Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Devianz, Soundgarden, Alice In Chains
 

 Site Officiel (501)
 Myspace (232)

The ROCK ALCHEMIST - Elements (2017)
Par JEFF KANJI le 1er Décembre 2017          Consultée 344 fois

The ROCK ALCHEMIST, dont j'avais eu le bonheur de vous faire découvrir les premiers faits d'arme, est enfin de retour. À l'heure où un certain retour à la frénésie se fait sentir, The ROCK ALCHEMIST prend son temps, peu tenu par les engagements de rentabilité et les tournées. Car si ses membres sont très occupés, les Turinois, comme beaucoup de formations Metal parfois très bien établies, ne vivent pas de leur art, même s'ils sont tous par ailleurs musiciens professionnels.

Après un "Eyes Of Mind" autoproduit, la formation s'est attiré les faveurs de Lion Music pour distribuer son second opus. Ayant même tourné une vidéo promotionnelle (l'accrocheur "Panic Room"), les musiciens alchimistes font les choses bien. The ROCK ALCHEMIST, de l'extérieur, n'a rien de véritablement marquant à faire valoir pour se faire une place au milieu de l'échiquier si ce n'est son attirance pour des thèmes terre-à-terre. Les textes du premier album n'étaient pas accessibles et ils le sont pour "Elements"… Dommage ! On se rend compte que derrière son beau concept sur l'alchimie, essayant d'en appliquer les principes fondamentaux en musique (le site officiel fait tout un laïus sur la signification des triangles qu'il utilise pour ses logos avec les trois lettres formant l'acronyme de son patronyme), The ROCK ALCHEMIST n'a en fait pas grand-chose à dire, et ce sans parler de cet anglais un peu approximatif (il y a d'ailleurs sans doute un lien de cause à effet entre les deux). Je n'ai toujours pas bien saisi de quoi parlait "27" par exemple. Le groupe est par contre très premier degré quand il écrit un morceau en hommage au circuit automobile de Monza avec "The Temple" (le groupe y a joué en 2015, concluant les festivités du rallye par le "We Are The Champions" de QUEEN).

Le plus étrange là-dedans peut-être est que musicalement le morceau est très réussi, alternant passages lourds, mélancolie orchestrée au piano et vocaux plaintifs d'Aldo Garrone. Les cinq musiciens de The ROCK ALCHEMIST restent fidèles les uns aux autres, aucun changement de personnel n'étant à signaler. Musicalement, a contrario des textes, le groupe est des plus sérieux. Les mecs ont tous du métier et ça se sent ; les morceaux sonnent et jouissent d'une qualité de jeu homogène sur l'ensemble de ce deuxième opus. On retrouve la voix nasillarde mais gorgée de feeling d'Aldo, qui tente de nous refaire le coup de "Guardian Angel" avec "Cars", qui perd cependant beaucoup en charme une fois qu'on a le texte sous les yeux… Les mecs sont de toute façon fans de bagnoles et de circuits, ils avaient déjà écrit un morceau en hommage à Ayrton Senna sur le premier album ("Live Or Die").

Bref je vais essayer de faire abstraction, car, si The ROCK ALCHEMIST n'atteint pas le niveau de son "Eyes Of Mind" de premier album, "Elements" dispose de suffisamment de qualités pour vous attirer l'oreille, et pas que sur une écoute. Car The ROCK ALCHEMIST réussit une chose fondamentale ; privilégier les chansons aux musiciens et on sent en effet que personne ne cherche à se mettre en avant par rapport aux autres. Et c'est peut-être ce qui lui donne ce côté lisse finalement. "Elements", c'est huit chansons bien troussées, bien différentes les unes des autres pour tromper l'ennui de la façon la plus honnête, car l'ensemble de l'opus reste toujours cohérent.

Alors quoi retenir de ce disque ? Que le mélange d'influences du premier fonctionne toujours, et que le groupe peine toujours à accrocher durablement l'oreille, la faute à une absence de mélodies fortes, et surtout mémorisables. The ROCK ALCHEMIST ne fait pas dans la facilité et mérite un bon point pour ça mais le côté un peu lisse de l'ensemble que je faisais remarquer est sans doute un handicap pour le groupe qui demandera, dans un monde de l'instant où il faut éprouver un sentiment ou du moins une émotion sur le moment pour attirer suffisamment l'attention, une écoute approfondie, un bon exemple de slow listening vu qu'il paraît que c'est la mode du moment. Depuis notre repaire de metalleux où, de l'artwork au concept, des textes à la performance, nous sommes habitués à écouter des albums entiers (whouah !!!), ça ne devrait pas être trop compliqué.

A lire aussi en POP ROCK / METAL par JEFF KANJI :


MALEMORT
Ball - Trap (2016)
L'art à la française dans tout son génie

(+ 1 kro-express)



BULLET FOR MY VALENTINE
Bullet For My Valentine (2004)
Le début d'une belle aventure à l'époque


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Max Gordiani (batterie)
- Beppe Geracitano (guitare)
- Aldo Garrone (chant)
- Raoul Ronco (basse)
- Dave “key” Grandieri (clavier)


1. Panic Room
2. A-matrix
3. Cars
4. Phoenix
5. Thrilling Countdown
6. 27
7. Eclipse
8. The Temple



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod