Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELO-éPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 Tarot
 

- Style : Wintersun

AETHER REALM - Tarot (2017)
Par VOLTHORD le 24 Juillet 2017          Consultée 1748 fois

Début 2017, Jari Mäenpää, leader du one-man-band WINTERSUN (oui il y a d’autres membres, mais qui saurait les nommer ?) demande ni plus ni moins à ses fans de financer son studio d’enregistrement à lui tout seul. Dans un monde où il devient difficile pour les artistes de vendre des copies physiques de leur œuvre, l’argent collecté par le bonhomme pour la suite d'un album sorti il y a 5 ans a mis tout le monde sur le cul. Cette levée de fonds, bien au-delà des 200% de financement, atteint finalement la modique somme de 464 330 €. Il y a des logiques que j'ai énormément de mal à comprendre, mais soit.

Ça n’a rien à voir avec le sujet d’aujourd’hui, qui est le groupe américain d’AETHER REALM, qui sans aucun doute révèle le vrai projet de WINTERSUN : se créer un clone sur mesure, capable de reproduire ses faits et gestes autant que son talent.

Cette blague étant faite, ce n’est pas le genre de la maison d’encenser les clones. Je suis même particulièrement difficile avec ces êtres de synthèse se reposant sur l’existant avec une recherche formelle minimale. La dernière fois que c’est arrivé, c’était pour CALADAN BROOD, et tous les fans de SUMMONING (son principal modèle) seront témoins que les louanges en valaient le détour. AETHER REALM est le CALADAN BROOD de WINTERSUN.

Je fais un grand bon en avant et vous invite sur la pièce finale de l’album : ce long titre de 20 minutes appelé "The Sun, The Moon, The Star", clin d’œil évident à l’un des titres les plus puissants de l’univers : "Sons Of Winter And Stars" de WINTERSUNOFABITCH, qui, à défaut d’égaler son modèle, convaincra directement que si clone il y a, la fidélité sont ses maîtres mots. Blasts qui déboulent à des moments rarement évidents mais toujours bien sentis, riffs et soli en pagaille dans une tradition tellement finlandaise que les musiciens doivent par défaut avoir acquis la double nationalité finno-ricaine, claviers en dessous de 0°, breaks acoustiques relayés par un chant clair chaleureux, variations multiples amenant une structure sophistiquée mais certainement pas labyrinthique. La dernière demi-douzaine de minutes nous emmène vers une montée en puissance n’hésitant pas à utiliser des chœurs plutôt doux et cérémonieux au milieu d'instruments en furie, avec certes moins de conviction que sur la fin magistrale de "Sons Of Winter And Stars", mais quand même, autant dire que ça se pose .

Une fois que tout le monde aura pris 20 minutes de son temps pour apprécier le tour de force, autant ajouter que le reste de l’album est simplement de la même acabite et que AETHER REALM porte ses influences avec la même détermination que Joey DeMaio porte ses couilles à chaque nouveau remastering catastrophique d'un album culte de MANOWAR. On peut aussi ajouter que parfois, les Américains font quelques mouvements du côté d’ENSIFERUM : "Death" zyeute vaillamment du côté du "The Wanderer" des Finlandais (la comparaison me vient tellement naturellement à l’esprit que je ne comprends toujours pas pourquoi je continue à écouter ce morceau en boucle)... Et quelques pas chassés du côté d’un bon vieux CHILDREN OF BODOM, le refrain et les riffs de "The Chariot" et "The Emperor" ayant leurs places sans soucis sur "Hate Crew Deathroll" (avec en plus des claviers de meilleur goût).

On doit aussi noter cette apparition de Chris Bowes (ALESTORM) sur l’alcoolisé "King Of Cups". Le chant du plus écossais des pirates métalliques étant pour moi un gimmick rébarbatif, j’ai des doutes sur la pertinence d’un tel choix artistique. On aurait pu dire que ça "casse la routine", mais comme sur ces 70 minutes on ne se fait pas chier un seul instant, je maintiens fermement que cette apparition est de trop. D'ailleurs on peut bien avoir la manie de se faire un petit tube juste au passage, ou bien de s’écarter la pièce finale pour minuter la cuisson de ses frites au four, mais la plupart du temps, on s’enquille tout l'album d’une traite.

Et on en redemande.

Et par "on" je veux bien entendu dire "moi", mais j’aimerais beaucoup que ce soit aussi toi, oui toi qui attends "Time II" de WINTERSUN avec patience. Un petit fix de temps à autre, ça ne fait pas mal.

Je ne dirai rien de plus, à part que le touchant et dramatique "Temperance", sa chorale tellement aux petits oignons qu’on en verserait une larme, se positionne parmi mes meilleurs titres de l’année pour le moment.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par VOLTHORD :


FURIA
La Source Noire (2004)
Un DVD limité à ne pas manquer!




DISARMONIA MUNDI
Fragments Of D-generation (2004)
Death mélodique excellent avec speed de soilwork


Marquez et partagez






 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Donny Burbage (guitares)
- Heinrich Arnold (guitares, sound design)
- Tyler Gresham (batterie)
- Vincent Jones (basse, chant)


1. The Fool
2. Tarot
3. The Tower
4. King Of Cups
5. Death
6. The Chariot
7. The Devil
8. The Emperor
9. Strength
10. Temperance
11. The Sun, The Moon, The Star



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod