Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Astralion, Evil Masquerade, Olympos Mons
- Membre : Catamenia
- Style + Membre : Dreamtale
 

 Site Officiel (134)
 Chaîne Youtube (88)

ULTIMATIUM - Vis Vires Infinitus (2015)
Par JEFF KANJI le 13 Septembre 2015          Consultée 2151 fois

Voilà une formation dont j'ai fait connaissance très récemment à travers deux chroniques de Bast. ULTIMATIUM n'est pas à proprement parler un nom qui résonne dans l'esprit du speedeux lambda. Pourtant cette formation finlandaise a déjà sorti deux albums et bingo, un nouvel opus était prévu en 2015. Il n'en fallait pas plus à votre serviteur pour trouver une nouvelle discographie à compléter et à actualiser en fervent défenseur du Power Metal depuis son arrivée en ses glorieux murs en mars 2012 (où il avait quand même trompé son monde en chroniquant du THERION et du Steven WILSON puis du Gary MOORE).

"C'Est La Vie" scande le vocaliste Tomi Viiltola avec verve ! Une énergie débridée habite les musiciens, comme la curieuse rythmique de couplet le laisse entrevoir. Avec un sens des enchaînements éclatés mais maîtrisés, et de légers relents néoclassiques, j'ai pensé à une autre formation qui a perdu cette folie depuis longtemps : EVIL MASQUERADE. Voici un parangon idéal avec ULTIMATIUM qui sur cet artwork fantasy de toute beauté nous entraîne dans son Power Metal de haute volée où les temps morts se font rares. Pas que le rythme s'approche d'un DRAGONFORCE ou d'un X-JAPAN, mais quand ce n'est pas la batterie qui trace, ce sont les leads rapides de Harri Niskanen ou encore les parties de claviers superbes de Matti Pulkkinen qui prennent le relais. Mais celui qui me fait adhérer instinctivement à la musique d'ULTIMATIUM, c'est ce vocaliste, gâté par des lignes de chant à la fois épiques et puissantes, mais non dénuées d'un savoir-faire tout en nuances. Imaginez-vous un croisement entre DC Cooper (pour les aigus étincelants et le phrasé) et Bruce Dickinson (pour le timbre) et vous aurez une petite idée du client que nous avons en face. Il avait par ailleurs chanté sur le deuxième opus de DREAMTALE ("Ocean's Heart" – 2003) avant d'être remplacé par l'excellent Jarkko Ahola.

Après, je savais avant même d'écouter cet album qu'il n'allait pas révolutionner son monde, ni chambouler ma metalthèque en profondeur. Certains signes ne trompaient pas : une confidentialité dont ULTIMATIUM n'a jamais vraiment émergé même en plein apogée du genre, des titres évocateurs ("Shine On", "Victory Calls") et un visuel à la fois daté et séduisant. Néanmoins, je me suis fait surprendre par la constance dont fait preuve ULTIMATIUM tout au long de son "Vis Vires Infinitus", et ce pouvoir conquérant dont semble devoir user le groupe sur chacun de ses titres, mention spéciale à "Shine On" et son lead de clavier planant de toute beauté et ce final sur lequel Tomi Viiltola se lâche dans des aigus d'une classe à faire pâlir les plus grands ténors du style.

Vous auriez tort de vous priver de ce rafraîchissant "Vis Vires Infinitus" qui dispose de dix belles cartouches pour vous faire passer un excellent moment (tout juste "Never Can Tell", peut-être en-deçà du reste, dommage car il s'agit du single) et se loger sans problème dans votre collection de cd. 2015 semble être un très bon cru pour les outsiders du Power, et après ASTRALION au printemps, voilà mon album de l'été : "Vis Vires Infinitus" a tout d'un grand sauf la notoriété. Contrairement à certains disques (comme le dernier RED CIRCUIT) qui mettent du temps à être apprivoisés ou d'autres (comme le dernier HELLOWEEN), aussitôt écoutés, aussitôt oubliés, ULTIMATIUM livre ses secrets dès la première écoute, nous livrant prodigalement fraîcheur, enthousiasme et le level d'epicness nécessaire au speedeux pour qu'il prenne un pied monumental.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


BLIND GUARDIAN
Beyond The Red Mirror (2015)
Music from the other side

(+ 3 kros-express)



GAMMA RAY
Lust For Live (2016)
Le GAMMA RAY première période à son apogée


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   BAST

 
   (2 chroniques)



- Matti Pulkkinen (claviers)
- Harri Niskanen (guitare)
- Tomi Viiltola (chant)
- Juha Haipus (basse)
- Matti Auerkallio (batterie)


1. C'est La Vie
2. I Remember
3. Departure
4. Victory Calls
5. Who Stole My Winter?
6. New Horizons
7. Never Can Tell [album Mix]
8. Curtain Of Darkness
9. Shine On
10. Truth Of The Universe



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod