Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sinmara, MgŁa [mgla], SvartidauƉi, Deathspell Omega
- Membre : NaÐra [nadra], ÁrstÍÐir LÍfsins
- Style + Membre : MisÞyrming [misthyrming], Rebirth Of Nefast
 

 Facebook (390)
 Bandcamp (357)

CARPE NOCTEM - In Terra Profugus (2013)
Par PERE FRANSOUA le 29 Avril 2017          Consultée 1307 fois

Carpe diem, tout le monde connaît. Carpe noctem, un peu moins... Cueille la nuit...hmm.. Ça tombe bien, en Islande il fait nuit une bonne partie de l'année.

Attendez... Quoi !? Encore un groupe islandais !? Avec des membres qui jouent dans tous les autres groupes de la scène !?

Exactement. Comme le veut la coutume chez CARPE NOCTEM on voit se croiser plein de copains du clan Vánagandr, le mini-label fou qui édite de la cassette underground.
Le groupe s'est formé autour d'un trio originel composé de Andri, Alexander et Helgi Rafn Hróðmarsson, connu pour être le batteur de MISÞYRMING et NAÐRA. Ils seront rejoints en 2008 par le guitariste Tómas Ísdal, lui aussi venu de MISÞYRMING et NAÐRA (et qui co-dirige Vánagandr avec le très occupé chanteur-guitariste-compositeur de MISÞYRMING, entre autres, qui porte le nom improbable de Dagur Gonzales, aussi jeune que prolifique), rien d'étonnant donc car les deux groupes partagent (ais-je besoin de le rappeler) 90% de leur line-up. En 2009 sera au tour de Árni Bergur Zoëga de les rejoindre au poste de bassiste, ce dernier assurant une grande partie des instruments de ÁRSTÍÐIR LÍFSINS et SKENDÖD, de même qu'il joua avec Tómas dans le défunt groupe DYSTHYMIA. Vous suivez ?

Clairement quel intérêt peut avoir un énième groupe lorsque plusieurs de ces membres peuvent copieusement s'exprimer au sein d'autres formations déjà très actives ? Erreur de viseur pauvre chroniqueur ! Car en vérité c'est l'inverse. CARPE NOCTEM est le groupe initial, actif depuis 2005, ayant accouché d'une démo en 2008 et d'un EP farouche en 2009.
Le présent LP "In Terra Profugus" est paru en 2013, donc bien avant les premiers albums de MISÞYRMING (en 2015) et NAÐRA (en 2016). 

Alors oui, l'on retrouvera ici, presque sans surprise, des éléments typiques de la scène Black islandaise : des vocaux gutturaux et caverneux, un chaos sonore fait de brumes brûlantes et suffocantes, des sons de guitares dissonantes et étranges. Mais heureusement ce n'est pas tout.
Car CARPE NOCTEM se distingue à la fois par ses nombreuses parties calmes laissant se développer des climats pesants (parfois à la limite de l'Ambiant) et par une écriture versatile sachant surprendre son auditoire. Les Islandais embrassent un large spectre musical, la brume tordue à l'islandaise, l'atmosphérique, le old school incisif, les pesanteurs acides à la SATYRICON, l'Ambiant ritualiste et cinématographique. Le groupe sait intelligemment déployer ses longues plages progressives, la musique ondulant, accélérant ou ralentissant, dépeignant des paysages sonores sombres et oppressants. Le morceau "Vitriol" par exemple se tord et se contorsionne durant ses dix minutes, rappelant le génie vicieux de SVARTDAUÐI. 

La bande n'hésite pas non plus à opérer des changements abrupts, à la limite du collage, quitte à ce que ça jure un peu, comme sur "Ars Moriendi", qui présente autant de transitions fluides que de variations intempestives. Dans tout les cas l'accumulation de passages hétéroclites force le respect.
L'excellent morceau "Metamorphoses Maleficarum" présente lui une face beaucoup plus rentre dedans, enchaînant les riffs bourdonnants semblant parfois sortir des 90s. On ne s'étonnera pas que ce titre soit un transfuge de l'EP, gardé quasiment intacte, et c'est tant mieux car la chanson est une des meilleures du groupe. 

"In Terra Profugus" est, paraît-il un concept album. Les titres sont en latin mais les paroles sont en islandais. Il faudra attendre un peu pour que je puisse vous en dire quoi que ce soit. 

Le principal défaut, puisqu'il en faut bien, est la sonorisation de la batterie. Le jeu est bon, dans son genre terriblement rapide, mais sa production a les mêmes défauts que sur les autres disques où officie Helgi. La caisse claire est noyée, les cymbales surnagent au-dessus du maelström généré lors des blasts. Du coup dès que la musique s'emballe l'auditeur perd en lisibilité, en particulier lorsque les guitares perdent en netteté (comme sur le premier titre "Odium Somniferum").
Heureusement les nombreux breaks climatiques, batterie feutrée et guitares aquatiques, offrent le repos nécessaire entre deux assauts et permettent d'aérer les compositions. Les -très- longs morceaux (5 pour 52 minutes, je vous laisse faire le calcul) permettent de nous faire voyager, et si l'on s'y perd parfois, il y a toujours un passage inattendu ou un riff de qualité pour nous rattraper. 

CARPE NOCTEM semble passer un peu inaperçu depuis que la scène a explosé et que le public s'arrache tout ce qui vient d'Islande. De plus la suractivité de ses membres, très impliqués dans d'autres super projets, risque de nous priver d'une suite à ce premier disque. On ne sait jamais avec nos amis insulaires, un titre en split avec un copain peut sortir de nulle part, mais l'on constate que pour le moment aucun groupe majeur de la scène n'a sorti de deuxième album (à part pour les vieux loups qui n'ont pas bénéficié de la hype et sont restés très underground). 

Note réelle: 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par PERE FRANSOUA :


DARVULIA
Mysticisme Macabre (2010)
À l'école des sorcières




MORK
Den Vandrende Skygge (2016)
True Norwegian Black Metal revival


Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- Helgi (batterie)
- Andri (guitare)
- Alexander (vocaux)
- Tómas (guitare)
- Árni (basse)


1. Iii. Odium Somniferum
2. Ii. Ars Moriendi
3. I. Vitriol
4. Ii. Metamorphoses Maleficarum
5. Iii. Hostis Humani Generis



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod