Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Beyond Creation, Emperor, Necrophagist, Obscura
 

 Facebook (228)

IRREVERSIBLE MECHANISM - Infinite Fields (2015)
Par WËN le 5 Octobre 2015          Consultée 2558 fois

Toujours à l'affut de bonnes surprises et autres joyeusetés à faire découvrir et partager autour de moi, j'ai longtemps pu présenter IRREVERSIBLE MECHANISM - alors qu'il laissait habilement filtrer les extraits annonciateurs de ce premier opus - comme la nouvelle sensation du Death-Technique canadien. My bad ! Car tout technique et rutilant qu'il est, et si odieusement bien foutu, il n'en est rien … et je m'y suis laisser prendre comme une débutante au salon de la levrette, chierie de criss !

Non, ce n'est donc pas de chez nos cousins francophones (tous les groupes québecois étant affreusement techniques, c'est bien connu) mais de notre vieux et grisonnant continent, que nous provient le combo. De république de Bélarus, même, pour être exact, nation ô combien démocratique s'il en est et dont les livraisons ne sont pas les premières à venir s'échouer chez nos disquaires. Quoique … avec d'honorables représentants de la trempe de SERDCE (également chez Blood Music et grosse sélection de l'année dernière), ESSENCE OF DATUM, mais aussi Victor Smolski (ex-RAGE et 'fils-de'), tous savamment techniques dans leur style respectif; l'envie d'approfondir nos connaissances en allant creuser un peu par là-bas dans l'espoir d'exhumer quelques autres perles, se fait fortement sentir. Outre le fait de pouvoir briller lors de dîners mondains en citant trois groupes du coin (quand même, quoi), cette tendance à s'exporter confirme surtout l'émergence de toute une scène en provenance de l'ex-URSS, grouillante de formations sérieuses et désireuses de pouvoir bénéficier d'une distribution adéquate pour peu qu'il leur soit permis de ne plus seulement devoir se cantonner à leur scène locale. Mais ça, c'est une toute autre histoire.

Revenons plutôt à notre duo.

Donc quand on est jeune (25 ans), qu'on a les crocs, et que le régime politique en place ne manque sans doute pas de surveiller et de sanctionner tout écart trop important de conduite, qu'est-ce qu'il reste à faire à Minsk pour occuper ses journées. A défaut de se contenter de se polir le manche, Yaroslav Korotkin (chant, basse) et Vladislav Nekrash (guitare) composent, bossent leurs textes et peaufinent leur concept dans ses moindres détails. Ici, sans guère de surprise puisque le patronyme comme la pochette y font largement référence, entre grunts (mais aussi quelques screams) et immanquables descentes de manche bien léchées, on tergiverse sur la fin des temps, inéluctablement en marche. Activité saine si il en est.

Mais ce n'est pas tout de teaser comme un cochon en vous parlant de "révélation", de "nouvelle sensation", toussa-toussa; Je commence à vous rôder et je sais que ce sont la drogue, les putes, mais surtout les faits qui vous intéressent. Et pour le coup, figurez-vous qu'ils en ont une sacrée paire, de faits, IRREVERSIBLE MECHANISM. Déjà, en 2015, pour réussir à s'extraire de la nasse alors que sont sortis, à divers niveaux de brewtalité et pêle-mêle, des crabiaux aussi attendus que les nouvelles offrandes de NILE et de PSYCROPTIC (surtout NILE soyons franc), de CATTLE DECAPITATION, de GOROD, de RECUEIL MORBIDE, que BENIGHTED se la joue live et que KRONOS annonce son fat come-back (french-connection, rpz gros); alors qu'un peu plus tôt, BEYOND CREATION nous balance son tant attendu second jet; il faudra donc savoir poser de putains d'arguments sur la table pour se faire une petite place sous le soleil de Satan. Et ce skeud, aucun doute là-dessus, Satan l'habite : car de ce côté il va vite nous prouver qu'il est plutôt bien monté !

Les influences du duo, toujours très mélodiques, ne tarderont guère à pleinement s'exprimer et nous penserons plus d'une fois, c'est évident, à un NECROPHAGIST plus moderne (mais sans ce groove caractéristique), à OBSCURA pour ses guitares dévergondées et ses breaks imprévisibles (le pré-refrain de "Into The Void", "The Betrayer Of Time"), voire dans une moindre mesure au vieux CYNIC, pour la mise en place de ceux-ci. L'ombre de son cousin BEYOND CREATION plane également sur certains riffs plus directs et accrocheurs ("Fragile, "Cold Winds"). Mais si qualitatifs soient-ils, tous ces plans sentiraient un trop fort parfum d'étrange déjà-vu sans une bonne dose d'audace, et le moment semble donc opportun pour vous introduire les orchestrations. Précisons-vite qu'il s'agit avant tout d'apports au clavier ("The Betrayer Of Time", "Cold Winds", "The Agony") rehaussant agréablement son Death-Tech d'aspiration néo-classique, tout en lui permettant quelques introductions grandiloquentes que n'auraient pas renié un certain EMPEROR sur sa seconde partie de carrière. Ecoutez-moi cette première minute toute en jouissance de "Into de Void", ça déferle comme pas permis. Parfois un peu 'cheap' lorsque utilisées en première ligne (le pont de "Outburst", "Irreversible Mechanism"), il demeure que distillées ainsi, intelligemment, le rendu s'en trouve foutrement efficace et loin des orchestres parfois pompeux qu'a pu nous présenter un FLESHGOD APOCALYPSE récemment. Quoique, les amis, là encore, les quelques interventions d'un piano décadent et désabusé qui viennent parsemer l'œuvre ("Incipience") peuvent directement renvoyer à certains gimmicks des italiens (mais sans la surcompression sonore qu'on leur connait).

L'autre gros coup de pied au cul provient du fait que le groupe, malgré sa jeune expérience, sait s'entourer. Mention spéciale pour la force de frappe démente dont fait preuve son batteur de session, le reconnu Lyle Cooper (ex-THE FACELESS) qui du fin fond de son Texas, nous projette ici en pleine gueule un véritable BDB (ndlr : bukkake de batterie, on suppose). "Outburst", "Infinite Fields" … enfin, tout l'album pourrait être pris en exemple, même, malheureusement, certains passages plus calmes où le sieur continue à bucheronner comme si de rien n'était. L'exécution est cependant remarquable et participe au côté dense du bousin, mais du coup, malgré la qualité de son travail, il nous faut reconnaitre que la moindre de ses pauses devient salvatrice. Précisons que ce guest de luxe, n'est cependant que la partie visible de l'iceberg, car avec Pär Olofsson (BEYOND CREATION, PSYCROPTIC, THE FACELESS) derrière l'artwork, Christophe '7000 logos' Szpajdel (EMPEROR, BLUT AUS NORD, FLESHGOD APOCALYPSE et bien d'autres) pour la mise en image de son patronyme - que l'on a d'ailleurs connus, l'un comme l'autre, plus inspirés - et enfin, Sami Raatikainen (ex-NECROPHAGIST) à la production, le duo soigne son fan-service et son accès au(x) milieu(x) autorisé(s) devrait passer comme papa dans maman.

Musicalement le combo a cela pour lui qu'il nous propose là du très haut niveau et ce, sans jamais être rébarbatif. "Infinite Fields" n'est pas un disque duquel on ressort lessivé, ce qui pour le genre peut-être assez rare pour être souligné. N'allons pas jusqu'à dire que la musique proposée est légère, mais sa durée idéale d'une quarantaine de minutes permet d'en profiter pleinement sans non plus en ressortir avec la gueule de bois d'un lendemain de débauche. Bref ! Vous l'aurez compris, IRREVERSIBLE MECHANISM, dans sa catégorie n'invente pas grand-chose, mais remet les pendules à l'heure avec une telle niaque pour son jeune âge qu'il nous fait carrément prendre notre pied en nous incitant à bien comprendre qu'il faudra compter sur lui à l'avenir. Un disque qui figure pour le moment dans mon top de l'année, et sans conteste parmi mes meilleures découvertes de ces derniers mois.

A lire aussi en DEATH TECHNIQUE :


GOROD
A Maze Of Recycled Creeds (2015)
Le retour du roi




The INFINITE WITHIN
Bestial Void Inevitability (2014)
Bestial void originality


Marquez et partagez









 
   WËN

 
  N/A



- Yaroslav Korotkin (chant, basse)
- Vladislav Nekrash (guitare, programmation)
- Lyle Cooper (invité, batterie)


1. Irreversible Mechanism
2. Into The Void
3. Outburst
4. The Agony
5. Infinite Fields
6. Incipience
7. Fragile
8. The Betrayer Of Time
9. Cold Winds



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod