Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK / METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (3)

The CREST - Letters From Fire (2002)
Par DARK BEAGLE le 13 Avril 2017          Consultée 237 fois

Le début des années 2000 était une période où le Metal à chant féminin avait le vent en poupe. Mais il fallait que le contenu soit Symphonique et Gothique pour espérer toucher le plus de monde, des groupes comme NIGHTWISH ou WITHIN TEMPTATION ayant été propulsés très rapidement sur le devant de la scène et engendrant des clones par pelletées entières. Chaque label avait besoin de son groupe à chanteuse et quand Season Of Mist avait annoncé la signature des Norvégiens de The CREST, tout le monde était assez curieux de savoir dans quel genre évoluerait la formation, SoM étant connu pour être un label spécialisé dans l’Extrême.

Autant le dire tout de suite, pour la brutalité, on repassera ! La présence même de The CREST peut être contestée sur Nightfall In Metal Earth, comme elle peut aussi être validée sans sourciller. The CREST est le genre de groupe un brin inclassable. Tantôt rapide avec une guitare qui se fait bien entendre, à d’autres moments plus lent avec une rythmique qui se contente du minimum en termes de groove. En gros, on a du Rock mâtiné d’éléments Metal (rares) et gothiques (quand même plus nombreux). Rien que pour cela, le groupe et le label méritaient que l’on s’intéressent à eux pour le culot de proposer pareille formule quand le public attend, espère un nouveau clone du monument NIGHTWISH (ou du moins, d’une formation avec une chanteuse qui aurait les capacités vocales pour rivaliser avec Tarja).

Surtout, il y a dans cette formation une chanteuse intéressante en la personne de Nell. Avant que cette dernière ne soit recrutée par THEATRE OF TRAGEDY, elle a donc fait ses armes au sein de The CREST et beaucoup de l’intérêt de ce "Letters From Fire" passe par elle, sa voix, ce qu’elle véhicule. Elle ne se sent pas obligé de pousser son chant à des hauteurs qui ne lui iraient de toute façon pas, le propos ne le demande pas. Elle se contente donc de chanter. Sans trop pousser, simplement et quelque part, rien que pour ça, à l’époque de la sortie de cet album, il représentait un îlot de calme dans cette mer de harpies hurlantes.

Globalement, nous nous retrouvons en face d’un album plutôt bien fait, du travail honnête de travailleurs honnêtes si vous voulez. Les morceaux ne sont pas trop longs, mais ils prennent le temps de poser une petite ambiance mélancolique juste ce qu’il faut pour ne pas sonner de façon trop mièvre, ce qui était clairement le piège à éviter ici. Toutefois, méfiance, les ballades sont assez nombreuses et ne bénéficient pas toute du même degré d’application ou d’inspiration ! C’est d’ailleurs l’un des principaux griefs que l’on peut avoir contre cet opus. Le second étant que le tout sonne quand même de façon un peu trop lisse.

Parce que la musique de The CREST manque un peu d’impact, de mordant, ce petit plus qui fait d’un morceau banal un bon morceau et d’un bon morceau, un grand titre. Pourtant, certaines compositions sont très loin d’être anecdotiques ici. "Fire Walk With Me", "Thorn" ou "Monument" sont ainsi très accrocheurs, tandis que "Childhood’s End" n’est pas sans évoquer (de loin) le THEATRE OF TRAGEDY de "Musique". Mais ici, les interventions de chant masculin, bien que rares, sont bien maîtrisées et apportent quelque chose, un contraste qui fonctionne plutôt bien.

À la fin de "Letters From Fire", on est quand même surpris d’avoir passé un bon moment vu la quasi absence de morceaux pleinement Heavy. Il fonctionne tout simplement bien et surnage grâce à la voix de Nell qui apporte réellement un plus à l’ensemble. Il est quand même dommage que le groupe n’ait pas su percer par la suite, il méritait largement d’avoir une autre carrière que ce "Vain City Chronicles" sorti trois années plus tard, toujours très sympa sans parvenir à dépasser ce stade un brin frustrant pour l’auditeur. Il y avait matière à faire beaucoup mieux. Que reste-t-il aujourd’hui de The CREST sinon le souvenir de deux albums de Rock Gothique joliment fait. Mais la vraie question est : reste-t-il encore quelqu’un pour se souvenir d’eux de nos jours ?

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


KING'S X
Black Like Sunday (2003)
Hard pop




WALLS OF JERICHO
Redemption (2008)
Alors là, j'l'avais pas vu venir !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Nell (chant)
- Sebastian (guitare, chant)
- Magnus Westgaard (basse, chant)
- Kristian Aeon (guitare, synthétiseurs, programmations, chant)


1. Fire Walk With Me
2. Butterflies & Dragons
3. Thorn
4. Never Sleep Again
5. Childhood's End
6. Pills For Broken Dreams
7. In This Cage
8. Triangle
9. Frozen Garden
10. Monument
11. Armada



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod