Recherche avancée       Liste groupes



      
DJENTDEATHINDUSSYMPHOLOL  |  STUDIO

Commentaires (8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2014 Xenon
2016 Progenitor
 

- Style : Fear Factory, Sybreed
 

 Bandcamp (300)

MECHINA - Progenitor (2016)
Par METALOMANE le 9 Mars 2016          Consultée 2155 fois

Les stakhanovistes de MECHINA sont de retour en ce début 2016 (2016 pour nous, eux ils doivent être vers l’an 3524 après Sylvain Durif). En effet, avec un très bon "Xenon" en 2014 puis un "Acheron" légèrement moins accrocheur en 2015, on ne peut pas dire qu’ils n’essayent pas d’inverser la courbe du chômage! MECHINA c’est bien simple, vous prenez du gros Space Opera à la Mass Effect pour le concept, des riffs Djent/Indus un peu Death, une boîte à rythme pas timide sur les blasts et surtout vous noyez littéralement le tout sous une avalanche d’orchestrations à faire pâlir Hans Zimmer. Cela donne une grosse BO Metal Hollywoodienne qui tâche, du pain béni pour les geeks et gamers qui voudraient accompagner leur partie d’EVE Online entre deux saisons de Battlestar Galactica. La démarche est sensiblement comparable à celle FLESHGOD APOCALYPSE pour ce qui est de l’aspect "on en fout partout, tant pis si ça déborde" même si le résultat diffère largement, entendons nous bien. Car si les Italiens mégalo susnommés s’inspirent dorénavant du côté du Power Metal, les Américains de MECHINA quant à eux n’hésitent pas à faire appel à la Pop la plus putassière et accrocheuse possible afin d’appuyer son propos, par-dessus son fatras de riffs amélodiques. Et le pire c’est que ça fonctionne à 300% ! Il suffit de se surprendre à entonner les refrains de "Ashes Of Old Earth" ou "Cryoshock" alors que l’on était tranquillement en train d’éradiquer cette saloperie d’essaim Zerg pour s’en rendre compte. Il en va de soi que MECHINA est à déconseiller fortement aux fans de Metal Old-School sonnant naturel et sans artifices. On a affaire ici à un Metal Moderne ultra synthétique, voir sur-produit, avec un milliard d’effets sur les voix, mais tout cela reste cohérent, car collant à merveille au concept du groupe.

C’est après une courte intro inutile que l’hyper efficace "Ashes Of Old Earth" donne un départ canon, qui s’impose d’ores et déjà comme un classique. Le groupe temporise avec "Cryoshock" et "The Horizon Effect", titres entièrement féminins, plus lents et mystérieux, mes préférés avec le dernier, le titre éponyme "Progenitor" auquel je décerne un +10 en homosexualité pour son refrain, mais alors quel pied ! Ses chœurs façon musique du monde, genre toute l’humanité met ses différends de côté pour s’unir dans une célébration héroïque, sont epic as fuck (tout cela sur fond de blast, que demander de plus ?). De manière générale, les arrangements sont vraiment somptueux et bien construits (on est vraiment sur une autre planète au début de "Anagenesis" !), on ressent bien les progrès effectués sur ce point par le groupe depuis "Xenon" et les gus ne cessent de s’améliorer! Petite surprise croustillante, on a même droit à un solo sur "Planetfall". Le seul de l’album (voir même le seul de leur discographie, je n’ai pas vérifié mais c’est possible) et de surcroît exécuté par le guest de luxe, Dean Arnold de chez VITAL REMAINS s’il vous plaît. Ah oui et autre grosse évolution, ils ont enfin trouvé des titres de chansons qui sont mémorisables par des humains ! Victoire ! C'était vraiment pas du luxe !

En résumé, un album compact et homogène (plus que le trop long et trop symphonique "Acheron"), sans titres faibles et qui se permet de finir sur le morceau le plus épique du genre (bon faut dire que c’est facile vu que dans le genre, c’est un peu les seuls à concourir hein). Le groupe a bien évolué depuis ses débuts où il n’était qu’un rip-off de FEAR FACTORY parmi tant d’autres (il est d’ailleurs amusant de constater que c’est maintenant FEAR FACTORY qui tente de faire du MECHINA sans réellement y parvenir haha ! Cf. "Genexus-ma bite"). Ainsi, si vous avez déjà saigné tous vos SYBREED, FEAR FACTORY, NEUROTECH ou encore SOVEREIGN, MECHINA devrait vous donner du grain à moudre pendant quelques temps. Et au rythme où ils sont lancés, le filon n’est pas prêt de se tarir.

A lire aussi en DIVERS par METALOMANE :


CORPO-MENTE
Corpo-mente (2015)
Promenons-nous dans les bois...




SHINING [NOR]
One One One (2013)
Semaine BAD


Marquez et partagez




 
   METALOMANE

 
  N/A



- Joe Tiberi (tout sauf chant)
- David Holch (rien sauf chant)


1. Mass Locked
2. Ashes Of Old Earth
3. Starscape
4. Cryoshock
5. The Horizon Effect
6. Anagenesis
7. Planetfall
8. Progenitor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod