Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/DOOM ÉPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FRAILTY - Ways Of The Dead (2017)
Par MEFISTO le 12 Juin 2017          Consultée 1789 fois

Fans de Metal Épique, extrême de préférence et non à la Mark Shelton et surtout pas à la MANOWAR, réjouissez-vous en transperçant chaque extrémité de votre corps, les Lettons de FRAILTY débarquent à dos de chameau avec leur troisième album de Death arabisé, oriental, désertique, appelez cela comme vous voulez. Quoi ? Oui ! La Lettonie ! En 800 putains de chroniques, c'est une première pour moi aussi ! Et laissez-moi vous assurer que FRAILTY sonne très universel, alors géographiquement, ne cherchez pas une logique, bien que certains y entendront aussi du scandinave à la sauce « erg-douce » ou du NILE, peut-être, version Doom…

Ce que vous devez retenir avant tout, ce n'est pas la couleur des racines du quintette, mais ses influences, car elles prennent toute la place sur "Ways Of The Dead" et nous catapultent sous le soleil et les légendes, la mythologie et les délires de Lovecraft en moins de deux. Bien sûr, en portant l'étiquette Death/Doom, le groupe se fait un énième apôtre du mal-être et de la maladie humaine, mais on sort de la geôle psychologique pour jouir du grand air. J'ignore si le skeud véhicule un concept, à part nous donner chaud, mais on s'en tape. Disons seulement qu'une myriade de créatures, de dieux et déesses et de panoramas dorés sautillent sur nos neurones durant 67 minutes bien tassées.

FRAILTY est peut-être estampillé Death/Doom, mais fiez-vous à moi, les Lettons sont plus agressifs que pris dans la vase en lever de rideau. "Ways Of The Dead" est une véritable tornade de riffs accrocheurs et de rythmiques enlevantes. Certes, le groupe décélère souvent, notamment lors des passages plus atmos et ethniques, comme le début de "Scorpion's Gift", ou durant l'entièreté de la très réussie "Cthulhu" qui vient trancher remarquablement avec le reste des plages. C'est grâce à ces aérations ou ces pistons géants que nous réussissons à dépasser l'heure d'écoute, bien sûr, car on n'aurait pu endurer ou se farcir autant de Death pur jus sans crier à la redite.

Non, FRAILTY est un jeune maître de l'équilibre. Ce troisième effort est un signe avant-coureur d'une maturité précoce et d'une propension à peindre des fresques mirifiques et épiques. Ce geyser ne saurait se tarir de sitôt tellement les notes et idées de "Ways Of The Dead" vrombissent de génie et nous gardent en haleine. La première moitié de l'album est particulièrement agressive à ce niveau et ne tarde pas à nous charmer avec de lourdes pièces telles que "Sultan" et "Tombs Of Wizards". Et que dire de la trame fort intéressante de la malsaine "With The Deep Ones I Descend" !

La seconde partie de "Ways Of The Dead" nous montre une autre facette de ce pharaon du Metal épique, avec des morceaux plus ambiancés, plus lents et colorés, où les chœurs prennent davantage leur place. Les quatre dernières offrandes sont plutôt cinématographiques et évoquent des tableaux à grand déploiement. C'est sans doute à ce moment que vous saisirez l'essence de FRAILTY, alors qu'avant cela, vous vous doutiez qu'il y avait un « truc » spécial sans en être totalement convaincu. Oh oui, passé ce cap, impossible de se protéger du soleil brûlant que font rayonner les Lettons sur nos carcasses défoncées par des titans tels que "And The Desert Calls My Name". Cette étonnante progression, cette mue au fil de la tracklist, que plusieurs considéreront comme une régression, m'a botté.

Fans de MELECHESH et consorts, les effluves ethniques de FRAILTY vous enivreront. Supporteurs de combos plus doux comme SALEM ou MYRATH, vous prendrez peut-être votre pied vers la fin, quand le Doom atmosphérique prend le devant de la scène. Qu'importe, il y a à manger sur ce disque, vous trouverez bien de quoi vous sustenter. En tout cas, ça cogne et ça fait rêver, aucun doute !

Une de mes belles surprises cette année ! Vivement la suite !

Podium : (or) "With The Deep Ones I Descend", (argent) "And The Desert Calls My Name", (bronze) "Cthulhu".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


VADER
Welcome To The Morbid Reich (2011)
De la constance, la marque des grands




VADER
The Beast (2004)
La bête sort de sa cage pour de bon !


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Mārtiņš Lazdāns (chant)
- Edmunds Vizla (guitare, chant)
- Jēkabs Vilkārsis (guitare)
- Andris Začs (basse)
- Lauris Polinskis (batterie et percussions)


1. And The Desert Calls My Name
2. Sultan
3. Cthulhu
4. With The Deep Ones I Descend
5. Tombs Of Wizards
6. Ia, Shub-niggurrath!
7. The Beast Of Babylon
8. Scorpion's Gift
9. The House In The Lane Of Scholars
10. Alhazred



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod