Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2013 Bad Story
 

- Style : Quiet Riot

REDS'COOL - Bad Story (2013)
Par DARK BEAGLE le 25 Septembre 2017          Consultée 322 fois

REDS’COOL, ça ne vous dit certainement pas grand-chose. Pour être tout à fait franc avec vous, si je n’étais pas allé voir UFO en concert en 2016, je n’en aurai jamais entendu parler. Je m’étais retrouvé face à une formation en première partie qui sortait du nulle part (en réalité, de St Petersbourg) et qui avait mis le feu grâce à la bonne humeur de Slava Spark, le chanteur, qui s’est toutefois pris un bide monumental quand il a essayé de nous faire chanter en chœur sur "Strangers Eyes". En même temps, le ticket disait « UFO + Guests » donc pas évident de réviser quand on ne pense pas à fouiller sur le net pour savoir les set lists en avance et ne plus avoir le plaisir de la surprise… Du coup, craquage du slip complet du Beagle, qui repart avec les deux albums de la formation sous les bras.

"Bad Story" n’est pas réellement le premier album du groupe. Les Russes avaient déjà sorti un disque alors qu’ils s’appelaient encore OLDSCHOOL. Et mine de rien, old school, ça leur correspond plutôt bien. Il règne un parfum d’années 80 sur cet album pas désagréable pour un sou sans que cela ne sonne dater. On sent que les musiciens portent beaucoup d’amour pour la scène Américaine de ces années-là, en essayant au maximum d’avoir un rendu qui sonne Heavy. Un classicisme dont ils n'ont pas à rougir tant les musiciens semblent être dans leur élément.

Et première surprise, ce n’est pas Slava Spark derrière le micro, mais un certain Roman Troev et force est d’avouer que si le bougre ne se débrouille pas si mal, il n’a pas la gouaille de son successeur (on en reparlera quand je m’attellerai au second opus). Mais mine de rien, on passe quarante minutes bien sympathiques sur ce disque, où l’électricité est présente à tous les niveaux. La pochette vous promet quelque chose d’à peu près salace, il y a de ça dans la musique de REDS’COOL qui a toutefois une certaine élégance. On est loin du scabreux gratuit de STEEL PANTHER, la parodie n’est pas le sujet ici, mais on est plutôt dans l’optique « voici notre interprétation de la musique que l’on aime ». Ou Top Chef façon Metal.

La musique de REDS’COOL est accrocheuse. La guitare distille des riffs certes déjà entendus, mais qui font toujours leur petit effet. C’est simple, frais, efficace, avec une prod assez moderne pour ne pas sonner passéiste. Sergey Fedotov et Ilya Smirnov font un bon travail, oscillant entre plans typiquement Hard Rock et approche plus Heavy Metal du genre, le groupe est forcément séduisant. On s’en fout qu’ils ne soient pas des pros de l’originalité, dans ce genre de musique, ce qui compte, c’est l’entertainment. Le fun, pour sonner comme un vieux briscard coincé dans les années 80.

La grande force des Russes, c’est cette propension à pondre des refrains entraînants, qui restent rapidement en tête. A ce titre, la title-track est remarquable, on a tout de suite envie de taper du pied et de scander avec le groupe ce refrain primaire mais jouissif. La simplicité dont fait preuve REDS’COOL est une véritable bouffée d’oxygène. Ce n’est pas prise de tête, c’est plutôt bien fait et surtout, ce n’est pas racoleur. On n’a pas l’impression d’écouter un disque honteux quand on s’envoie ce "Bad Story". Bien sûr, on pourra rétorquer que ce genre de disque n’apporte rien à la grande Equation du Metal. Oui et alors ? IRON MAIDEN non plus, ça n’empêche pas "Book Of Souls" d’être plutôt recommandable.

Là où cela pêche quelque peu, c’est au niveau des ballades, exercice devenu obligatoire pour bon nombre de formations évoluant dans le genre. Subitement, cela devient un peu plus maladroit, plus poussif, au point où cela devient un peu gênant. Là encore, le chanteur ne semble pas tout à fait à l’aise alors qu’il parvient à donner le change le reste du temps. C’est là que le groupe parait le plus policé, le plus daté. "Foolin’ Myself" s’en sort plutôt bien grâce à une montée en puissance, où les guitares retrouvent un peu de leur superbe. Et si on ne retrouve pas encore toute l'énergie dont fait montre le groupe sur scène, les bases sont là, on y est presque, elle est tapie, attendant son heure, qui ne tardera pas.


Mais globalement, REDS’COOL est une bonne surprise, comme le fut GORKY PARK à son époque. Ce n’est pas le groupe du siècle, mais il y a une espèce de sincérité, d’envie de partager, qui fait plaisir à entendre. Et quelque part, le groupe a su séduire un certain public et à force de travail a réussi à gagner certaines premières parties de prestige (ils ont ouvert pour MAGNUM, ROYAL HUNT ou encore… A-HA !). Petit à petit, la formation se fait un nom, même s’il reste toujours difficile de se propulser loin de ses frontières, de toucher un public plus occidental, plus réceptif peut-être également leur musique qui semble venir d’une autre époque. Et REDS’COOL ne s’arrêtera pas là vu que "Press Hard", l’album suivant, marquera une note progression…

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Dog & Butterfly (1978)
De bons présages




RUSH
Counterparts (1993)
Dis-moi comment tu m'aimes


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Roman Troev (chant)
- Sergey Fedotov (guitare)
- Alya Smirnow (guitare)
- Alexander Kulikov (basse)
- Andrey Kuglov (batterie)
- Rodio Farafontov (claviers)


1. Bite
2. Hey You
3. Confession
4. Love & Pain
5. Feel You
6. Upside Down
7. You Must Go
8. Foolin' Myself
9. Bad Story



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod