe montpelliérain ne se précipite pas, peut-être par choix, mais très certainement également par la force des choses. S'il n'a jamais été facile pour un groupe de Hard Rock de faire carrière en France, c'est particulièrement vrai aujourd'hui, alors que le revival Rock européen semble malheureusement éviter notre contrée. Mais envers et contre tout, HIGHWAY, soudé autour des deux frères Chambert (un groupe de Hard, une fratrie, cela vous rappelle-t-il quelque chose ?), trace sa route fièrement, avec les moyens du bord, puisque le groupe s'autoproduit (accompagné, sur cet album de Brett Caldas-Lima) et bosse sans label. Très pro, le quartet propose avec "IV" un album étonnamment long (65 minutes pour douze titres), mais tout autant efficace et indéniablement nostalgique.

L'album est long, car là encore, HIGHWAY prend son temps. Le temps de déployer ses ambiances, le temps de déployer ses solos, son Hard Rock n'étant pas pour autant mou du genou. L'album commence avec un tempo medium, "Brotherhood", qui se fait un titre Hard typiquement 80s, fédérateur et porté par des choeurs porteurs de solidarité, galvanisant l'auditeur. Ce premier titre permet d'apprécier la production, puissante et rugueuse, ainsi que le travail réalisé par Ben Chambert aux guitares et Benjamin Folch au chant, qui rivalisent d'ingéniosité pour proposer des mélodies prenantes et imparables. Le Hard Rock du groupe sonne comme on l'aime, pêchu, binaire mais réfléchi, loin des clichés abrutissants proposés par certains clones d'AC/DC. Les influences sont bien entendu assez évidentes, mais en plus de celles revendiquées par le groupe (WHITESNAKE, KISS, AEROSMITH...), nous notons un petit côté Sleaze (l'intro de "Pole Dancing Song" voire carrément Metal (le groupe se faisant méchant sur "Say Your Prayers" et sur la dernière partie de "Knock it Off").

On évolue donc ainsi, au gré des envies du groupe, entre différentes ambiances. On apprécie l'énergie brute de décoffrage de "Pole Dancing Song", tout autant que le refrain tubesque de "Wake Up", titre qui bénéficie de la présence au chant du toujours charismatique Jeff Scott Soto et qui peut rappeler l'univers d'autres rockers français, les SHANNON. "Damned Me", doté d'un riff destructeur, fait partie de ces titres sans concessions qui voient les guitares exploser en gerbes mélodiques résolument imparables. Le chant, qui se fait ici très rugueux, se fait également un point fort du titre. "The Danger Zone", très énergique dans sa première partie, œuvre dans une veine similaire, avant que le morceau ne s'étende sur près de huit minutes en circonvolutions Big Rock agrémentées de choeurs fédérateurs. Si d'autres morceaux parviennent à tirer leur épingle du jeu ("Chemical Trip", titre allumé, façon Country Folk enjoué, ou "Seperate Ways", marqué par des ambiances Rock Sudiste, avec choeurs imposants et piano), c'est bien "Concession Time" qui nous met le plus sur le cul. Cette power-ballad, qui tient autant de WHITESNAKE que de GUNS'N'ROSES, bénéficie d'une intensité saisissante qui en fait un véritable chef d'oeuvre. Il y a là tout un savoir-faire, une maîtrise mélodique et instrumentale, qui parviennent à maintenir l'émotion sur plus de six minutes. Une splendide réussite.

Seul "Boogie Wave", titre agrémenté d'influences Country Blues, nous semble légèrement en-deçà des autres morceaux, qui constituent pour leur part un corpus incroyablement bien construit et interprété de titres Hard Rock terriblement efficaces. À l'heure où chacun peut enregistrer un album dans sa piaule, HIGHWAY démontre que pour proposer une musique de qualité, il faut faire plus que pousser des boutons. Surprenant dans la forme, "IV" est un album mûr et espiègle, efficace et doté d'une énergie envoûtante, qui place le groupe français au sommet de ce qui se fait de mieux au niveau national en matière de Hard Rock. Et tout ça, sans se presser...

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UNISONIC
For The Kingdom (2014)
Les deux font la paire




AXXIS
Access All Areas (1991)
Une chienne de carrière


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Benjamin Folch (chant)
- Ben Chambert (guitare)
- Sam Marshal (basse)
- Romain Chambert (batterie)


1. Brotherhood
2. Pole Dancing Song
3. Wake Up (feat. Jeff Scott Soto)
4. Boogie Wave
5. Damned Me
6. Concession Time
7. Psycho-lover
8. The Danger Zone
9. Say Your Prayers
10. Knock It Off
11. Chemical Trip
12. Separate Ways



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod